Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Afrique

Journée de mobilisation pour les pro et anti-Morsi au Caire

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2012

Les manifestations et contre manifestations prévues mardi dans les rues du Caire, entre adversaires et défenseurs du projet de nouvelle Constitution défendu par Mohamed Morsi, font planer la menace d'une nouvelle journée de violences.

La journée de mardi s’annonce agitée au Caire. Défenseurs et adversaires du projet de nouvelle Constitution défendu par Mohamed Morsi ont prévu de manifester dans le centre de la capitale, ranimant la crainte d'affrontements meurtriers semblables à ceux de la semaine passée en Égypte.

DES ANTI-MORSI FONT CÉDER UN BARRAGE PRèS DU PALAIS PRÉSIDENTIEL

Plusieurs centaines de manifestants opposés au président égyptien Mohamed Morsi sont parvenus dans le calme, mardi, à franchir un barrage érigé à proximité du palais présidentiel, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Les manifestants se trouvaient dans le périmètre de sécurité, à l'extérieur du complexe, gardé par des soldats et des chars de l'armée, après avoir franchi le barrage de blocs de béton et de barrières de métal.

Les islamistes, qui dominent l'assemblée constituante chargée de la rédaction de la Loi fondamentale, ont appelé leurs partisans à se mobiliser "par millions" pour exprimer leur soutien au président. Ils estiment être en mesure de remporter la consultation populaire qui doit avoir lieu samedi.

La gauche, les libéraux et d'autres groupes de l'opposition ont également prévu des marches dans l'après-midi en direction du palais présidentiel dans le quartier d'Héliopolis, pour dénoncer la procédure référendaire organisée, selon eux, à la hâte. Ils craignent que le texte de la Constitution rédigé par les islamistes n’enferme le pays dans un corset religieux.

Violents affrontements dans la nuit place Tahrir

Neuf personnes ont été blessées, dans la nuit de lundi à mardi, par des assaillants qui ont ouvert le feu sur des manifestants campant place Tahrir dans le centre du Caire, rapportent des témoins. Des véhicules de police encerclent la place depuis le début des mouvements de protestation lancés le 23 novembre contre un décret du président Mohamed Morsi élargissant ses pouvoirs.

Les assaillants ont lancé des cocktails Molotov qui ont provoqué le début d'un petit incendie, ont ajouté des témoins. Les manifestants, réveillés par le bruit, ont alors répliqué en scandant des slogans hostiles à Mohamed Morsi et ont chanté "le peuple veut la chute du régime".

La Garde républicaine a dû intervenir pour assurer la sécurité du palais présidentiel assiégé par les opposants au chef de l'État, accusé de se comporter de manière autocratique après avoir élargi ses prérogatives par simple décret le 22 novembre.

Hésitation de l’opposition


Pour Hamdeen Sabahy, l'un des membres influents du Front de salut national (FSN, coalition de l'opposition), Morsi tente de diviser les Égyptiens et de bloquer la possibilité d'un consensus. "La voie désormais empruntée par Morsi ne permet pas la possibilité d'un consensus national", a-t-il estimé. Si la nouvelle Constitution est adoptée, Sabahy juge que la division politique du pays ne va faire que s'amplifier.

Pour l'opposition et le FSN, qui compte dans ses rangs l'ancien prix Nobel de la paix, Mohamed El Baradei, et l'ancien secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, le projet de Loi fondamentale ne reflète pas la diversité des 83 millions d'habitants du pays.

Les débats sur le contenu des articles a largement cédé la place à la contestation bruyante de la rue, entretenant l'incertitude dans une Égypte mal armée pour faire face à une crise économique se profilant à l'horizon.

Lamia Kamel, une porte-parole d'Amr Moussa, a précisé que l'opposition continue de réfléchir à la stratégie à adopter : le boycott du référendum ou une mobilisation en faveur du "non". "Aucune des deux solutions n'est la bonne car nous ne voulons vraiment pas ce référendum", a-t-elle expliqué .

Au regard des Frères musulmans, l'attitude de l'opposition importe peu, tant qu'elle respecte la paix dans le pays. "Ils ont le droit de boycotter, de participer ou de dire non. Ils peuvent faire ce qu'ils veulent. La seule chose importante est que cela reste dans un contexte pacifique afin de préserver la sûreté et la sécurité du pays", a commenté le porte-parole de la confrérie, Mahmoud Ghozlan.

Mohamed Morsi a demandé le renfort de l’armée

Craignant de nouveaux épisodes de violences, le président égyptien Mohamed Morsi a, par décret, chargé l'armée d'assurer la sécurité jusqu'aux résultats du référendum constitutionnel de samedi. L'armée retrouve aussi le pouvoir d'arrêter des civils, un droit très décrié pendant la période où les militaires ont dirigé le pays, de la chute de Hosni Moubarak en février 2011 à l'élection de M. Morsi en juin 2012.

Signe supplémentaire d'un climat politique et social tendu, M. Morsi a suspendu des hausses de taxes sur des produits de base (acier, ciment) et de grande consommation (cigarettes, sodas notamment), en attendant la conclusion d'un "dialogue" sur leurs effets pour la population.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 11/12/2012

  • ÉGYPTE

    Mohamed Morsi étend les pouvoirs de l'armée

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'opposition à Morsi appelle à manifester contre le référendum

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Après le recul du président Morsi, l'opposition veut maintenir la pression

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)