Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

La Grèce lance l'opération de rachat d'une partie de sa dette

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2012

La Grèce a dévoilé les modalités de l'opération de rachat d'une partie de sa dette souveraine. Convenu avec ses bailleurs de fonds, ce plan devrait réduire l'encours de sa dette publique en profitant de la baisse de la valeur des titres.

Merkel n'exclut pas un effacement de la dette grecque

La chancelière allemande Angela Merkel n'a pas exclu, pour la première fois, un effacement de la dette de la Grèce dans quelques années, dans un entretien paru dans le journal dominical allemand Bild am Sonntag.

"Si la Grèce arrive un jour à s'en sortir avec ses recettes sans contracter de nouvelles dettes, alors on doit regarder et évaluer la situation. Cela ne se passera avant 2014/15, si tout marche comme prévu", a dit la chancelière, questionnée si elle comptait se pencher sur l'effacement de la dette d'Athènes après les législatives allemandes de 2013.

"L'actuel programme d'aide à la Grèce court jusqu'à 2014. Et nous avons donné deux ans supplémentaires, jusqu'en 2016, à la Grèce pour qu'elle atteigne certains objectifs budgétaires", a-t-elle ajouté.

C'est la première fois que la chancelière conservatrice évoque l'éventualité d'un effacement de la dette grecque, un sujet particulièrement délicat pour les contribuables et électeurs allemands, à moins d'un an des élections législatives dans le pays, prévues pour le 22 septembre 2013.

L'Agence grecque de gestion de la dette (PDMA) a lancé lundi la délicate opération de rachat d'une partie de la dette souveraine du pays, convenue avec ses bailleurs de fonds UE et FMI pour la maintenir sous perfusion.

L'Agence a lancé "une invitation" qui expirera "le vendredi 7 décembre" à l'adresse des "détenteurs éligibles de titres" pour participer à cette opération. Elle précise que l'Etat financera cet échange à hauteur de 10 milliards d'euros et offrira à ses créanciers privés des prix "maximum" variant de 32,2% à 40,1% de la valeur faciale des obligations qui seront rachetées.

Les prêteurs privés souhaitant participer à l'échange, conçu sur une base volontaire, reverront des obligations du FESF, le fonds européen de secours, a précisé l'Agence (http://www.pdma.gr/index.php/en).

L'opération porte sur 20 séries d'obligations d'un montant de quelque 62,3 milliards d'euros, détenues par les créanciers privés du pays, après l'effacement en mars dernier de quelque 107 milliards de créances et arrivant à échéance entre 2023 et 2042, a précisé l'Agence.

La transaction vise à permettre à l'Etat grec de réduire sa dette de jusqu'à 20 milliards d'euros, dans le but de la ramener à 124% du PIB en 2020, selon l'Eurobank.

Son issue doit conditionner le déblocage, attendu le 13 décembre, du versement par l'UE et le FMI de tranches de prêts au pays, gelés depuis juin et vitaux pour lui éviter la cessation de paiement.

AFP

Première publication : 03/12/2012

  • ZONE EURO

    Le Bundestag approuve l'aide financière à la Grèce

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    "L’accord sur la Grèce n’est pas viable à long terme"

    En savoir plus

  • GRÈCE

    La zone euro et le FMI trouvent un accord sur la dette grecque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)