Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Moyen-orient

La colonisation de la "zone E1", la provocation israélienne qui ne passe pas

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 04/12/2012

Quelques heures après le vote de l'ONU sur la Palestine, Israël a annoncé la construction de 3 000 logements sur une zone raccordant Jérusalem-Est à la colonie de Maale Adoumim, en Cisjordanie. Une décision qui fâche jusqu'à l'allié américain.

Israël n'aurait pas dû s'opposer à la demande palestinienne à l'ONU

Israël n'avait aucune raison de s'opposer à l'octroi du statut d'Etat observateur à l'ONU à la Palestine, a déclaré lundi soir à New York l'ancien Premier ministre israélien Ehud Olmert.

"Pour être honnête avec vous, je ne suis pas sûr qu'il y avait une raison de s'opposer à la demande de l'Autorité palestinienne", a dit Ehud Olmert.

"Il était sûr", a ajouté M. Olmert, que l'annonce de la construction de nouveaux logements dans une zone sensible occupée par Israël allait "offenser" les Etats-Unis après leur soutien à l'Etat hébreu opposé à la demande palestinienne.

"J'ai été totalement surpris, que le lendemain de la décision de l'ONU, le gouvernement israélien décide de faire la seule chose qui était certaine d'offenser les dirigeants politiques américains", a poursuivi l'ancien Premier ministre.

C’est une zone ultra-sensible à l'est de Jérusalem. Coincée entre la Ville Sainte et Maalé Adoumim, une importante colonie de Cisjordanie (voir carte ci-dessous), la "zone E1", dont l’appellation évoque davantage un territoire militarisé qu’un lieu de vie pour civils, s’apprête à accueillir 3 000 logements israéliens.

Cette décision du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, prise juste après l’obtention du statut d’observateur à l’ONU de la Palestine le 29 novembre, a notamment agacé la France et la Grande-Bretagne, les deux pays étant conscients qu’une implantation israélienne dans cette zone arabe rendrait "de plus en plus difficile une solution [pour arriver à la construction] de deux États". En convoquant, lundi, leurs ambassadeurs israéliens respectifs, les ministres des Affaires étrangères français et britannique ont donc signifié à l'État hébreu leur mécontentement, mais surtout leur inquiétude pour l’avenir.

"Empêcher la Palestine de se doter d’un État unifié"

Mais pourquoi tant d'agitation autour ce tout petit territoire de 12 km2 ? Selon Jean-Paul Chagnollaud, professeur de sciences politiques à l'université de Cergy-Pontoise, et directeur de la revue Confluences Méditerranée, interrogé par FRANCE 24, la réponse est "évidente". La zone E1 a beau être un tout petit bout de terre, elle connecte le nord de la Cisjordanie à sa partie sud. Occuper ce territoire, c’est donc "empêcher la Palestine de se doter d’un État unifié".

"Toutes les villes palestiniennes : Naplouse, au nord, Ramallah, au centre, Hébron, au sud, Gaza à l’ouest, sont déjà coupées les unes des autres et entourées de zones israéliennes. Elles sont toutes isolées. Israël ne fait que poursuivre son projet de morcellement et assouvit par la même occasion un de ses désirs : réaliser un ‘Grand Jérusalem’ s’étendant jusqu’aux limites de Maalé Adoumim, et donc bien au-delà des frontières de 1967", explique le spécialiste en insistant sur le fait que la Palestine a peut-être un nom officiel [exit désormais la dénomination de "territoires occupés", ndlr] mais aucune cohérence géographique.

Côté israélien, on récuse les accusations de "vengeance" ou de "punition", à la suite du vote de l'ONU. Un éditorial du Jérusalem Post du 2 décembre préfère parler de "logements nécessaires pour une population israélienne en plein croissance". Si le quotidien israélien reconnaît que le timing n'est pas idéal, il assure que les Palestiniens pourront toujours joindre le nord et le sud de la Cisjordanie en passant à l'est de Maalé Adoumim.

Une zone arabe rarement traversée par les Palestiniens

Jean-Paul Chagnollaud reconnaît que l’initiative d’implantation israélienne ne changera pas grand-chose au quotidien des Palestiniens. "Les Arabes ne traversaient que très rarement cette zone. Pour joindre, par exemple, Naplouse à Hébron, les bus palestiniens passaient presque tous par Jéricho [à l’extrême-est de la Cisjordanie], une zone particulièrement montagneuse où les routes sont escarpées et les trajets sont particulièrement longs", explique le spécialiste.

Sur le terrain donc, la zone E1 était déjà considérée comme une annexe d’Israël. "La zone n’est pas censée être une colonie. Mais son espace foncier a toujours été réservé à Israël. Il y a d’ailleurs déjà quelques installations et un commissariat", ajoute le spécialiste. "La seule nouveauté, c’est que maintenant, c’est officiel : il sera quasiment impossible de joindre Ramallah à Bethléem. Il faudra contourner entièrement Maalé Adoumim". Et construire une autoroute de liaison n’est pas dans les priorités du gouvernement de Benjamin Netanyahou.

Israël fâche son allié américain

Du côté des États-Unis, pourtant fidèles alliés d'Israël, on digère assez mal ce coup de force, pris sans concertation au préalable. Il faut dire que les Américains exercent des pressions depuis de nombreuses années pour qu’Israël ne construise pas dans cette zone. "Ce n’est pas seulement quelques maisons construites à Jérusalem ou en haut d’une colline en Cisjordanie", s’est inquiété Daniel Kurtzer, ancien ambassadeur américain en Israël, dans un article du New York Times, le 30 novembre. "C’est une des zones les plus sensibles du territoire et j’espère que les États-Unis seront fermes à ce sujet." Plus pessimiste, la secrétaire d'État, Hillary Clinton, n'a pas hésité à enfoncer le clou en affirmant, le 30 novembre, que "ces activités [israéliennes] ont porté un coup d'arrêt au processus de paix".

Première publication : 03/12/2012

  • DIPLOMATIE

    Paris ne souhaite pas entrer dans une "logique de sanction" à l'égard d'Israël

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La France et la Grande-Bretagne convoquent les ambassadeurs israéliens

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Colonies : en réponse au vote à l'ONU, Israël va lancer de nouvelles constructions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)