Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Moyen-orient

Armes chimiques syriennes : les indices d'une "guerre secrète" d’Israël

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 11/12/2012

Tandis que les Occidentaux mettent en garde Damas contre l'usage de son arsenal chimique, les Israéliens semblent, à en croire certains médias, être déjà passés à l'action sur le terrain syrien pour sécuriser ces armes.

Les Israéliens profitent-ils du chaos en Syrie pour mener des opérations sur le sol de son voisin et neutraliser son arsenal chimique? Tandis que depuis plusieurs jours, les États-Unis agitent le chiffon rouge sur l’utilisation d’armes toxiques par Damas, Israël serait, selon le "Sunday Times", déjà passé à l’action. Dans un article daté du 9 décembre, le quotidien britannique affirme que l’État hébreu a lancé une "guerre secrète" contre l’armement non-conventionnel syrien, destinée à "pister" les stocks d’armes biologiques et chimiques, et à "saboter" leur production. Le "Sunday Times" précise même que, dans le cadre de cette mission, des forces spéciales israéliennes sont en train d’opérer en Syrie. 

"Ligne rouge"
 
Ces informations, reprises par les médias israéliens dont le quotidien "Haaretz", n’ont
Selon Jean-Yves Le Drian, les occidentaux savent où sont les armes chimiques

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a déclaré mardi que les pays occidentaux "savent" où des armes chimiques sont stockées par le régime syrien, en soulignant que ces armes "ne sont pas aujourd'hui utilisées".

"Oui", les armes chimiques "existent" en Syrie, a-t-il affirmé sur RMC et BFM TV. "Elles sont stockées, on sait les lieux où elles sont stockées, on sait où. Les occidentaux, la France, les États-Unis savent où elles sont stockées, et elles ne sont pas aujourd'hui utilisées", a-t-il poursuivi. Selon lui, ces armes sont actuellement "protégées par les forces de Bachar al-Assad". (AFP)
 

pas été commentées par le gouvernement israélien. Mais à plusieurs reprises, l'État hébreu s'est dit prêt à intervenir afin d'éviter que l’arsenal létal de son voisin tombe entre les mains de groupes islamistes, dont le Hezbollah libanais ou le Hamas palestinien. Dimancans une interview à la chaîne américaine Fox News, l'ambassadeur israélien aux États-Unis, Michael Oren, a mis en garde contre un tel transfert d'armes chimiques, qui serait synonyme de ''ligne rouge'' pour Israël. ''Si ces armes tombent entre de mauvaises mains, celles du Hezbollah par exemple, cela changera les règles du jeu'', a-t-il déclaré.
 
Au cœur de l’été dernier, l’armée israélienne avait assuré que l’armement chimique syrien était toujours sous le contrôle du régime de Bachar al-Assad. Elle avait même précisé que la sécurité avait été renforcée autour des sites en question. Mais à en croire Washington, la donne semble avoir changé depuis. Les renseignements américains affirment que des mouvements suspects auraient récemment eu lieu dans des sites abritant les armes toxiques de l’armée syrienne. D’après plusieurs médias, Damas aurait même commencé à mélanger les composants nécessaires à la production du gaz sarin, un redoutable neurotoxique.
 
"Pendant des années, nous connaissions l’emplacement exact des armes chimiques et biologiques de la Syrie", explique une source israélienne au "Sunday Times", faisant allusion aux drones et aux satellites espions de son pays. "Mais la semaine dernière, nous avons reçu des signaux indiquant qu’elles ont été transférées vers de nouveaux lieux", ajoute la source.
 
Veto jordanien
 
Les révélations du journal britannique interviennent une semaine après la publication d’un article par "The Atlantic" indiquant qu’Israël a cherché à obtenir l'accord de la Jordanie pour bombarder des sites syriens soupçonnés d'abriter de telles armes. Et ce par deux fois, selon des responsables des renseignements des deux pays, cités par le magazine américain. La Jordanie a rejeté ces requêtes, prononcées au cours des deux derniers mois par des intermédiaires du Mossad envoyés par le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahou, précise "The Atlantic". Là encore, le gouvernement israélien a refusé de commenter ces informations.
 
De son côté, Damas, par la voix du vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Faiçal Makdad, a qualifié jeudi de "cinéma" les rapports occidentaux sur les armes chimiques de Damas, destinés selon lui à servir d'arguments pour justifier une intervention militaire étrangère sur son sol. 

 

Première publication : 10/12/2012

  • Armes chimiques en Syrie : Obama menace, l'Otan déploie ses missiles (partie 1)

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques : une menace à double tranchant pour Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’arsenal chimique syrien : quels risques, quelles conséquences ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)