Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

Culture

Un artiste suédois utilise des cendres de victimes de la Shoah

© Ola Torkelsson/Scanpix

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/12/2012

La nouvelle œuvre du plasticien Carl Michael von Hausswolff suscite de nombreuses critiques en Suède. L'artiste a utilisé des cendres, qu'il aurait subtilisées dans un camp de concentration nazi en Pologne, pour réaliser une toile.

La dernière création de l’artiste Carl Michael von Hausswolff provoque l'indignation en Suède. Ce plasticien, connu pour ses productions de musique expérimentale, affirme qu'il a utilisé des cendres de victimes de la Shoah pour réaliser une peinture.

L’artiste aurait volé ces cendres lors d’une visite, en 1989, du camp de concentration et d'extermination de Majdanek situé près de Lubin en Pologne. Pendant plusieurs années, il ne les a pas utilisées car elles étaient  "lourdement chargées par les atrocités qui avaient été commises dans ce lieu". Ce n’est qu’en 2010 qu’il décide de les mélanger avec de l’eau pour peindre une toile.

"Comme si les cendres contenaient l’énergie ou les souvenirs des âmes des personnes qui avaient été torturées, tourmentées et tuées par d’autres personnes au cours de l’une des guerres les plus impitoyables du XXe siècle", explique l’artiste sur le site de la galerie de Lund où l’œuvre sera exposée à partir du 15 décembre.

L'oeuvre de l'artiste Carl Michael von Hausswolff publiée sur le site de Sydsvenskan


Comme le rapporte le site de la BBC, de nombreuses voix se sont élevées pour critiquer cette démarche artistique. Les responsables du camp de Majdanek, où 80 000 déportés, dont une majorité de juifs, ont trouvé la mort durant la Seconde Guerre mondiale, ont qualifié cet acte de "barbare".

"Nous sommes vraiment choqués et outragés par l’information selon laquelle cette peinture a été faite à partir de cendres de victimes de Majdanek. C’est une provocation artistique qui mérite juste d’être condamnée", a dénoncé le directeur du musée du camp dans un communiqué.

La communauté juive suédoise s’est aussi montrée indigné par cette exposition. Salomon Schulman, un professeur de yiddish a déclaré que cette toile était "dégoutante" et "répulsive". "Qui sait, ce sont peut-être des cendres de mes proches", a-t-il déclaré au journal "Sydsvenskan".

Face à ces critiques, la galerie s’est défendue en expliquant qu’elle n’avait pas l’intention de heurter qui que ce soit. "Nous n’avions pas pour objectif de rouvrir de vieilles blessures, mais au contraire de les guérir", s’est justifié Martin Bryder, le directeur du lieu.

Alertée sur cette affaire, la police polonaise de Lublin n’a pas encore ouvert d’enquête au sujet du vol présumé de ces cendres, car aucune plainte n’a pour l’instant été déposée.
 

Première publication : 07/12/2012

  • FRANCE

    Hollande : la rafle du Vél d'Hiv est un "crime commis en France par la France"

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Le criminel nazi Laszlo Csatary arrêté à Budapest

    En savoir plus

  • FRANCE

    Premiers regrets de la SNCF pour son rôle dans la déportation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)