Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

FRANCE

Poursuivi au Togo, Le Floch-Prigent porte plainte contre son accusateur

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2012

Incarcéré au Togo depuis trois mois, Loïk Le Floch-Prigent a décidé de lancer une procédure contre l'homme d'affaires émirati qui l'accuse d'escroquerie. L'avocat de l'ex-dirigeant du groupe Elf explique la démarche de son client à FRANCE 24.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Le Floch-Prigent. Détenu au Togo depuis la mi-septembre pour escroquerie, l’ex-dirigeant d’Elf contre-attaque. Soupçonné par Abass al-Youssef, l'homme d'affaires émirati à l'origine de la plainte déposée contre lui devant la justice togolaise, d'avoir monté une arnaque qui lui aurait coûté plus de 36 millions d'euros, Loïk Le Floch-Prigent va à son tour déposer plainte pour corruption. Ce dernier entend saisir la justice française, selon des documents que s’est procurée FRANCE 24 (extraits ci-dessous).

Par la voix de son avocat, Me Patrick Klugman, le Français accuse l'Émirati d’avoir corrompu plusieurs personnes (probablement de nationalité ivoirienne) afin qu’il soit interpellé et remis aux autorités togolaises. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international, il a été arrêté le 15 septembre dernier à Abidjan avant d’être immédiatement transféré vers Lomé.

Si Loïk Le Floch-Prigent, habitué aux ennuis judiciaires, a reconnu qu’il connaissait Abass al-Youssef, il nie, en revanche, avoir tenté de l’escroquer.

Mardi 11 décembre, Me Patrick Klugman a expliqué la démarche de son client sur le plateau de FRANCE 24. Ces nouveaux documents constitueraient la preuve que "l’arrestation n’a été possible que par la corruption" de plusieurs personnes qui ont œuvré pour "la remise illégale" de Loïk Le Floch-Prigent aux autorités ivoiriennes puis togolaises. Selon Me Klugman, la chaîne d’emails entre Abass al-Youssef et ses différents interlocuteurs "atteste qu’il [Le Floch-Prigent] était surveillé" et qu’une véritable "équipe a été mise en place" pour mener à bien l’opération. "Loïk Le Floch-Prigent a été traité comme une vulgaire marchandise qui paye par le prix de sa liberté et de sa santé", accuse l’avocat.

Me Patrick Klugman, le 11 dcembre sur FRANCE 24

Ce dépôt de plainte intervient moins d'une semaine après la publication d'une lettre rédigée par l'épouse de Loïk Le Floch-Prigent dans laquelle elle demande au président français François Hollande de faire rapatrier son époux pour raisons médicales. Venue défendre, le 5 décembre sur l'antenne de FRANCE 24, ce qu'elle qualifie d'appel au secours, Marlène Le Floch-Prigent s’est dite très inquiète pour son mari qui souffre d’une forme de cancer nécessitant des opérations régulières.

Marlène Le Floch Prigent, le 5 décembre sur FRANCE 24

Première publication : 11/12/2012

  • FRANCE - TOGO

    Marlène Le Floch-Prigent : "Je veux juste que mon mari soit en vie pour se défendre"

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Extradé à Lomé, Loïk Le Floch-Prigent renoue avec les ennuis judiciaires

    En savoir plus

  • FRANCE

    Retour à la case prison pour Le Floch-Prigent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)