Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En direct : le scrutin s'achève sur fond de violences dans la région de Bouira

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

Afrique

Le Ghana, un modèle de démocratie pour l’Afrique

© AFP

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 08/12/2012

À partir de vendredi 7 décembre, les Ghanéens sont appelés aux urnes pour la sixième fois depuis le début de la quatrième république en 1992. Malgré une décolonisation houleuse, la démocratie s’est peu à peu instaurée jusqu’à devenir incontournable.

Il est l’un des premiers pays d’Afrique à s’être libéré, en 1957, de ses colonisateurs britanniques. Depuis, le Ghana a parcouru un long chemin vers la démocratie secoué notamment par le putsch du colonel Ignatius Acheampong en 1972, puis par celui de Jerry Rawlings en 1981. Deux étapes traumatisantes qui ont pourtant posé les bases, dans la douleur, d’un système démocratique envié et respecté à travers tout le continent africain.

En l’espace de deux décennies, le pays en est à son sixième scrutin multipartite et a déjà connu deux alternances au pouvoir. "Les Ghanéens sont fiers et conscients de leur maturité politique et se voient comme un véritable modèle pour la région", confie Ruby Sandhu-Rojon, coordinatrice des Nations unies dans la capitale ghanéenne, Accra. Au-delà d’une volonté affichée du peuple ghanéen de préserver ce statut exemplaire, plusieurs facteurs peuvent expliquer cette stabilité politique.

Des institutions efficaces

Très respectées, les différentes institutions ghanéennes brillent par leur bon

Le scrutin se prolongera jusqu'à samedi en raison de problèmes techniques

fonctionnement. La Commission électorale, qui chapeaute notamment la présidentielle du 7 décembre, est perçue comme "un organe solide et crédible", explique Ruby Sandhu-Rojon. "Près de 60 % de la population fait confiance à cette institution", précise-t-elle, s’appuyant sur une récente étude de l’Afrobarometer, institut dédié aux sondages sur la démocratie et la gouvernance africaine.

En dehors des instances politiques, il faut également considérer le rôle majeur des autres institutions qui représentent de véritables "forces de stabilisation, comme l’armée ghanéenne, les médias ou encore les différentes ONG qui défendent efficacement justice et droits de l’Homme", ajoute Ruby Sandhu-Rojon. En outre, les organisations de la société civile, comme les Églises, qui s’attachent à relayer des messages de paix, sont particulièrement influentes.

Des décideurs aguerris

Autre facteur de la réussite démocratique du Ghana : ses leaders politiques dont la bonne entente n’est pas qu’un écran de fumée, assure Ruby Sandhu-Rojon. Un argument également soutenu par Hélène Quénot-Suarez, chercheuse spécialiste de l’Afrique subsaharienne à l’Institut français des relations internationales (Ifri). "Les hommes politiques ghanéens sont bien formés et l’étaient déjà avant les indépendances. On a donc une élite politique très éduquée, ce qui permet, entre autres, de gagner en crédibilité sur la scène internationale", ajoute-t-elle.

Huit candidats et deux favoris pour la présidentielle

Ce vendredi 7 décembre, le nom du nouveau chef de l’État devrait être révélé parmi les huit candidats en lice. John Dramani Mahama, président par intérim depuis la mort en juillet de John Atta Mills, et Nana Akufo Addo, soutenu par l’ancien président John Kufuor, font figure de favoris.

Mais les dirigeants politiques ne sont pas les seuls garants de la démocratie. "Le Ghana accorde une place capitale aux chefs de ses différentes communautés, notamment les Ashantis, qui sont très proches du peuple. La chefferie joue un grand rôle de régulateur des tensions qui peuvent apparaître", explique Pierre Jacquemot, également spécialiste de l’Afrique à l’Iris (Insitut de relations internationales et stratégiques) et auteur du livre "Ghana, les chemins de la démocratie" (2008, L’Harmattan).

Malgré le rôle important des décideurs, "les institutions et le jeu politique transcendent les personnalités individuelles", selon Hélène Quénot-Suarez. "On voit bien que le décès du président Atta Mills n’a pas remis en cause la tenue des élections ou l’existence de son parti", cite-t-elle à titre d’exemple.

Une économie florissante

Cependant, toute la bonne volonté du peuple ghanéen et de ses leaders ne suffirait pas sans une économie prospère. "La croissance est forte et les investisseurs confiants", affirme Ruby Sandhu-Rojon. Du même avis, Pierre Jacquemot a noté un véritable tournant économique depuis 2006. "L’exploitation pétrolière est devenue une véritable ressource, ce qui permet au gouvernement de réaliser beaucoup plus de choses", argumente-t-il. "Mais le fruit de la croissance doit être équitablement partagé avec la population", tempère Ruby Sandhu-Rojon, pour qui le gouvernement doit encore se confronter à des défis de taille, notamment sur les questions sociales telles que la mortalité maternelle ou la pauvreté.

Bien que le Ghana réunisse de nombreux signes encourageants, reste à savoir si sa stabilité sera pérenne. Selon Anne Hugon, professeur à la Sorbonne et spécialiste de l’Afrique au CNRS, "le Ghana, comme en Côte d’Ivoire et au Mali, n'est pas à l'abri de flambées de violence qui pourraient prendre de l'ampleur à la faveur de tensions dites 'ethniques' dans certaines régions, notamment dans le Nord." Si elle salue la bonne organisation démocratique des différents scrutins que le pays a connu ces dernières années, Anne Hugon tempère toutefois les réactions parfois trop optimistes. "Les programmes des candidats ne sont pas si différents les uns des autres, et une fois au pouvoir, il n'est pas rare que le népotisme prenne une grande place..." Dans les années 60, le père de l’indépendance Kwame Nkrumah, élu démocratiquement à la tête de l’ancienne Côte d’Or, "s’est progressivement comporté en dictateur avec un parti unique et la répression des opposants", rappelle-t-elle.

Mais pour Ruby Sandhu-Rojon, la démocratie est avant tout "un long apprentissage et un processus en constante consolidation" qui nécessite de rester vigilant à toutes sortes de dérives. "Les Ghanéens progressent un peu plus à chaque nouveau scrutin."

Première publication : 07/12/2012

  • GHANA

    Hommage à John Atta Mills, "l'incorruptible" de l'Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • DÉCÈS

    Le Ghana annonce la mort du président John Atta Mills

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)