Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : la sécurité à l'agenda du 27e sommet Afrique-France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire de la gauche : l'esprit de synthèse à l'épreuve des débats

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire du parti socialiste : un débat sans pugilat

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : le faux dossier russe de Donald Trump ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Gastronomie : quand la cuisine créé du lien social

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Primaire de la gauche : demandez le programme économique !

En savoir plus

Moyen-orient

Jihad Makdissi, porte-parole de la diplomatie syrienne, s'est volatilisé

© F24

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 04/12/2012

Où est passé Jihad Makdessi ? Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères syrien, qui défendait régulièrement la politique du régime, a quitté la Syrie il y a quelques jours. Reste à savoir s'il s'agit d'une défection.

Le régime syrien a perdu sa voix. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jihad Makdissi, qui s'exprimait souvent lors de conférences de presse à Damas ou sur son compte Twitter pour défendre la politique du régime, a quitté la Syrie. Toutefois, il est encore trop tôt pour évoquer une défection en bonne et due forme, tant les versions divergent à son sujet. À en croire la télévision libanaise Al-Manar, la chaîne du Hezbollah proche du pouvoir syrien, le porte-parole aurait été limogé après "avoir improvisé des déclarations sortant du cadre officiel".

Mais selon une source diplomatique syrienne citée par Reuters, Jihad Makdessi a fait "défection". Et d’ajouter : "Il a quitté la Syrie, c’est tout ce que je peux vous dire". De son côté, Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), proche de l’opposition anti-Assad, affirme que le porte-parole "a été poussé à la démission par l'entourage du président, mais pas par le président lui-même". Il serait parti le 3 décembre pour Londres avec sa famille via l'aéroport de Beyrouth, au Liban, a-t-il encore précisé à l'AFP". Un itinéraire confirmé par une source sécuritaire libanaise, citée par la chaîne libanaise LBCI. Le diplomate, qui a travaillé plusieurs années à l'ambassade de Syrie dans la capitale britannique, y avait dans le même temps rédigé une thèse sur les médias.

Nouveau coup dur
 
Néanmoins, un porte-parole du Foreign Office britannique a confié à Reuters que Londres est informé des événements concernant Jihad Makdissi et de sa probable arrivée en Angleterre. "Nous sommes en train de vérifier", a-t-il résumé. Si elle se confirme, la défection de ce chrétien de Damas serait un nouveau coup dur pour le régime syrien, cette fois sur le plan médiatique, même si l’homme n’avait aucune réelle influence sur le pouvoir. 
Il avait été contacté par le régime syrien au début de la contestation pour occuper le poste de porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Jihad Makdissi avait toutefois choisi de loger sa famille à Beyrouth, où il se rendait le week-end, selon ses amis cités par l’AFP.
 

 

Première publication : 04/12/2012

  • SYRIE

    Washington met en garde Damas contre l'usage d'armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’arsenal chimique syrien : quels risques, quelles conséquences ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas menace d'utiliser des armes chimiques en cas d'intervention étrangère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)