Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

Moyen-orient

Paris ne souhaite pas entrer dans une "logique de sanction" à l'égard d'Israël

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 03/12/2012

Bien que la France ait convoqué, lundi, l'ambassadeur israélien pour demander des comptes sur l'extension des colonies juives à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, elle ne souhaite pas, pour l'heure, sanctionner Israël, a indiqué François Hollande.

La France espère que les nouvelles constructions annoncées vendredi par le gouvernement israélien dans des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ne se feront pas, a déclaré, lundi 3 décembre, le président français, François Hollande, à l'issue du sommet franco-italien à Lyon.

"Nous sommes préoccupés par les décisions annoncées, et qui, je l'espère, ne seront pas appliquées, d'installer 3 000 logements sur des zones qui ne sont pas celles qui sont prévues pour ce type de logements et qui mettraient en cause ce qui est la position fondamentale de la communauté internationale des deux États" israélien et palestinien, a affirmé le numéro un français.

La France ne veut néanmoins pas entrer dans une logique de sanctions à l’égard d’Israël, a précisé François Hollande, qui souhaite un "travail de conviction". "Notre grande préoccupation, c'est l'installation de nouvelles colonies avec toutes les conséquences que cela pourrait avoir sur le processus de paix, a-t-il poursuivi. Mais le moment est important."
 
Plus tôt dans la journée de lundi, Paris ainsi que Londres avaient convoqué les ambassadeurs d’Israël en poste dans les deux capitales pour protester contre le projet de nouveaux logements dans des colonies. Ainsi, Yossi Gal et Daniel Taub, respectivement ambassadeurs israéliens en France et en Grande-Bretagne, ont entendu "la désapprobation" de Paris et les "préoccupations" de Londres concernant l'extension de colonies juives.
 
Les deux capitales européennes ont chacune souligné les "obstacles" qu'un tel projet fait peser sur une solution à deux États dans le conflit israélo-palestinien, sans toutefois envisagé de rappeler leurs ambassadeurs en Israël.
 
L’extension des colonies
 
Israël a annoncé, vendredi, son intention de construire 3 000 logements supplémentaires à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, notamment dans la zone dite E1, particulièrement controversée. Située entre Jérusalem et la colonie de Maalé Adounim, où Israël s'était engagé auprès des États-Unis à ne pas bâtir, cette zone, si elle est construite, rattacherait Maalé Adounim aux quartiers de colonisation de Jérusalem-Est, coupant la Cisjordanie en deux et compromettant la viabilité d'un futur État palestinien.
 
Cette décision a suscité des critiques internationales, y compris de Washington, soutien sans faille d'Israël, qui a estimé qu'elle faisait "reculer la cause de la paix" avec les Palestiniens.
 
Israël a annoncé son projet de construction au lendemain du vote à l'Assemblée générale de l'ONU qui a accordé à la Palestine un statut d'État observateur non membre aux Nations unies, une résolution en faveur de laquelle s'est prononcée la France, tandis que la Grande-Bretagne s'est abstenue.
 
En mesure de représailles à cette résolution, Israël a également annoncé, dimanche, le blocage temporaire du transfert à l'Autorité palestinienne de 460 millions de shekels (environ 92 millions d'euros) de taxes collectées par l'État hébreu.
 
"Obstacle à la solution de deux États"
 
Pour Londres, les nouvelles constructions annoncées "rendent potentiellement de plus en plus difficile à atteindre une solution basée sur deux États avec Jérusalem en capitale partagée".
 
"Si elle est confirmée, cette décision (de construction) serait grave. Elle constituerait un obstacle sérieux à la solution de deux États, en portant atteinte à la contiguïté territoriale d'un futur État palestinien", avait pour sa part déclaré, samedi, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.
 
La France et la Grande-Bretagne n'ont cependant pas confirmé envisager jusqu'à présent le rappel de leurs propres ambassadeurs en Israël, ce qui constituerait un précédent dans les relations diplomatiques avec l'État hébreu.

 

Première publication : 03/12/2012

  • DIPLOMATIE

    La France et la Grande-Bretagne convoquent les ambassadeurs israéliens

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Mahmoud Abbas accueilli en héros à son retour de l'ONU

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Des footballeurs se mobilisent contre la tenue de l’Euro-2013 espoirs en Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)