Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

FRANCE

Marlène Le Floch-Prigent : "Je veux juste que mon mari soit en vie pour se défendre"

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 05/12/2012

L’épouse de Loïk Le Floch-Prigent, l’ex-dirigeant du groupe pétrolier Elf accusé d’escroquerie, demande à François Hollande de rapatrier son mari emprisonné au Togo depuis la mi-septembre. Souffrant d’un cancer, ses jours seraient en danger.

Le président de la République comme dernier recours. Ce mercredi 5 décembre, Marlène Le Floch-Prigent a adressé une lettre, rendue publique, au président François Hollande afin de faire rapatrier son mari dans l'Hexagone pour raisons médicales.

Loïk Le Floch-Prigent, qui est incarcéré au Togo depuis deux mois et demi pour des faits d’escroquerie, est atteint d'un cancer. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international togolais, l’ex-dirigeant d’Elf a été arrêté le 15 septembre à Abidjan puis extradé vers Lomé.

En désespoir de cause, l'épouse de l'ex-dirigeant emprisonné il y a quelques années en France près de deux ans pour corruption dans une autre affaire, est venue défendre sa démarche sur l'antenne de FRANCE 24.

Opération urgente nécessaire

"Sa santé déjà précaire se dégrade au point d’angoisser désormais tous ses proches. Qu’attend-t-on ? Que mon mari meure faute de soins ?", écrit Marlène Le Floch-Prigent. Atteint de psoriasis depuis l’âge de 15 ans, Loïk Le Floch-Prigent souffre de carcinomes, une complication de type cancéreuse qui nécessite une intervention chirurgicale dès l’apparition d’une nouvelle lésion. "Il a subi 18 opérations en 15 mois et la dernière en date devait être faite en septembre", explique Marlène Le Floch-Prigent, qui craint que des métastases se répandent jusqu’au point de non retour.

Une appréhension que partagent également des médecins agréés par le Consulat de France, qui, après auscultation du malade à Lomé, ont signalé les risques dans leurs rapports. À Paris, le docteur David Farhi qui traite Loïk Le Floch-Prigent, affirme, lui aussi, qu’il "paraît urgent d’opérer" son patient.

"Je ne veux pas me soustraire à la justice"

Après avoir dû écarter l'option du paiement de la caution fixée à neuf puis six millions de dollars, Marlène Le Floch-Prigent explique n'avoir d'autre choix que de s'en remettre au président pour qu’il demande le rapatriement en urgence de son mari. "Mon cri est celui d’une épouse, d’une citoyenne qui croit aux valeurs de droit et à celles de la République", écrit-elle. Ne remettant pas en cause l’enquête ou l’implication de son mari dans l’affaire d’escroquerie, elle demande qu'il soit pris en charge le plus rapidement possible, précisant que les services de santé de Lomé ne sont pas en mesure de prodiguer les soins nécessaires. "Je ne veux pas me soustraire à la justice, mais simplement rappeler qu’un homme mort ne peut pas être jugé", a-t-elle déclaré.

En relayant son appel dans les médias, Marlène Le Floch-Prigent espère que les autorités togolaises "ne resteront pas insensibles" à sa demande. Et d’ajouter à l'antenne : "mon mari aime l’Afrique. Il est plus Africain que Français. Aujourd’hui il est malade. Ce n’est pas la justice que je veux écarter, je veux juste qu’il soit en vie pour se défendre", conclut-elle.

Première publication : 05/12/2012

  • JUSTICE

    Extradé à Lomé, Loïk Le Floch-Prigent renoue avec les ennuis judiciaires

    En savoir plus

  • FRANCE

    Retour à la case prison pour Le Floch-Prigent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)