Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Sida : les préservatifs "made in Paris" débarquent dans la capitale

© Mairie de Paris

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 01/12/2012

Mauvaise élève avec un taux de séropositivité cinq fois plus élevé que la moyenne nationale, Paris a décidé de sensibiliser ses concitoyens au fléau du sida en lançant une nouvelle campagne choc pour le port du préservatif...

Quand la Mairie de Paris décide de sensibiliser les Parisiens à l’utilisation de la capote, le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle y met de l’audace. À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, la capitale française a décidé de s'investir de manière singulière dans le combat contre cette maladie en organisant tout au long de l'année 2013 une campagne de distribution de préservatifs dont la pochette a été "personnalisée" par la Ville de Paris. Ou plus précisément, par un Parisien, Sébastien Souyri, gagnant d'un concours graphique lancé par la mairie - du 14 septembre au 3 novembre 2012 - et sobrement intitulé "Paris Capotes Création"

Ce jeune homme d’une trentaine d’années s’est démarqué de plusieurs centaines de candidats grâce à son illustration : "J'aime à Paris" - un pastiche audacieux du célèbre "I ♥ New York", dans lequel le renversement du coeur coiffé d’un préservatif suffit à rappeler - de façon cocasse - l’importance du port de la capote dans un pays où le sida touche quelque 150 000 personnes.

"Le but de l'action est qu'elle soit retenue aisément, facilement identifiable et reconnaissable. Qu'elle marque la population parisienne mais aussi les visiteurs de la ville. Avec ‘J'aime à Paris’, on aime faire l'amour avec une capote", détaille Sébastien Souyri qui verra donc sa création affichée sur l'emballage de 350 000 préservatifs distribués gratuitement par la Ville de Paris dès le 1er janvier 2013.

Grâce à son initiative, la Mairie compte non seulement donner de la visibilité au préservatif mais aussi combattre les nombreuses idées reçues qui l'entourent. Selon une enquête KABP (Knowledge, attitudes, beliefs and practices) sur le sida, réalisée en 2010, "les jeunes sont de moins en moins nombreux à considérer le préservatif comme un contraceptif efficace. Ils sont aussi de plus en plus nombreux à penser que la transmission du virus est possible lors de rapports sexuels avec un préservatif", écrit la Mairie de Paris sur son site internet.

De plus, Paris reste la ville de métropole la plus touchée par l’épidémie de sida "avec un taux de découverte de séropositivité 5 fois plus élevé que la moyenne nationale", peut-on encore lire.

En complément de cette initiative locale, la ministre de la Santé Marisol Touraine a lancé au niveau national une campagne de communication grand public : cinq spots seront diffusés à la télévision entre le 30 novembre et le 21 décembre et du 5 décembre au 3 janvier au cinéma. Tous se termineront par le slogan : "Et vous ? Vous en êtes où avec le préservatif ?"

Le visuel remportant le concours


 

Première publication : 01/12/2012

  • SANTÉ

    Une génération sans sida, un rêve pas si lointain

    En savoir plus

  • SANTÉ

    La France reste prudente sur l'efficacité du préventif anti-sida Truvada

    En savoir plus

  • JOURNÉE MONDIALE

    La lutte contre le sida se heurte à la crise économique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)