Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

RD Congo : enquête au cœur du parc des Virunga

En savoir plus

SUR LE NET

La disparition du vol d'AirAsia bouleverse la Toile

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

Economie

Budget 2013 : Dublin poursuit sa cure d'austérité

© AFP

Vidéo par Hervé AMORIC

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/12/2012

Sur fonds de manifestations, le gouvernement irlandais doit dévoiler, ce mercredi, un nouveau budget d'austérité qui doit lui permettre d'économiser 3,5 milliards d'euros.

De nouvelles hausses d'impôts et davantage de coupes dans les dépenses : telle est la ligne directrice du budget d'austérité que l'Irlande présente ce mercredi 6 novembre. Grâce à cette rigueur renouvelée, Dublin espère économiser 3,5 milliards d'euros.

Cela fait maintenant trois ans que l'Irlande - qui a bénéficié d'un plan de sauvetage international en 2010 - applique sans discontinuer une politique de rigueur. En échange d’un prêt international de 67 milliards d’euros, Dublin a, en effet, accepté de réduire son déficit public de façon drastique, de 30 % de son PIB en 2010 à 11 % cette année. Sa détermination dans l'austérité a valu à Dublin le titre de "bon élève" du Fonds monétaire international (FMI).

Mais, dans les rues de Dublin, les Irlandais qui subissent le contrecoup de cette austérité ne trouvent pas qu'être le "bon élève" du FMI leur a apporté grand chose. Les manifestations sont ainsi devenues monnaie courante. Selon un récent sondage, la majorité des Irlandais craint de ne plus pouvoir faire face à ses obligations financières une fois que le gouvernement aura mis en œuvre son nouveau budget.

"Il s’agit pour les deux tiers de réduction des dépenses et pour un tiers de hausse des taxes. Les gens en ont assez, ils voudraient que les riches paient plus, mais le gouvernement n’augmente pas certaines taxes sur les entreprises pour ne pas décourager l'embauche", analyse Ingrid Miley, journaliste pour la RTE (le service public de radio et télévision irlandais).

Désamorcer la bombe sociale

En première ligne des nouvelles mesures budgétaires : les retraités et les bas salaires. Leurs cotisations sociales sont en hausse, et toutes les formes d’aide en baisse. Pour la première fois par ailleurs, le gouvernement veut instaurer une taxe immobilière. "Cette taxe va ajouter de 400 à 600 euros à nos factures domestiques annuelles, des sommes que les gens n’ont pas. Il n’est pas juste que l’Europe et le gouvernement irlandais nous imposent ces mesures d’austérité. Nous disons non au FMI, non à la Banque centrale européenne, non au gouvernement irlandais", s'emporte Joanne Pender, comptable et mère de deux enfants.

Face à cette grogne, le gouvernement assure que sa stratégie commence à faire ses preuves. "Il y a 18 mois, l’économie irlandaise était en chute libre. Aujourd’hui, elle se redresse. Ce qui a permis ce redressement est en grande partie notre capacité à attirer les investissements étrangers", assure Lucinda Creighton, ministre irlandaise des Affaires européennes.

Le principal syndicat patronal tente, lui aussi, de désamorcer la bombe sociale actuelle. "L’environnement économique est loin d’être aussi difficile que les années précédentes et  les familles vont bientôt ressentir cette amélioration : il y aura ainsi des opportunités d’emploi, une hausse modeste des salaires", affirme Fergal O’Brien, économiste en chef à la Confédération irlandaise des employeurs (Ibec)
 

Première publication : 05/12/2012

  • IRLANDE

    Les Irlandais disent "oui" au pacte budgétaire européen

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La récession rattrape l'Irlande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)