Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-orient

Les scénarii occidentaux pour sécuriser les armes chimiques syriennes

© AFP

Vidéo par Sandrine GOMES

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 07/12/2012

Depuis quelque temps, les Occidentaux suspectent ouvertement Damas de vouloir faire usage de son arsenal chimique contre la rébellion armée. La question de la sécurisation des sites de stockage d’armes toxiques est donc désormais sur la table.

Sus aux stocks d’armes chimiques syriens ! Depuis quelques jours, les Occidentaux, les États-Unis en tête, agitent le chiffon rouge sur l’utilisation d’armes toxiques par le régime de Bachar al-Assad, qui perd du terrain face à la rébellion. Selon les renseignements américains, des mouvements suspects auraient eu lieu dans des sites abritant les armes toxiques de l’armée syrienne. D’après des sources américaines anonymes citées dans plusieurs médias, Damas aurait commencé à mélanger les composants nécessaires à la production du gaz sarin, un redoutable neurotoxique.

Damas pourrait "utiliser ses armes chimiques contre sa population"

Pis, mercredi 5 décembre, la chaîne américaine NBC, citant elle aussi "des responsables américains", a affirmé que l'armée syrienne avait chargé des bombes, destinées à être larguées par avion, avec du gaz sarin.
 
Si cette information venait à être confirmée, cela équivaudrait à une déclaration de guerre de Damas. Car le président Barack Obama en personne avait mis en garde son homologue syrien, le 3 décembre, contre l’utilisation de son arsenal chimique contre sa population. "Si vous commettez l'erreur tragique d'utiliser ces armes, il y aura des conséquences et vous en répondrez", avait-t-il averti.
 
Dès lors, si le régime envisage réellement une telle escalade dans sa campagne militaire contre l’insurrection armée qui menace son existence, la question de la sécurisation des sites de stockage et de production d’armes chimiques syriennes par les Occidentaux est posée. Et ce, sachant qu’une intervention militaire, comprenant des frappes aériennes et l'envoi de forces terrestres en terrain hostile, est hautement risquée en raison de la dissémination possible des armes, des risques de fuites toxiques et du chaos généralisé en Syrie.
 
Les forces spéciales françaises prêtes à intervenir ?
 
Plusieurs scénarii sont évoqués dans les médias américains et européens, dont certains impliquant l’armée française. Ainsi, selon Jean Guisnel, spécialiste reconnu des questions militaires et journaliste du "Point", les forces spéciales de l’armée française seraient prêtes à mener des opérations préventives ciblées en Syrie, afin de se saisir des stocks chimiques, avant qu’ils ne soient utilisés par le régime. Voire qu’ils ne tombent entre les mains de djihadistes infiltrés dans les rangs des rebelles, comme le craint par dessus tout Washington.
 
"Le schéma qui prévaut actuellement consisterait en une intervention française relativement modeste, intégrée à celle d'une coalition multinationale", écrit-il dans sa chronique du 4 décembre. Il précise que cette dernière compterait notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, "entre autres membres de l'Otan, dont la Turquie sans doute", auxquels seraient associés la Jordanie et peut-être d'autres pays arabes.
 
"Il n'est pas question d'une intervention terrestre ou aérienne massive et/ou durable, mais plutôt d'une série de coups de main solidement appuyés par des avions et des hélicoptères, destinés à mettre la main sur le stock d'armes chimiques", explique-t-il.
 
Un point de vue que partage Jeffrey White, devenu analyste au Washington Institute après une carrière dans les renseignements militaires (DIA). Interrogé par l’AFP, ce dernier estime vraisemblable que l'action de forces spéciales consiste en des raids ponctuels, sans demeurer sur le sol syrien.
 
Selon un article du "New York Times", publié mi-novembre, le Pentagone avait informé le gouvernement américain que près de 75 000 soldats seraient nécessaires pour saisir et sécuriser les stocks d’armes chimiques syriens. Soit un scénario inenvisageable pour les experts, qui doutent que l'administration Obama s'engage seule dans une nouvelle opération terrestre d’envergure au Moyen-Orient après le précédent irakien. Ce qui renforce le schéma évoqué plus haut, c'est-à-dire d’une coalition, composée de pays membres de l’Otan et de pays arabes, qui effectuerait des raids éclairs.
 

Première publication : 06/12/2012

  • Armes chimiques en Syrie : Obama menace, l'Otan déploie ses missiles (partie 1)

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques : une menace à double tranchant pour Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’arsenal chimique syrien : quels risques, quelles conséquences ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)