Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hillary: "do you feel the Bern" ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La perpétuité requise contre Hissène Habré à Dakar

En savoir plus

ICI L'EUROPE

En Irlande sur les traces de l’agriculture européenne "réformée"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Agriculture : que change réellement la nouvelle PAC?

En savoir plus

FOCUS

France : comment sensibiliser les jeunes aux concepts de patriotisme et de défense de la Nation?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peur de rien" : l’errance parisienne d'une jeune Libanaise

En savoir plus

FACE À FACE

Déchéance de nationalité : l'heure de vérité

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bataille d'Alep : l'offensive du régime syrien, appuyé par Moscou

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : la bataille d'Alep, un tournant ?

En savoir plus

Afrique

Le parquet dément avoir fait appel du non-lieu en faveur de la femme violée

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2012

Contrairement à ce qui avait été annoncé dans la matinée, le parquet tunisien dément avoir fait appel du non-lieu prononcé en faveur d'une jeune femme violée par des policiers puis poursuivie en première instance pour "atteinte à la pudeur".

Le parquet tunisien n'a pas fait appel de la décision d'abandonner les poursuites pour atteinte à la pudeur contre une jeune femme violée par des policiers, a indiqué lundi à l'AFP, Fadhel Saihi, conseiller du ministre de la Justice.
              
"Le parquet n'a pas fait appel du non-lieu concernant la femme et son ami", a indiqué M. Saihi, démentant une information annoncée par l'avocate de la victime et confirmée par la suite par un porte-parole du ministère de la Justice.
             
AFP 

Première publication : 03/12/2012

  • TUNISIE

    Non-lieu pour la Tunisienne violée par des policiers, accusée d'atteinte à la pudeur

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Une Tunisienne violée auditionnée à Tunis pour "atteinte aux bonnes mœurs"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Violée par des policiers tunisiens, ma fiancée est accusée d’attentat à la pudeur"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)