Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

  • En direct : "Ce qui nous unit doit être plus fort que nos différences", dit Valls

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

SPORT

Arbitrage vidéo : marquez, vous êtes filmés !

© AFP

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 06/12/2012

C’est une première. La Fédération internationale de football (Fifa) a inauguré jeudi l’usage de la vidéo pour venir en aide à l’arbitrage. Une technologie testée à l’occasion du Mondial des clubs organisé actuellement au Japon.

L’histoire retiendra que c’est à l’occasion du match entre les Néo-Zélandais d'Auckland City et les Japonais de Sanfrecce Hiroshima (0-1) que la Fifa a inauguré son tout nouveau système d’aide à l’arbitrage. "C'est un grand jour, car c'est la première fois que la technologie va être utilisée officiellement dans un match. Jusqu'ici, ce n'était qu'expérimental", a ainsi déclaré le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke.

Avec l’accord indispensable des membres de l’International Board, organe garant des lois du jeu, l’instance du football mondial a décidé de franchir le pas à l’occasion de ce Mondial des clubs organisé au Japon. L’objectif ? Savoir si le ballon a franchi ou non la ligne de but.

"La Fifa aide les arbitres à prendre la bonne décision"

"C’est une avancée à signaler", souligne sur RFI, l’ancien arbitre international Bruno Derrien. "La Fifa ne veut plus revivre ce qu’il s’est passé en 2010 lors du 8e de finale de la Coupe du Monde entre l’Angleterre et l’Allemagne avec ce but de Lampard refusé alors que le ballon avait franchi la ligne de but de plus d’un mètre", rappelle-t-il. "Imaginez une telle action en finale de la Coupe du monde et les conséquences que cela pourrait avoir sur la compétition. La Fifa aide donc les arbitres à prendre la bonne décision. Cela va ramener de la sérénité et de la sécurité aux arbitres."

La Fifa a pourtant longtemps résisté aux appels en faveur de l'usage de technologies de pointe auxquelles d'autres sports ont déjà recours avec succès.

Mais cette énorme erreur d’appréciation lors de la Coupe du monde 2010 et un cas similaire survenu lors du match opposant l’Ukraine à l’Angleterre lors de l’Euro-2012 ont finalement changé la donne.

"Après ce match (Ukraine-Angleterre 0-1, le 19 juin 2012 ndlr.), la technologie sur la ligne de but n’est pas une alternative, mais une nécessité", avait ainsi déclaré sur Twitter le président de la Fifa, Sepp Blatter.

Aujourd'hui, deux fournisseurs de systèmes, l'un allemand, l'autre anglais, se livrent une farouche bataille au Japon afin d'être sélectionnés pour la Coupe du monde 2014 organisée au Brésil.

Le système GoalRef, qui se sert d'un champ magnétique et d'un ballon spécial doté d’une puce, est testé dans le stade de Yokohama où a eu lieu le match d’ouverture entre les Néo-Zélandais d'Auckland City et les Japonais de Sanfrecce Hiroshima (0-1).

L'autre système, Hawk-Eye, qui se base sur l'utilisation de caméras comme cela se fait déjà au tennis ou au cricket, est lui utilisé dans le stade de la ville de Toyota.

"Nous déciderons en février ou mars lequel sera utilisé pour la Coupe des confédérations 2013 (répétition générale de la Coupe du monde ndlr.)", a expliqué Christoph Schmidt, du secrétariat général de la Fifa, au cours du salon Soccerex qui s’est déroulé fin novembre à Rio de Janeiro.

Platini est contre

Cette révolution dans le monde du football n’est pourtant pas du goût de tous. Ainsi, le président de l’UEFA, Michel Platini, s’est récemment prononcé contre l’usage de la vidéo. "Comme je l'ai déjà dit, ça va à l'encontre du jeu. Et puis mettre ça sur la ligne de but, c'est la porte d'entrée à la vidéo dans le football d'une façon plus générale. Je suis contre tout ça", a ainsi déclaré l’ancien numéro 10 des Bleus.

Un avis qui tranche avec celui du secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke. "Est-ce qu'on tue le jeu en prenant une seconde pour voir s'il y a but ou non ? N'est-il pas mieux que l'équipe sache si son but est valide ? Car on ne parle de rien d'autre, il ne s'agit pas d'arrêter le jeu pendant quinze secondes, pour regarder une vidéo", a précisé le Français, expliquant que l'arbitre sera de toute manière le seul à recevoir l'information et à prendre la décision.

Une opinion qui rejoint celle de Bruno Derrien, favorable à cette aide à l’arbitrage. "Certains vont la regretter au nom de l’universalité du football, de cette part de hasard; de cette incertitude qui doit régner sur le terrain. Mais en même temps, il y a de tels enjeux financiers et sportifs dans les grandes compétitions que malheureusement l’erreur de l’arbitre n’est plus admise, ni par les joueurs, ni par les entraîneurs, ni par la presse." 

Première publication : 06/12/2012

  • FOOTBALL

    Messi, Cristiano Ronaldo et Iniesta en lice pour le Ballon d’Or

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    "Le dopage est hyper présent dans le football"

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Élisez le plus beau but de l'année

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)