Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

Moyen-orient

Washington met en garde Damas contre l'usage d'armes chimiques

© AFP

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 04/12/2012

Une source de l'AFP affirme que le régime de Damas serait en train de mélanger des "précurseurs chimiques" à des fins militaires. "Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable", a averti Barack Obama.

Feu vert pour le déploiement de missiles Patriot en Turquie

Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l'Otan donneront mardi leur feu vert au déploiement de missiles Patriot pour renforcer les défenses turques à la frontière syrienne, a-t-on appris de sources diplomatiques.

Ankara, qui redoute des tirs de missiles ou même le recours à des armes chimiques de la part de Damas, en a fait la demande le mois dernier après plusieurs semaines de négociations sur les moyens à mettre en œuvre pour sécuriser les 900 km de frontières syro-turques.
 

Vingt mois après le début des affrontements entre l’armée régulière et les opposants au président Bachar al-Assad, le pire reste-t-il à venir en Syrie ? Washington redoute que le régime de Damas, acculé, n'utilise des armes chimiques, notamment du gaz sarin, contre son peuple.

Le président des États-Unis, Barack Obama, a mis en garde, lundi 3 décembre, le pouvoir syrien contre le recours à des armes chimiques. "Aujourd'hui, je veux dire très clairement à Assad et à ceux qui obéissent à ses ordres que le monde entier [vous] observe. Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable", a déclaré le chef de l'État américain lors d'une allocution à Washington.

 "Si vous commettez l'erreur tragique d'utiliser ces armes, il y aura des conséquences et vous en répondrez. Nous ne pouvons pas permettre que le XXIe siècle soit assombri par les pires armes du XXe siècle", a-t-il ajouté.

 Un peu plus tôt, la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, en visite à Prague, avait également averti que les États-Unis réagiraient si les forces gouvernementales syriennes avaient recours à l'arme chimique contre les rebelles.

Réagissant à cet "avertissement sévère", Damas a rétorqué qu'il ne ferait pas usage d'armes chimiques contre son peuple. "La Syrie a souligné à maintes reprises qu'elle n'utiliserait pas ce genre d'armes, si elles étaient à sa disposition, contre sa population, quelles que soient les circonstances", a assuré le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué repris par la télévision publique.

Les explications de la correspondante de France24

Un arsenal chimique qui comprend du gaz sarin

Damas pourrait "utiliser ses armes chimiques contre sa population"

La communauté internationale a mis en garde le régime de Bachar al-Assad depuis de nombreux mois contre le recours à des armes chimiques. Mais la question est redevenue au centre des préoccupations occidentales ces derniers jours.

Lundi, un responsable américain, sous couvert d’anonymat, a même affirmé à l’AFP que le régime syrien serait en train d'assembler des éléments chimiques nécessaires à la militarisation d'armes chimiques, vraisemblablement du gaz sarin. "Plusieurs indices nous laissent penser qu'ils sont en train de mélanger des précurseurs chimiques", a-t-il expliqué.

Produit extrêmement toxique, le gaz sarin provoque de graves séquelles neurologiques quand il ne tue pas par paralysie. Il est considéré comme une arme de destruction massive depuis 1987 par les Nations unies. La secte japonaise Aum vérité suprême l’avait utilisé lors d'un attentat dans le métro de Tokyo le 20 mars 1993, faisant 13 morts et intoxiquant plus de 6 000 voyageurs.

Une fois ses composants assemblés, il suffit de placer le gaz dans un missile, une arme ou une bombe pour en avoir un usage militaire. Et selon un responsable anonyme cité par le blog spécialisé Danger Room, les Syriens "en sont au point où il suffit de le charger à bord d'un avion et de le larguer" mais les quantités de précurseurs mélangés sont "modestes".

L'arsenal chimique syrien existe depuis plusieurs décennies et comprend notamment de l'hypérite (gaz moutarde), du sarin et du VX. Les stocks syriens sont de l'ordre de "centaines de tonnes" d'agents chimiques divers, selon Leonard Spector, expert au centre d'études sur la non-prolifération à l'Institut Monterey (États-Unis). Mais les données publiques sont rares car la Syrie est l'un des rares pays à ne pas avoir signé la Convention sur l'interdiction des armes chimiques et n'est donc pas membre de l'Organisation chargée de contrôler son application, l'OIAC.

Les explications du correspondant de France24

L'ONU et l’UE réduisent leurs activités

La course à l’armement chimique du régime d’Assad et la dégradation des conditions de sécurité inquiètent de plus en plus la communauté internationale. Plus tôt dans la journée de lundi, l’Union européenne et les Nations unies ont annoncé la réduction de leurs activités en Syrie en raison de la dégradation des conditions de sécurité.

Au cinquième jour des bombardements de l’armée syrienne sur la banlieue et les quartiers sud de Damas, l’ONU a annoncé la suspension de ses opérations humanitaires, le retrait de l’ensemble de son "personnel international non essentiel" et le cantonnement dans la capitale du reste de ses employés.

Une agence de presse de l'ONU avait auparavant annoncé le départ dès cette semaine de 25 personnes sur la centaine que compte l'institution en Syrie. Selon IRIN, qui dépend du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), l'ONU a aussi décidé de suspendre tous les déplacements en dehors de Damas et de retirer certaines de ses agences de la ville d'Alep (nord), théâtre de combats entre l'armée syrienne et les opposants.
 

 

Première publication : 03/12/2012

  • SYRIE

    L’arsenal chimique syrien : quels risques, quelles conséquences ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas menace d'utiliser des armes chimiques en cas d'intervention étrangère

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)