Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Les affrontements se poursuivent au Caire entre pro et anti-Morsi

© AFP (Archive)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/12/2012

Des échauffourées ont éclaté mercredi entre adversaires et partisans du chef de l'État égyptien aux abords du palais présidentiel de Héliopolis, au Caire. Les opposants continuent de dénoncer la dérive autoritaire du pouvoir.

Malgré ses divisions, l’opposition a marqué des points en Égypte où elle tente de faire reculer le président Mohamed Morsi, accusé de dérive autoritaire. La police anti-émeutes est intervenue, mercredi 5 décembre au soir, pour tenter de séparer les opposants et les partisans du chef de l'État qui s'affrontent devant le palais présidentiel au Caire.

Le projet de Constitution au cœur des tensions

"Dégage !", "Le peuple veut la chute du régime" : les manifestants ont notamment scandé les slogans phares de la révolution qui a renversé l’ancien raïs Hosni Moubarak, en février 2011. La police anti-émeutes a fait usage de gaz lacrymogènes pour tenter de les disperser, en vain, et a battu en retraite. Cet évènement est le plus radical de l’importante série de mobilisations enregistrée ces derniers jours contre le président Morsi. À noter également que des opposants ont manifesté sur l'emblématique place Tahrir, dans le centre du Caire, mais aussi à Alexandrie (nord) et dans les villes de Sohag et Minya (centre).

La crise politique semble s’être durablement installée en Égypte et rien n’indique que la tension cristallisée par la bataille sur le projet de Constitution, qui doit remplacer la loi fondamentale suspendue après la chute de Hosni Moubarak, va retomber de sitôt. Les 234 articles du texte, qui ont été récemment adoptés à la hâte par une commission constituante convoquée en urgence, doivent être soumis à référendum le 15 décembre.

Le Front de salut national en première ligne

Outre les laïcs et les jeunes révolutionnaires, c’est le Front de salut national qui est en première ligne contre le pouvoir. Il appelle, en effet, à la désobéissance civile pour lutter contre ce qu'il considère comme une tentative de "kidnapping" du pays au détriment du peuple. Ce mouvement, qui regroupe des partis de gauche, des libéraux et des socialistes, compte parmi ses membres l'ancien secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, et Mohamed el-Baradeï, qui fut candidat à la dernière présidentielle. Ses demandes sont simples : l’abrogation du décret présidentiel qui empêche toute contestation en justice des décisions présidentielles dans l'attente de l'élection d'un nouveau Parlement, l’annulation du référendum et la mise en place d’une Assemblée constituante davantage représentative de la population égyptienne.

"Des tentes sont toujours plantées autour du palais"

Le président islamiste assure, quant à lui, que son décret est "temporaire" et qu'il vise à accélérer les réformes démocratiques. De leurs côtés, Les Frères musulmans et leurs alliés du parti salafiste Al-Nour, qui ont organisé une vaste manifestation de soutien au président Morsi samedi, s'estiment en mesure de mobiliser suffisamment d'électeurs pour remporter le référendum du 15 décembre malgré l'appel au boycott lancé par plusieurs juges et organes médiatiques. Le bras de fer continue.

FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 04/12/2012

  • ÉGYPTE

    La presse égyptienne suspend sa parution pour protester "contre la tyrannie"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Égyptiens appelés à se prononcer sur le projet de Constitution le 15 décembre

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Des milliers d’opposants à la nouvelle Constitution égyptienne manifestent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)