Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les soldats du califat ?

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

FRANCE

Marlène Le Floch-Prigent : "Je veux juste que mon mari soit en vie pour se défendre"

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 05/12/2012

L’épouse de Loïk Le Floch-Prigent, l’ex-dirigeant du groupe pétrolier Elf accusé d’escroquerie, demande à François Hollande de rapatrier son mari emprisonné au Togo depuis la mi-septembre. Souffrant d’un cancer, ses jours seraient en danger.

Le président de la République comme dernier recours. Ce mercredi 5 décembre, Marlène Le Floch-Prigent a adressé une lettre, rendue publique, au président François Hollande afin de faire rapatrier son mari dans l'Hexagone pour raisons médicales.

Loïk Le Floch-Prigent, qui est incarcéré au Togo depuis deux mois et demi pour des faits d’escroquerie, est atteint d'un cancer. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international togolais, l’ex-dirigeant d’Elf a été arrêté le 15 septembre à Abidjan puis extradé vers Lomé.

En désespoir de cause, l'épouse de l'ex-dirigeant emprisonné il y a quelques années en France près de deux ans pour corruption dans une autre affaire, est venue défendre sa démarche sur l'antenne de FRANCE 24.

Opération urgente nécessaire

"Sa santé déjà précaire se dégrade au point d’angoisser désormais tous ses proches. Qu’attend-t-on ? Que mon mari meure faute de soins ?", écrit Marlène Le Floch-Prigent. Atteint de psoriasis depuis l’âge de 15 ans, Loïk Le Floch-Prigent souffre de carcinomes, une complication de type cancéreuse qui nécessite une intervention chirurgicale dès l’apparition d’une nouvelle lésion. "Il a subi 18 opérations en 15 mois et la dernière en date devait être faite en septembre", explique Marlène Le Floch-Prigent, qui craint que des métastases se répandent jusqu’au point de non retour.

Une appréhension que partagent également des médecins agréés par le Consulat de France, qui, après auscultation du malade à Lomé, ont signalé les risques dans leurs rapports. À Paris, le docteur David Farhi qui traite Loïk Le Floch-Prigent, affirme, lui aussi, qu’il "paraît urgent d’opérer" son patient.

"Je ne veux pas me soustraire à la justice"

Après avoir dû écarter l'option du paiement de la caution fixée à neuf puis six millions de dollars, Marlène Le Floch-Prigent explique n'avoir d'autre choix que de s'en remettre au président pour qu’il demande le rapatriement en urgence de son mari. "Mon cri est celui d’une épouse, d’une citoyenne qui croit aux valeurs de droit et à celles de la République", écrit-elle. Ne remettant pas en cause l’enquête ou l’implication de son mari dans l’affaire d’escroquerie, elle demande qu'il soit pris en charge le plus rapidement possible, précisant que les services de santé de Lomé ne sont pas en mesure de prodiguer les soins nécessaires. "Je ne veux pas me soustraire à la justice, mais simplement rappeler qu’un homme mort ne peut pas être jugé", a-t-elle déclaré.

En relayant son appel dans les médias, Marlène Le Floch-Prigent espère que les autorités togolaises "ne resteront pas insensibles" à sa demande. Et d’ajouter à l'antenne : "mon mari aime l’Afrique. Il est plus Africain que Français. Aujourd’hui il est malade. Ce n’est pas la justice que je veux écarter, je veux juste qu’il soit en vie pour se défendre", conclut-elle.

Première publication : 05/12/2012

  • JUSTICE

    Extradé à Lomé, Loïk Le Floch-Prigent renoue avec les ennuis judiciaires

    En savoir plus

  • FRANCE

    Retour à la case prison pour Le Floch-Prigent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)