Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump - Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

Afrique

Avoir 20 ans à Alexandrie

Texte par Matthieu MABIN

Dernière modification : 06/12/2012

À Alexandrie, en Égypte, le ressentiment à l'égard des Frères musulmans, le parti au pouvoir, est vivace. Matthieu Mabin, grand reporter à France 24 s'est rendu dans cette ville chargée d'histoire pour prendre le pouls d'une jeunesse désabusée.

Marwa el-Zomor ne s’est pas remise de l’arrivée des Frères musulmans au pouvoir en Égypte. Cette jeune Alexandrine, d'à peine 20 ans, est une fille de la révolution, un visage de l’Égypte moderne. C’est à Alexandrie, sa ville natale qu’avec ses amis, la jeune femme a participé au renversement de Moubarak en 2011. Elle avait alors 17 ans et croyait en un avenir radieux fait de liberté et de démocratie.

Alexandre le Grand avait rêvé d’une capitale intellectuelle et spirituelle du monde méditerranéen. 2 300 ans plus tard, les façades de la ville portent encore le souvenir d’époques glorieuses, quand l’Orient et l’Occident partageaient le meilleur de leurs cultures.

Mohamed Morsi, élu président en juin dernier, n’a recueilli qu’un faible suffrage à Alexandrie. Mais comme partout ailleurs en Egypte, l’influence des islamistes n’a cessé de grandir ces derniers mois. Comme dans la précédente Constitution, l’article 2 stipule que "les principes de la charia sont la source principale du droit" . Mais cette fois, les textes seront appliqués par des islamistes qui ont annoncé qu’ils laisseraient libre cours à leur lecture de l’islam. Pour les révolutionnaires, tout porte à croire que l’esprit d’ouverture qui a fait la légende d’Alexandrie a vécu.
 

Première publication : 06/12/2012

  • ÉGYPTE

    Au Caire, l'armée déploie des tanks devant le palais présidentiel

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les juges refusent de superviser le référendum

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Égyptiens appelés à se prononcer sur le projet de Constitution le 15 décembre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)