Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

EUROPE

Le mouvement populiste de Diaconescu pourrait créer la surprise aux législatives

©

Vidéo par Mirel BRAN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2012

La coalition de centre gauche au pouvoir devrait sortir victorieuse des législatives de ce dimanche. Mais le contexte socio-économique pourrait favoriser la montée du mouvement populiste de l'ex-star de la télévision Dan Diaconescu. Reportage.

Les Roumains sont appelés aux urnes dimanche 9 décembre pour élire leurs députés et leurs sénateurs. Selon les sondages, la coalition de centre gauche, actuellement au pouvoir, semble assurée d'une large victoire.

"La seule inconnue du scrutin est de savoir si le score de l'Union sociale-libérale (USL, majorité) sera au-dessus des 50 % ou des 60 %", a indiqué à l'AFP le sociologue Vasile Dancu, alors que les sondages créditent cette alliance entre sociaux-démocrates (PSD), libéraux (PNL) et conservateurs (PC) de 48 % à 62 % des voix.

Le scrutin survient toutefois dans un contexte économique marqué par la crise. La population, qui accuse le coup des politiques d’austérité, est lassée par la classe politique réputée corrompue. Un contexte social et politique favorable à l’apparition d’une nouvelle force politique. Et c’est ce qui semble se profiler. Crédité de 15 % des intentions de votes par les sondages, le jeune Parti du peuple Dan Diaconescu (PPDD) se place en troisième position. Fondé par Dan Diaconescu, sulfureux patron de télévision et millionnaire populiste traduit en justice pour chantage, le mouvement populiste milite pour d’importantes baisses d’impôts.

Le parti populiste PPDD pourrait créer la surprise

Âgé de 44 ans, Dan Diaconescu détonne dans le paysage politique roumain. Après avoir battu des records d’audience avec sa chaîne de télévision OTV, il crée en 2010 le Parti du peuple. Dan Diaconescu ne cache pas sa fortune et roule au volant d'une des rares Rolls-Royce de Roumanie.

Très vite, son mouvement devient la troisième force politique du pays et pourrait créer la seule surprise lors du scrutin de dimanche. D’autant que sur le terrain, l’enthousiasme est au rendez-vous. Des reporters de FRANCE 24 se sont rendus à l’une des apparitions publiques de Diaconescu.

"À une plus petite échelle, j'espère être pour la Roumanie ce qu'a été Atatürk pour la Turquie ou Gandhi pour l'Inde, si je n'en demande pas trop", déclare Dan Diaconescu au micro de FRANCE 24. Pour plaire, le candidat ne recule devant rien. Au lieu de tracts, ce sont des icônes orthodoxes qu’il tend à ses sympathisants. Et la technique opère. 87 % des Roumains étant de confession orthodoxe, ses supporters se les arrachent. "Vive monsieur Diaconescu !", crie la foule.

De nombreux roumains voient dans ce nouveau venu sur l’échiquier politique, un véritable espoir. "J'ai trop souffert toute ma vie, j'en ai assez. Je veux un changement quoi qu'il arrive", s’exclame une femme, en s’adressant au candidat lors d’un rassemblement. Ces élections législatives représentent donc un tremplin de taille pour cet homme qui assure aux Roumains qu'il sera leur futur président.

Quel que soit le gagnant, le futur gouvernement devra relancer la croissance et combler le retard qui sépare la Roumanie des membres plus avancés de l'Union européenne (UE), en faisant notamment un meilleur usage des 20 milliards de fonds européens mis à disposition jusqu'en 2014.

 

Première publication : 07/12/2012

  • ROUMANIE

    Trian Basescu sauve son siège et reste président de la Roumanie

    En savoir plus

  • ROUMANIE

    Le gouvernement roumain remanié après la démission du ministre de l'Intérieur

    En savoir plus

  • ROUMANIE

    "En Roumanie, il n’y a pas de notion de contrat démocratique"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)