Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

La France et la Grande-Bretagne convoquent les ambassadeurs israéliens

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2012

Suite à l'annonce par Israël de l'extension de ses colonies à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, la France et la Grande-Bretagne ont convoqué les ambassadeurs israéliens pour demander des explications sur ces nouvelles constructions.

Paris et Londres ont convoqué lundi les ambassadeurs israéliens pour protester contre le projet de nouveaux logements dans des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, sans confirmer envisager le rappel de leurs ambassadeurs en Israël, ce qui constituerait une première.

Yossi Gal et Daniel Taub, respectivement ambassadeurs israéliens en France et en Grande-Bretagne, ont été convoqués lundi matin pour entendre "la désapprobation" de Paris et les "préoccupations" de Londres concernant l'extension de colonies juives.

Les deux capitales européennes ont chacune souligné les "obstacles" qu'un tel projet fait peser sur une solution à deux Etats dans le conflit israélo-palestinien.

Israël a annoncé vendredi son intention de construire 3.000 logements supplémentaires à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, notamment dans la zone dite E1, particulièrement controversée. Située entre Jérusalem et la colonie de Maalé Adounim, où Israël s'était engagé auprès des Etats-Unis à ne pas bâtir, cette zone, si elle est construite, rattacherait Maalé Adounim aux quartiers de colonisation de Jérusalem Est, coupant la Cisjordanie en deux et compromettant la viabilité d'un futur Etat palestinien.

Cette décision a suscité des critiques internationales, y compris de Washington, soutien sans faille d'Israël, qui a estimé qu'elle faisait "reculer la cause de la paix" avec les Palestiniens.

Israël a annoncé son projet de construction au lendemain du vote à l'Assemblée générale de l'ONU qui a accordé à la Palestine un statut d'Etat observateur non membre aux Nations unies, une résolution en faveur de laquelle s'est prononcée la France, tandis que la Grande-Bretagne s'est abstenue.

En mesure de représailles à cette résolution, l'Etat hébreu a également annoncé dimanche le blocage temporaire du transfert à l'Autorité palestinienne de 460 millions de shekels (environ 92 millions d'euros) de taxes collectées par l'Etat hébreu.

"Obstacle à la solution de deux Etats"

Pour Londres, les nouvelles constructions annoncées "rendent potentiellement de plus en plus difficile à atteindre une solution basée sur deux Etats avec Jérusalem en capitale partagée".

"Si elle est confirmée, cette décision (de construction) serait grave. Elle constituerait un obstacle sérieux à la solution de deux Etats, en portant atteinte à la contiguité territoriale d'un futur Etat palestinien", avait pour sa part déclaré samedi le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

La France et la Grande-Bretagne n'ont cependant pas confirmé envisager jusqu'à présent le rappel de leurs propres ambassadeurs en Israël, ce qui constituerait un précédent dans les relations diplomatiques avec l'Etat hébreu.

"Il y a d'autres moyens de marquer notre désapprobation", a déclaré le porte-parole adjoint du Quai d'Orsay, Vincent Floreani.

"Toute décision sur d'éventuelles autres mesures prises par le Royaume-Uni dépendra de l'issue des discussions en cours avec le gouvernement israélien et avec nos partenaires internationaux parmi lesquels les Etats-Unis et l'Union européenne", a indiqué pour sa part le Foreign Office.

Selon le quotidien israélien de gauche Haaretz lundi, Paris et Londres envisagent de rappeler de façon concertée leurs ambassadeurs en Israël pour consultation.

"Cette fois, ce ne sera pas juste une simple condamnation. De vraies mesures vont être prises contre Israël", a déclaré un diplomate européen cité par Haaretz.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien a simplement confirmé que la France, la Grande-Bretagne et l'UE avaient protesté auprès du directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères, Rafi Barak.

AFP

 

Première publication : 03/12/2012

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Mahmoud Abbas accueilli en héros à son retour de l'ONU

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Des footballeurs se mobilisent contre la tenue de l’Euro-2013 espoirs en Israël

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Colonies : en réponse au vote à l'ONU, Israël va lancer de nouvelles constructions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)