Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : des centaines de disparus

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

FRANCE

Arche de Zoé : deux ans de prison ferme requis contre les deux ex-dirigeants

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/12/2012

La procureur de la République a requis trois ans d'emprisonnement, dont deux ferme, à l'encontre d'Eric Breteau et d'Emilie Lelouch, les deux principaux prévenus du procès de l’Arche de Zoé, et a demandé l’émission d’un mandat d’arrêt.

Une peine de trois ans de prison, dont deux ferme, a été requise mardi au procès de l'ex-président de l'organisation Arche de Zoé et de sa compagne, jugés à Paris dans une affaire de tentative d'enlèvement de 103 enfants au Tchad en 2005.

La représentante de l'accusation, Anne Coquet, a demandé également au tribunal correctionnel de délivrer un mandat d'arrêt contre Eric Breteau et Emilie Lelouch.

Ces derniers se trouvent en Afrique du Sud et ont fait savoir par fax qu'ils n'entendaient ni assister à leur procès ni se faire représenter par des avocats.

Les prévenus sont jugés pour "escroquerie, exercice illégal de la profession d'intermédiaire en vue de l'adoption, aide au séjour irrégulier d'étrangers". La défense va sans doute plaider la relaxe mercredi, après quoi le jugement sera mis en délibéré pendant plusieurs mois.

Anne Coquet a en outre demandé une amende de 700.000 euros contre l'association Arche de Zoé ainsi que sa dissolution.

Elle requiert des peines de prison avec sursis de huit à 18 mois contre quatre autres prévenus, le médecin Philippe Van Winkelberg, le logisticien Alain Péligat, la journaliste Agnès Pelleran et Christophe Letien.

L'accusation pense que les dirigeants de l'Arche de Zoé travaillaient à leur gloire personnelle et ont donc sciemment enfreint les procédures et escroqué les familles en leur faisant miroiter des adoptions. Elles ont versé 700.000 euros au total.

"Le grand absent de ce procès, ce n'est ni Eric Breteau, ni Emilie Lelouch, c'est l'intérêt de l'enfant. Ce doit être une considération fondamentale et primordiale, l'enfant a le droit de ne pas être séparé de ses parents", a dit Anne Coquet.

Arrêtés le 27 octobre 2007 dans l'est du Tchad alors qu'ils s'apprêtaient à emmener en France 103 enfants, six membres de l'Arche de Zoé, dont Eric Breteau et Emilie Lelouch, avaient été condamnés deux mois plus tard à huit ans de travaux forcés par la cour criminelle de N'Djamena pour tentative d'enlèvement.

Ils avaient été transférés en France, où leur peine fut convertie en janvier 2008 en huit ans de prison, avant d'être libérés en avril 2008 à la suite d'une grâce du président tchadien.

Le procès français vise les démarches engagées par l'ONG avant le départ au Tchad. Les enfants finalement pris en charge étaient en fait parfois des enfants tchadiens, non orphelins et recueillis sur place au motif de leur prodiguer soins et éducation dans un orphelinat supposé être construit.

Les chefs de village apportant les enfants dans les centres installés localement étaient rémunérés par l'Arche de Zoé, a établi l'enquête de police. Le jour de l'opération d'évacuation, les enfants avaient été maquillés et pourvus de faux bandages.

Les membres de l'Arche de Zoé ont dit avoir préparé un projet "d'évacuation humanitaire" et assurent avoir obtenu l'appui plus ou moins implicite des autorités françaises.

Reuters

Première publication : 11/12/2012

  • TCHAD

    Arche de Zoé : le président tchadien réclame les 6 millions d'euros pour les victimes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le procès de L'Arche de Zoé s'est ouvert à Paris

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)