Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

EUROPE

Berlusconi de retour sur la scène politique, Monti annonce sa démission

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2012

Mario Monti ne juge plus "possible de poursuivre son mandat" après l'abstention de députés de centre-droit sur plusieurs projets de loi. De son côté, Silvio Berlusconi a annoncé qu'il se portera candidat aux législatives du printemps prochain.

Le président du Conseil italien, Mario Monti, jette l’éponge. Le "père la rigueur" italien a annoncé, samedi 8 décembre, au président Giorgio Napolitano qu'il avait l'intention de présenter sa démission "irrévocable" une fois approuvée la loi de stabilité budgétaire, a indiqué dans un communiqué le Quirinal, la présidence de la République. Monti "ne juge pas possible de poursuivre son mandat et a manifesté en conséquence son intention de présenter sa démission", peut-on encore lire dans le communiqué

Cette décision fait suite à l'abstention des députés du Peuple de la liberté (PDL, centre-droit) sur plusieurs projets de loi et à l'annonce surprise du fondateur du PDL, Silvio Berlusconi, qui a déclaré se présenter, pour la sixième fois, aux prochaines élections législatives (en mars prochain), en vue de revenir à la présidence du Conseil.

"Quand j'entre dans une course, c'est pour gagner" (Berlusconi)

Le "Cavaliere" occupe donc à nouveau le terrain. Après des semaines de déclarations contradictoires, l’ancien président du Conseil italien âgé de 76 ans a annoncé son retour dans l’arène politique.

"J’entre en scène pour gagner"

"C'est avec tristesse que je retourne à la vie publique. Et je le fais une nouvelle fois par sens des responsabilités" a-t-il déclaré, samedi 8 décembre, à des journalistes de sa chaîne de télévision TGCOM24 devant le camp d’entraînement du Milan AC, son club de foot. "Nous avons cherché un leader mais nous ne l'avons pas trouvé. J'entre en scène pour gagner", a-t-il ajouté.

Silvio Berlusconi, avait annoncé, fin octobre, qu'il renonçait à se présenter au poste de chef du gouvernement. Mais, mercredi soir, laissant entrevoir son retour, il a assuré être "assailli de demandes des siens pour revenir au premier plan", ajoutant vouloir sauver une "Italie au bord du précipice", minée par le chômage et l'alourdissement de la fiscalité.

Le "Cavaliere", après dix ans à la tête du gouvernement, avait démissionné en novembre 2011 avec pertes et fracas, empêtré dans des affaires de mœurs et des soupçons de corruption, alors que l’Italie s’enfonçait dans la récession. À sa place, le technocrate Mario Monti, ancien membre de la Commission européenne, avait été nommé pour redresser les finances du pays. Il a imposé une sévère cure d’austérité aux Italiens, provoquant la colère de la population.

Le PDL se détache du gouvernement Monti

"Nous avons fait preuve d'une grande responsabilité et, pendant un an, nous avons soutenu ce gouvernement en cherchant à corriger les mesures qui ne nous convainquaient pas. Mais aussi en affirmant toujours qu'une politique d'austérité sur une économie qui ne croît pas provoque des dommages", a expliqué Silvio Berlusconi.

"Tous les chiffres sont moins bons qu'il y a un an", a-t-il ajouté, tout en ajoutant que son parti voterait finalement les textes en cours d'examen au Parlement, à commencer par la loi budgétaire, jusqu'à la fin de la législature au printemps prochain, pour éviter l’organisation de législatives anticipées.

Son parti, le PDL, est au bord de la scission entre modérés et aile droite. Un récent sondage de l'Institut SWG le crédite de moins de 14 % au prochain scrutin national alors qu'il avait triomphalement remporté celui de 2008 avec 38 %. Des primaires avaient été programmées au sein du PDL pour le 16 décembre, elles ont été annulées après l’annonce de la candidature de Berlusconi.

Le "Cavaliere" a annoncé une réunion dimanche du PDL, ainsi que des contacts avec son ex-allié populiste, la Ligue du Nord, en espérant "parvenir à une décision qui puisse nous permettre de voter ensemble pour le même candidat".


 

Première publication : 08/12/2012

  • ITALIE

    Pier Luigi Bersani porte les espoirs de la gauche italienne pour 2013

    En savoir plus

  • ITALIE

    Bersani s'impose à la tête de la gauche italienne

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    En Espagne et en Italie, les manifestations anti-austérité tournent à l'affrontement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)