Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

Belfast : L'Union Jack décroché de la mairie, s'ensuit une nuit d’émeutes

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 04/12/2012

Belfast, capitale d’Irlande du Nord, a connu dans la nuit de lundi à mardi une flambée de violence. Un millier de loyalistes se sont révoltés contre la décision du conseil municipal de retirer le drapeau britannique de la façade de l’Hôtel de Ville.

Dix-huit personnes blessées, dont 15 policiers, pour… une histoire de drapeau. Une manifestation devant l’Hôtel de Ville de Belfast, capitale d’Irlande du Nord, a tourné à l’émeute dans la nuit du 3 au 4 décembre. Un millier de loyalistes, favorables au maintien de l’Irlande du Nord dans le Royaume-Uni, venus protester contre le retrait de l’Union Jack de la façade de la mairie, se sont violemment heurtés aux forces de l’ordre.

À coups de brique, de balle de golf, de bouteille et de cocktail Molotov lancés sur la police, les manifestants ont tenté – sans y parvenir – de pénétrer dans l’Hôtel de Ville, où siégeait le conseil municipal. Les loyalistes, dont les visages étaient masqués par des écharpes, ont tenté d’enfoncer la porte arrière du bâtiment. D’autres ont forcé les barrières de fer et s’en sont pris au personnel de sécurité avant de détruire plusieurs voitures garées dans l’enceinte de la mairie. Un peu plus tard, les violences se sont étendues dans l’est de la ville, dans le quartier à majorité catholique de Short Strand, où les loyalistes ont lancé des cocktails Molotov contre l’église St Matthew.

L’Union Jack au cœur de la discorde

Cette flambée de violence a éclaté après plusieurs semaines de tensions dans Belfast. Au cœur de la discorde : le projet des conseillers municipaux républicains, favorables au rattachement de l’Irlande du Nord à la République irlandaise, de retirer définitivement le drapeau britannique de la mairie, érigé depuis 1906, ainsi que de plusieurs autres bâtiments gouvernementaux. Finalement, le Sinn Fein, le parti nationaliste nord-irlandais, a accepté un compromis : l’Union Jack ne sera déployé sur le fronton de la mairie que 17 jours par an. L’arrêt municipal a été voté lundi soir à 29 voix pour, 21 contre.

"Nous voulons mettre un terme à la suprématie unioniste [loyale à la couronne britannique, ndlr]", a expliqué Jim McVeigh, numéro un du groupe Sinn Fein, à l’ouverture du conseil municipal. "Le Sinn Fein est un parti républicain irlandais, a-t-il ajouté. Nous avons fait allégeance à un autre drapeau. Nous continuons à lutter pour une Irlande unie. Mais ce soir, nous allons voter pour l’égalité et le respect mutuel. En tant que républicain, nous rejetons la notion selon laquelle un peuple autre que les Irlandais sont souverains. Notre préférerions ne pas voir de divisions. Nous voulons regarder vers l’avenir, pas vers le passé".

Les partis unionistes du conseil ont voté contre l’amendement. Dans la soirée, Jim Rodgers, maire unioniste de la capitale d’Irlande du Nord, ne s’est pas montré surpris par l’explosion de violence dans les rues de sa ville. "Il y a une grande colère, a-t-il déclaré. Je ne peux pas tolérer cette violence mais les gens ne réalisent pas à quel point ce sujet [le drapeau sur la façade de la mairie, ndlr] préoccupe la population". Des propos auxquels le Premier ministre d’Irlande du Nord, Peter Robinson, a fait écho mardi dans la matinée : "Il n’y a aucune excuse aux attaques sur les forces de l’ordre, les employés municipaux et les biens publics, a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse", ajoutant cependant qu’à ses yeux, "la décision d’enlever le drapeau flottant au-dessus de la mairie et des immeubles municipaux, malgré les mises en garde des conséquences indirectes probables de cet acte sur les relations communautaires, était idiote et provocatrice".

"La crise cristallise les problèmes sociaux"

L’Irlande du Nord, province britannique semi-autonome, a connu 30 années de violences intercommunautaires au cours desquelles quelque 3 500 personnes ont été tuées. Depuis la signature des accords du Vendredi saint en 1998, et la formation d’un gouvernement composé de protestants et de catholiques, le climat s’est considérablement apaisé dans la région. Cependant, des violences sporadiques persistent, illustrant les profondes divisions au sein de la société nord-irlandaise. Cet été, notamment, la région a connu un regain de tension sensible, républicains et loyalistes multipliant les provocations cet été. Début septembre, les loyalistes ont violemment affronté, trois jours durant, les forces de l’ordre, blessant notamment plusieurs dizaines de policiers.

Rien à voir cependant, selon Pauline Beaugé de la Roque, chercheuse associée à l’Université de Cork, spécialiste de l’Irlande, avec les vagues d’attentats qui ont secoué la province dans les années 70 et 80. "Le conflit n’est pas réglé, mais on n’en est plus du tout à l’extrême violence que la province a connue, estime la chercheuse. Je ne crois vraiment pas que l’Irlande soit en train de sombrer à nouveau. Mais depuis six mois, la situation en Irlande du Nord ne s’est pas apaisée. Il ne faut pas oublier que l’année 2012 a marqué le quarantième anniversaire du Bloody Sunday [le 30 janvier 1972, 14 catholiques nord-irlandais ont été tués par l’armée britannique alors qu’ils manifestaient pacifiquement, ndlr]. Les anniversaires de ce type, ce n’est jamais très bon, ils provoquent des regains de tension. Et puis la crise, que l’Irlande subit de plein fouet, cristallise les problèmes sociaux. Si les gens avaient un travail, ils auraient sûrement d’autres préoccupations que de se promener dans la rue avec les Kalachnikov".
 

Première publication : 04/12/2012

  • IRLANDE DU NORD

    Nuit de violences entre protestants et catholiques à Belfast

    En savoir plus

  • IRLANDE DU NORD

    Des dizaines de policiers blessés dans des violences intercommunautaires à Belfast

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Visite historique d'Elisabeth II en Irlande du Nord pour tourner la page de la violence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)