Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

LE DÉBAT

Clinton – Trump : un duel décisif ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

FRANCE

DSK, Diallo et les dessous de la transaction

© AFP

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 11/12/2012

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont finalisé lundi au tribunal du Bronx un accord financier avec Nafissatou Diallo, qui accuse l’ex-patron du FMI d'agression sexuelle. Les détails de la transaction sont confidentiels.

Un accord financier entre Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo a mis fin, lundi 10 décembre, à la saga médiatico-judiciaire qui aura duré plus de 18 mois. Une audience s'est déroulée au tribunal du Bronx à New York, en présence de Nafissatou Diallo, ses avocats, et ceux de DSK. La participation de l’ancien patron du FMI n’avait pas été requise. Le juge chargé du dossier, Douglas McKeon, entendait faire le point sur cet accord afin de s’assurer que Nafissatou Diallo, restée discrète depuis l'été 2011, en approuvait les termes.

Qu’en est-il exactement de cet accord ? Selon "Le Monde" daté du 1er décembre, qui cite des confidences faites par DSK à des amis, l’accord financier atteindrait six millions de dollars - soit environ 4,6 millions d'euros. Des informations aussitôt qualifiées de "complètement fausses" par l'avocat de DSK, William Taylor.

Pour Ron Soffer, avocat aux barreaux de Paris et de New York, ce chiffre semble en effet peu plausible et extrêmement élevé. "Je ne serais pas étonné si on apprenait qe le montant versé était en fait moins élevé", commente Me Soffer qui rappelle que les accords financiers sont extrêmement fréquents aux États-Unis. "Ils évitent un procès long et coûteux à l'issue incertaine", ajoute-t-il.

Les avocats de Nafissatou Diallo avaient tout intérêt à clore ce dossier rapidement, souligne Me Soffer. "Ils n’étaient pas sûrs de gagner cette affaire d’autant que DSK avait été blanchi au pénal", précise-t-il. La procédure pénale a été abandonnée le 23 août 2011, suite aux mensonges répétés de Mme Diallo sur certains aspects de son passé, qui avaient, aux yeux du procureur Cyrus Vance, "sérieusement entamé sa crédibilité de témoin" en cas de procès.

"Ce type de transaction tourne plutôt autour de dix millions d’euros"

À l’inverse, Pierre Hourcade, spécialiste du droit américain, juge ce montant peu élevé. "Ce type de transaction tourne plutôt autour de dix millions d’euros", indique Me Hourcade, qui rappelle que le tiers de la somme négociée revient généralement aux avocats des plaignants.

"Si le procès avait lieu, estime-t-il, l’ancien patron du FMI aurait certainement dû verser une somme bien plus importante". Cet accord va permettre à Diallo de recevoir l’argent rapidement, selon l'avocat. "Dans le cas d’un procès, elle aurait dû attendre plusieurs années avant de le percevoir", poursuit-il.

Cette transaction, qui n’est en rien un aveu de culpabilité, permet d’éviter à l'accusé d'avoir à donner sa version des faits. Le montant du chèque et d'autres détails resteront confidentiels, comme souvent dans ce type d'arrangement. "Une certitude : DSK a accepté une transaction qui est dans ses moyens", commente Ron Soffer. L’ancien patron du FMI envisagerait d’emprunter trois millions de dollars auprès d’une banque et de solliciter son ancienne partenaire Anne Sinclair pour le prêt des trois millions restants. Une clause de confidentialité figure également dans l’accord. Si Nafissatou Diallo venait à le rompre, DSK serait alors en droit de ne pas lui verser la totalité de la somme.

 

Première publication : 10/12/2012

  • Affaire DSK- Diallo : un accord à 6 millions de dollars ?

    En savoir plus

  • AFFAIRE DU SOFITEL

    Accord DSK-Nafissatou Diallo : audience le 10 décembre à New York

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Affaire du Sofitel : les avocats américains de DSK négocient

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)