Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

FRANCE

Le retrait du groupe Enel s'ajoute aux malheurs de l'EPR de Flamanville

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/12/2012

Après l'annonce du nouveau surcoût de 2 milliards d'euros pour la construction de l'EPR de Flamanville, le groupe italien Enel a annoncé mardi son retrait du projet. En réaction, l'action EDF a enregistré la plus forte baisse de l'indice CAC 40.

Le groupe italien Enel a annoncé mardi son retrait du projet de construction de l'EPR de Flamanville (Manche), au lendemain de l'annonce d'une nouvelle augmentation du coût de la construction de ce réacteur nucléaire de dernière génération, qui avoisine
désormais 8,5 milliards d'euros.

Enel, qui participe à hauteur de 12,5% à ce projet, a ajouté qu'il allait être remboursé à hauteur d'environ 613 millions d'euros au titres des investissements déjà engagés, soulignant toutefois qu'il restait présent en France.

"Le marché français demeure stratégique pour le groupe Enel qui continuera à y être actif grâce à sa présence diversifiée dans les activités de négoce d'énergies renouvelables, de gaz et d'électricité", a-t-il dit dans un communiqué.

L'action EDF (-2,3% à 13,97 euros) a accusé mardi la plus forte baisse de l'indice CAC 40 à la Bourse de Paris, la question de la rentabilité de l'EPR étant désormais
largement posée.

EDF, qu n'a pas réagi dans l'immédiat au retrait d'Enel, a annoncé lundi soir que le coût de construction de l'EPR de Flamanville avait augmenté de deux milliards d'euros, atteignant ainsi 8,5 milliards d'euros en tenant de l'inflation, contre 3,3 milliards prévus initialement en 2005.

"C'est un montant assez gros et le coût paraît exorbitant. Après un rapide calcul, le coût complet de production serait de 105 euros par MWh, soit le double du prix actuel de l'électricité", observe Per Lekander, analyste chez UBS.

"D'une certaine manière, les dernières 24 heures ont tué le nucléaire français. Avec de tels coûts, l'exportation est impossible et maintenant vous avez un des rares partenaires qui se retire. C'est très mauvais signe", ajoute-t-il.

Sur le marché spot de l'électricité, le contrat français pour mercredi se négocie à 57,50 euros en fin d'après-midi, en hausse de 8%.

"Cela semble impossible pour l'Angleterre d'accepter un tel prix et cela pourrait bien signifier la fin de l'EPR en Angleterre", prévient l'analyste d'UBS.

EDF Energy, filiale britannique d'EDF, négocie actuellement avec les autorités britanniques les conditions d'implantation de deux réacteurs EPR au Royaume-Uni. Le groupe envisage d'y construire jusqu'à quatre EPR.

Outre celui de Flamanville, trois autres EPR sont en construction : un en Finlande, où le projet accuse également retard et surcoûts, et deux en Chine, où le chantier progresse selon le calendrier établi.

La France cherche par ailleurs à vendre deux réacteurs EPR supplémentaires à la Chine.

Enel avait signé en novembre 2007 un accord stratégique avec EDF portant sur une coopération sur la centrale de Flamanville et sur cinq autres éventuels projets d'EPR en France.

Paris espère en outre finaliser la vente de deux EPR à l'Inde.

Des coûts "sous-évalués" au départ

En 2005, EDF avait estimé le coût de la construction de l'EPR de Flamanville à 3,3 milliards d'euros, puis l'avait revu à quatre milliards en 2008 et à six milliards en 2011.

"Ce sont encore des milliards qui viennent s'ajouter à d'autres pour une société qui est déjà en difficulté sur le plan financier avec pas mal de dette", observe de son côté un vendeur actions à Paris.

EDF affiche l'un des ratios de dette à long terme sur fonds propres les plus élevés du CAC 40, à 137%, contre 59% en moyenne pour les principales valeurs françaises.

En Bourse, le titre EDF perdait 2,5% à 13,95 euros vers 15h00, tandis que l'indice CAC 40 progressait de 0,4%.

Alors qu'une partie des écologistes pressent le gouvernement d'arrêter la construction de ce réacteur, la ministre de l'Ecologie et de l'Energie a insisté mardi sur le fait que le
calendrier du projet serait tenu, ajoutant qu'EDF jouait "la transparence".

"Le calendrier d'ouverture en 2016 sera tenu. Nous sommes maintenant dans une phase où 93% des travaux de génie civil - du gros oeuvre - sont réalisés", a déclaré Delphine Batho à la presse, à l'issue d'un séminaire gouvernemental.

La ministre a fait valoir que les coûts du projet avaient été "sous-évalués" au départ et qu'il fallait tenir compte du fait que l'EPR de Flamanville était le premier réacteur de ce
type.

Denis Baupin, vice-président du groupe Europe Ecologie-Les Verts à l'Assemblée nationale, appelle pour sa part le président François Hollande à "arrêter les frais".

"M. le président, puisque le destin de l'EPR de Flamanville est déjà scellé, pourquoi ne pas arrêter les frais dès maintenant et économiser des milliards d'argent public dont
notre économie a tant besoin par ailleurs ?", écrit-il dans un communiqué.

REUTERS

Première publication : 05/12/2012

  • FRANCE

    EDF reporte de deux ans la construction du réacteur nucléaire de Flamanville

    En savoir plus

  • ÉNERGIE NUCLÉAIRE

    Deux ans de retard confirmés pour le réacteur EPR de Flamanville

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)