Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

Afrique

Le parquet dément avoir fait appel du non-lieu en faveur de la femme violée

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2012

Contrairement à ce qui avait été annoncé dans la matinée, le parquet tunisien dément avoir fait appel du non-lieu prononcé en faveur d'une jeune femme violée par des policiers puis poursuivie en première instance pour "atteinte à la pudeur".

Le parquet tunisien n'a pas fait appel de la décision d'abandonner les poursuites pour atteinte à la pudeur contre une jeune femme violée par des policiers, a indiqué lundi à l'AFP, Fadhel Saihi, conseiller du ministre de la Justice.
              
"Le parquet n'a pas fait appel du non-lieu concernant la femme et son ami", a indiqué M. Saihi, démentant une information annoncée par l'avocate de la victime et confirmée par la suite par un porte-parole du ministère de la Justice.
             
AFP 

Première publication : 03/12/2012

  • TUNISIE

    Non-lieu pour la Tunisienne violée par des policiers, accusée d'atteinte à la pudeur

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Une Tunisienne violée auditionnée à Tunis pour "atteinte aux bonnes mœurs"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Violée par des policiers tunisiens, ma fiancée est accusée d’attentat à la pudeur"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)