Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Economie

Les pétrodollars iraniens peuvent-ils sauver Petroplus ?

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/12/2012

La société iranienne Tadbir Energy fait partie des repreneurs potentiels de la raffinerie de Petroplus. Une candidature qui ne va pas sans poser de questions compte tenu des sanctions internationales qui pèsent sur l’Iran.

Comme si le dossier de la reprise de la raffinerie de Petroplus n’était pas assez compliqué comme ça, une touche d’imbroglio géopolique vient de s’ajouter au tableau avec un potentiel repreneur iranien - la société de production et de raffinage Tadbir Energy - qui a remis, mardi 4 décembre, un dossier au tribunal de commerce de Rouen.

Cet intérêt pour le site normand en péril, d’abord révélé par Le Figaro, a pu être confirmé à FRANCE 24 de source syndicale. “Les représentants de Tadbir Energy se sont bien rendus au tribunal de commerce, mais on ne sait pas, à l’heure actuelle, s’il s’agit d’une offre ferme ou d’une lettre d’intention”, a expliqué à FRANCE 24 Laurent Patinier, délégué CFDT de l’intersyndicale en charge du dossier Petroplus.

En fait, Tadbir Energy, une filiale de la puissante et riche fondation caritative Imam Khomeiny, n’est pas un invité surprise de dernière minute. “La société s’est montrée intéressée depuis avril dernier et a déjà fait parvenir plusieurs lettres d’intention”, confirme Laurent Patinier. Dans une proposition que ce syndicaliste a pu consulter en novembre dernier, Tadbir Energy s’engageait à reprendre l’intégralité du site en conservant les 550 emplois de la raffinerie.

Si la présence d’un Iranien sur la liste des six repreneurs potentiels (dont l'irakien Jabs Gulf Energy Ltd et Alafandi Petroleum Group, un controversé groupe basé à Hong-Kong) de Petroplus peut surprendre au regard des sanctions économiques qui frappent la république islamique, elle n’est pas illégale. Tadbir Energy est, en effet, une entreprise privée qui n’apparaît pas sur les listes noires des groupes iraniens avec lesquels il est interdit de faire de affaires.

Intérêt économique limité

Seul hic, mais de taille : Tadbir Energy ne pourra pas, en cas de reprise de Petroplus, faire venir le pétrole iranien pour le faire raffiner en France. L'importation d’or noir iranien est en effet “interdit depuis le 1er juillet sur tout le territoire de l'Union européenne, en vertu d'un règlement adopté le 23 mars 2012 par le Conseil européen”, rappelle ainsi Le Figaro. Dans sa lettre d’intention de novembre, la société précisait d’ailleurs qu’elle ne comptait pas raffiner du brut iranien en Normandie.

Du coup, si Petroplus ne peut pas servir de débouché en Europe pour l’or noir perse, l’intérêt économique de la reprise du site peut paraître abscons. Tadbir sera obligée de traiter du pétrole livré par une autre entreprise. “Le raffinage n’est pas une activité très rentable car les marges sont assez faibles”, explique à FRANCE 24 Céline Antonin, spécialiste des questions d’énergie à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Pour cette spécialiste, économiquement, une telle reprise ne fait sens que si Tadbir Energy considère le site comme un investissement d’avenir. Petroplus pourrait devenir la première pépite européenne iranienne le jour où les sanctions deviendront moins contraignantes. D’autant plus que cette raffinerie est équipée pour traiter justement le type de pétrole extrait en Iran.

Paris plus “sanctionniste” que les États-Unis

Mais il n’y a pas que l’économie dans la vie. Avec l’Iran, la géopolitique n’est jamais très loin. “À mon sens, il s’agit plutôt d’un pavé dans la mare de la position française”, affirme à FRANCE 24 Bernard Hourcade, spécialiste de l’Iran et directeur de recherche émérite au CNRS. Depuis l’époque de Nicolas Sarkozy, Paris “est plus ‘sanctionniste’ que les États-Unis”, confirme-t-il. Pour lui, la démarche de Tadbir Energy permet à Téhéran de “pointer les contradictions des sanctions internationales en démontrant que les pétrodollars iraniens peuvent servir à sauver des emplois en France”.

Petroplus serait ainsi un pion dans le jeu diplomatique de l’Iran. Une offensive menée, en outre, à un moment charnière : “Depuis la réélection de Barack Obama, la position américaine s’est infléchie et Washington se montre désormais plus ouvert à un dialogue direct avec l’Iran”, relève encore Bernard Hourcade. Que l’offensive de Tadbir Energy aboutisse ou non, Téhéran espèrerait donc, au moins, faire bouger les lignes diplomatiques en France.

L’avenir des 550 salariés de Petroplus serait donc la nouvelle carte maîtresse de Téhéran ? Un rôle qui ne dérange pas Laurent Patinier. “Les questions géopolitiques m’intéressent beaucoup moins à l’heure actuelle que le maintien de l’emploi à Petroplus”, conclut ce syndicaliste.

Première publication : 04/12/2012

  • FRANCE

    Petroplus visé par une enquête préliminaire pour faillite frauduleuse

    En savoir plus

  • PÉTROLE

    Le raffineur suisse Petroplus au bord de la faillite

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande fustige l'immobilisme de l'État face aux difficultés de Pétroplus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)