Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

Moyen-orient

Israël, son armée, ses renseignements et … ses vautours espions ?

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 13/12/2012

Le Soudan a capturé, début décembre, un vautour affublé d’un dispositif composé d’un GPS et d’un capteur d’images par satellite. Porteur d'une étiquette "Université hébraïque de Jérusalem", le rapace est soupçonné d'être "un agent" israélien.

 

De la sophistication de son armement à la puissance de feu de son armée de l’air, en passant par la réputation de ses services secrets (Mossad et Shin Bet), l’Etat hébreu est incontestablement la superpuissance militaire du Moyen-Orient. Et ce, de l’aveu même des pays de la région et des groupes armés qui prônent sa destruction (Hezbollah libanais, Hamas palestinien, etc.). À en croire certains médias, le Soudan soupçonne les Israéliens d’avoir rajouté une nouvelle corde à leur arc en transformant de simples vautours en drones d’espionnage.
 
Un vautour, agent israélien ?
 
Selon des informations du quotidien égyptien, El Balad, reprises, lundi, par le journal israélien Haaretz et le britannique The Telegraph, les autorités soudanaises ont capturé, début décembre, un vautour dans la région du Darfour, dans l'ouest du pays. Affublé d’un dispositif fonctionnant à l’énergie solaire composé d’un GPS et d’un capteur d’images par satellite, le rapace est suspecté d’être un agent israélien. Et pour cause, il portait une étiquette sur laquelle est inscrit "Israel nature service" ainsi que "Université hébraïque de Jérusalem". Depuis nul ne sait ce qu’il est advenu de la volaille au bec acéré.
 
Du côté israélien, Haaretz rapporte que des responsables ont reconnu que le vautour portait un tel équipement, et ce, dans le cadre "d’une étude migratoire" des oiseaux. Ohad Hazofe, un écologiste travaillant pour la Direction de la nature et des parcs d’Israël s’est montré encore plus précis dans un entretien accordé au site d’information israélien Ynetnews. "Il s’agit d’un jeune vautour (pouvant voler près de 600 kilomètres par jour, NDLR), qui a été bagué avec 100 autres rapaces en octobre", explique-t-il, non sans préciser qu’il n’était pas muni d’un appareil photographique.
 
Tensions entre Khartoum et Tel-Aviv
 
 
Toutefois, depuis plusieurs mois, le Soudan semble faire bel et bien l’objet d’une surveillance accrue par l’Etat hébreu. Ce dernier accuse Khartoum d’être une plaque tournante du trafic d’armes iraniennes vers la bande de Gaza, en passant par l’Egypte et le passage de Rafah. Fin octobre, le Soudan a accusé Israël d'avoir bombardé l'usine militaire de Yarmouk dans la capitale du pays. Un haut responsable du ministère israélien de la Défense avait réagi en qualifiant le Soudan d'"État terroriste dangereux", sans revendiquer explicitement le bombardement de l'usine. En avril 2011, l'État hébreu avait déjà été pointé du doigt après un raid aérien contre un véhicule qui avait fait deux morts à Port-Soudan. Tel-Aviv n'avait alors fait aucun commentaire.
 
Le 8 décembre, deux navires militaires iraniens sont arrivés au Soudan, la deuxième escale de bâtiments de la République islamique en l'espace de cinq semaines. "La visite se situe dans le cadre des échanges militaires et diplomatiques entre les deux pays et doit durer trois jours", avait déclaré vendredi soir le porte-parole de l'armée soudanaise à des journalistes.

 

Première publication : 11/12/2012

  • MOYEN-ORIENT

    Armes chimiques syriennes : les indices d'une "guerre secrète" d’Israël

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Israël accuse l’Iran de réarmer le Hamas

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    L'arsenal iranien du Hamas, un casse-tête pour Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)