Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Economie

La Grèce lance l'opération de rachat d'une partie de sa dette

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2012

La Grèce a dévoilé les modalités de l'opération de rachat d'une partie de sa dette souveraine. Convenu avec ses bailleurs de fonds, ce plan devrait réduire l'encours de sa dette publique en profitant de la baisse de la valeur des titres.

Merkel n'exclut pas un effacement de la dette grecque

La chancelière allemande Angela Merkel n'a pas exclu, pour la première fois, un effacement de la dette de la Grèce dans quelques années, dans un entretien paru dans le journal dominical allemand Bild am Sonntag.

"Si la Grèce arrive un jour à s'en sortir avec ses recettes sans contracter de nouvelles dettes, alors on doit regarder et évaluer la situation. Cela ne se passera avant 2014/15, si tout marche comme prévu", a dit la chancelière, questionnée si elle comptait se pencher sur l'effacement de la dette d'Athènes après les législatives allemandes de 2013.

"L'actuel programme d'aide à la Grèce court jusqu'à 2014. Et nous avons donné deux ans supplémentaires, jusqu'en 2016, à la Grèce pour qu'elle atteigne certains objectifs budgétaires", a-t-elle ajouté.

C'est la première fois que la chancelière conservatrice évoque l'éventualité d'un effacement de la dette grecque, un sujet particulièrement délicat pour les contribuables et électeurs allemands, à moins d'un an des élections législatives dans le pays, prévues pour le 22 septembre 2013.

L'Agence grecque de gestion de la dette (PDMA) a lancé lundi la délicate opération de rachat d'une partie de la dette souveraine du pays, convenue avec ses bailleurs de fonds UE et FMI pour la maintenir sous perfusion.

L'Agence a lancé "une invitation" qui expirera "le vendredi 7 décembre" à l'adresse des "détenteurs éligibles de titres" pour participer à cette opération. Elle précise que l'Etat financera cet échange à hauteur de 10 milliards d'euros et offrira à ses créanciers privés des prix "maximum" variant de 32,2% à 40,1% de la valeur faciale des obligations qui seront rachetées.

Les prêteurs privés souhaitant participer à l'échange, conçu sur une base volontaire, reverront des obligations du FESF, le fonds européen de secours, a précisé l'Agence (http://www.pdma.gr/index.php/en).

L'opération porte sur 20 séries d'obligations d'un montant de quelque 62,3 milliards d'euros, détenues par les créanciers privés du pays, après l'effacement en mars dernier de quelque 107 milliards de créances et arrivant à échéance entre 2023 et 2042, a précisé l'Agence.

La transaction vise à permettre à l'Etat grec de réduire sa dette de jusqu'à 20 milliards d'euros, dans le but de la ramener à 124% du PIB en 2020, selon l'Eurobank.

Son issue doit conditionner le déblocage, attendu le 13 décembre, du versement par l'UE et le FMI de tranches de prêts au pays, gelés depuis juin et vitaux pour lui éviter la cessation de paiement.

AFP

Première publication : 03/12/2012

  • ZONE EURO

    Le Bundestag approuve l'aide financière à la Grèce

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    "L’accord sur la Grèce n’est pas viable à long terme"

    En savoir plus

  • GRÈCE

    La zone euro et le FMI trouvent un accord sur la dette grecque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)