Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Afrique

Mohamed Morsi étend les pouvoirs de l'armée

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 10/12/2012

À la veille de manifestations rivales, le gouvernement égyptien a chargé l'armée par décret, lundi, de maintenir la sécurité du pays et lui a octroyé le droit d'arrêter les civils jusqu'au référendum constitutionnel prévu samedi 15 décembre.

Le retrait, samedi, par le président Morsi du décret controversé qui lui avait accordé d'importants pouvoirs, n'a pas réussi à calmer ses opposants. Ces derniers estiment que le président aggrave la crise en Égypte en refusant de reporter le vote sur un projet de Constitution mis au point par les islamistes. Pour assurer la sécurité du pays, le président égyptien a toutefois demandé à ce que l’armée prenne en charge la sécurité du pays.

Morsi délègue la sécurité du pays à l’armée jusqu’au résultat du référendum

"Morsi est persuadé que l'armée est de son côté"

Mohamed Morsi a accordé à l'armée le pouvoir d'arrêter des civils, en lui demandant d'assurer la sécurité jusqu'à l'annonce du résultat d'un référendum contesté, dans un décret prenant effet lundi.

Cette décision intervient à la veille de manifestations rivales des forces islamistes et de l'opposition libérale et de gauche, les unes pour appuyer ce référendum prévu samedi, les autres pour exiger son annulation.

"Les forces armées appuient les services de police en complète coopération avec elles pour préserver la sécurité et protéger les installations vitales de l'État, pour une période temporaire jusqu'à l'annonce du résultat du référendum sur la Constitution", selon le texte de ce décret.

En juin, le ministère égyptien de la Justice avait rendu à la police militaire et aux officiers des renseignements de l'armée le pouvoir d'arrêter des civils, une prérogative dont ils ne disposaient plus depuis l'expiration fin mai de l'état d'urgence.

La mesure devait durer jusqu'à l'élaboration d'une nouvelle Constitution mais le tribunal administratif du Caire l'a suspendue le 26 juin, après avoir examiné les recours déposés par 17 organisations de défense des droits civiques qui estimaient que ces prérogatives accordées à l'armée étaient assimilables à une forme de loi martiale.

Les militaires ont été accusés de nombreuses violations des droits de l'Homme et d'avoir jugé des milliers de civils devant des tribunaux militaires pendant leurs 16 mois au pouvoir.

Pro et anti-Morsi ne désarment pas

Islamistes égyptiens et opposition de gauche et libérale ont appelé à manifester mardi, les premiers pour soutenir et les seconds pour rejeter le référendum du 15 décembre sur le projet de Constitution, faisant craindre de nouveaux affrontements.

Cet appel est intervenu quelques minutes après que le Front du salut national (FSN), principale coalition de l'opposition, a appelé, lui aussi, à des rassemblements mardi. "Le Front appelle à manifester dans la capitale et dans les provinces mardi en signe de refus de la décision du président", a expliqué le FSN dans un communiqué.

"Nous sommes contre ce processus du début à la fin", a déclaré Hussein Abdel Ghani, porte-parole du Front de salut national (FSN), qui regroupe une grande partie de l'opposition, lors d'une conférence de presse.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 10/12/2012

  • ÉGYPTE

    L'opposition à Morsi appelle à manifester contre le référendum

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Après le recul du président Morsi, l'opposition veut maintenir la pression

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le président Morsi annule le décret contesté sur ses pouvoirs renforcés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)