Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Moyen-orient

Armes chimiques : une menace à double tranchant pour Damas

© AFP

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 04/12/2012

Une source de l'AFP affirme que le régime syrien serait en train de mélanger des "précurseurs chimiques" à des fins militaires. Les experts s'accordent toutefois pour dire que Damas n'a aucun intérêt à utiliser ce type d'armes.

 
Vingt mois après le début du soulèvement contre le président syrien Bachar al-Assad, la communauté internationale redoute toujours que le régime de Damas, acculé, n'utilise des armes chimiques contre son peuple. Et pour cause : lundi 3 décembre, un responsable américain, sous couvert d’anonymat, a affirmé à l’AFP que le régime syrien serait en train d'assembler des éléments nécessaires à la militarisation d'armes chimiques, vraisemblablement du gaz sarin.
 
Washington met en garde Damas
 
L'Otan évoque une "réaction internationale immédiate"

L'utilisation d'armes chimiques par la Syrie entraînerait une "réaction internationale immédiate" de la communauté internationale, a déclaré mardi le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen.

"Une utilisation éventuelle d'armes chimiques serait totalement inacceptable pour la communauté internationale. Je m'attends à une réaction immédiate de la communauté internationale" si c'était le cas, a déclaré M. Rasmussen avant une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan à Bruxelles.

"Il semble que des drones américains ont récupéré des informations laissant à penser que les Syriens manipulaient un certains nombre de leurs stocks d’armes chimiques, notamment dans deux dépôts", précise Olivier Lepick, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique et spécialiste des armes chimiques à FRANCE 24. 
 
Le gaz sarin est un produit extrêmement toxique qui provoque de graves séquelles neurologiques quand il ne tue pas par paralysie. Une fois ses composants assemblés, il suffit de placer le gaz dans un missile, une arme ou une bombe pour en avoir un usage militaire. Il est considéré comme une arme de destruction massive depuis 1987 par les Nations unies.
 
"Il se peut que le régime syrien ait procédé à l’assemblage des composants du gaz sarin afin de rendre plus difficile la neutralisation de ses stocks par un bombardement ordonné par les Occidentaux car, une fois assemblé, il devient actif et dangereux ", explique à FRANCE 24 Christian Leuprecht, professeur de sciences politiques au sein du Center for International and Defence Policy au Canada.
 
Cette information a été dévoilée lundi, quelques heures après que Washington a justement mis en garde le pouvoir syrien contre le recours à des armes chimiques. "Aujourd'hui, je veux dire très clairement à Assad et à ceux qui obéissent à ses ordres que le monde entier [vous] observe. Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable", a déclaré le président américain Barack Obama lors d'une allocution.
 
"Si vous commettez l'erreur tragique d'utiliser ces armes, il y aura des conséquences et vous en répondrez. Nous ne pouvons pas permettre que le XXIe siècle soit assombri par les pires armes du XXe siècle", a-t-il ajouté. Damas a immédiatement rétorqué qu'il ne ferait pas usage d'armes chimiques contre son peuple.
 
Un arsenal chimique "parfaitement moderne"
 
Les observateurs s’accordent pour dire que le régime baasiste, bien conscient de l’escalade qu’elle induit, n’a aucun intérêt à recourir à ce type d’armement. "Damas ne peut se risquer à utiliser son arsenal chimique, car le pouvoir syrien sait que cela reviendrait à ouvrir la porte à une intervention militaire internationale", explique à FRANCE 24 David Rigoulet-Roze, chercheur à l’Institut français d’analyse stratégique (Ifas). 
 
Un avis que partage Olivier Lepick. "Le régime n’aurait absolument rien à gagner à utiliser ses armes chimiques, le président Assad est tout sauf stupide, il sait parfaitement qu’en franchissant cette ligne rouge il perdra les derniers soutiens dont il jouit au sein du Conseil de sécurité [la Chine et la Russie, NDLR]", argumente le chercheur spécialiste des armes chimiques. Selon lui, si le régime dispose d’une panoplie d’armes développée depuis le milieu des années 1970 et "parfaitement moderne" - par exemple des agents de dernière génération comme les neurotoxiques organophosphorés, particulièrement dangereux -, leur utilisation dans le cadre d’une guérilla urbaine n’a aucun intérêt tactique.
 
Toutefois leur sécurisation semble être une priorité pour les Occidentaux qui redoutent toutes sortes de scénarii catastrophes et pas seulement celui de voir le président Assad franchir la ligne rouge pour défendre son régime. La situation en Syrie est tellement volatile que les experts envisagent que le pire peut arriver. "Il existe le risque qu’un commandant en charge d’une base de stockage d’armes chimiques, sous la pression d’une attaque rebelle, panique et prenne une décision fatale sans attendre un ordre de Damas, note Christian Leuprecht. Mais aussi le risque que des djihadistes mettent la main sur ces armes et les utilisent dans le conflit syrien."

 

Première publication : 04/12/2012

  • SYRIE

    Washington met en garde Damas contre l'usage d'armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’arsenal chimique syrien : quels risques, quelles conséquences ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas menace d'utiliser des armes chimiques en cas d'intervention étrangère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)