Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

Moyen-orient

Human Right Watch dénonce l'utilisation de bombes incendiaires en Syrie

© Human Right Watch

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/12/2012

Selon l'ONG Human Right Watch, l'armée régulière aurait largué des bombes incendiaires sur quatre villes syriennes. Ces armes de guerre ont la capacité de provoquer des embrasements généralisés et de très graves brûlures.

L’armée de l’air syrienne aurait largué des bombes incendiaires au dessus de quatre villes syriennes (Daraya et Babila, près de Damas, Maarat al-Numan, près d'Idlib et Quseir, près de Homs) depuis la mi-novembre, révèle l’association internationale Human Right Watch.

L’ONG, qui s’appuie sur les témoignages d’habitants et de vidéos amateurs - tout en  enquêtant dans d’autres parties du pays -, a identifié ces armes comme étant des bombes de type ZAB 2,5 à base de thermite, un mélange d'aluminium et d'oxyde de fer hautement inflammable.

"Des avions ont commencé à bombarder la ville de Daraya, le 16 novembre. C’est la première fois que nous voyions de telles armes tomber du ciel. L’armée de l’air lâchait des petites bombes qui s’enflammaient avant même de toucher terre. Au contact du sol ou d’un immeuble, elles libéraient une sorte de gaz. L’odeur était très forte, on sentait une odeur d’acide, de métal", raconte un témoin.

"Désastres sur les populations civiles"

D’autres témoignages, similaires à ce récit, ont été enregistrés par Human Right Watch. Tous parlent de "petites bombes" déjà en flammes dans les airs avant de toucher le sol. Tous rapportent aussi l’odeur infecte dégagée par ces explosions. Des caractéristiques propres aux bombes incendiaires.

"Nous sommes très inquiets par l’utilisation de ces armes", a déclaré Steve Goose, un des responsables de Human Right Watch, "elles causent des désastres sur les populations civiles, la Syrie devrait renoncer à les utiliser."

Utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale ou encore pendant la guerre du Vietnam, ces bombes (également tristement connus sous le nom de " bombes au napalm") ont entraîné des catastrophes humaines. Le napalm, par exemple, est une texture ressemblant à du gel qui colle à la peau et brûle les tissus jusqu'à l'os sans qu'il soit possible de stopper sa combustion.

Plus de 100 pays, excepté la Syrie, ont interdit l’utilisation de ces bombes.

Les dégâts provoqués par les bombes incendiaires (en anglais)

Première publication : 12/12/2012

  • MOYEN-ORIENT

    Armes chimiques syriennes : les indices d'une "guerre secrète" d’Israël

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas met en garde la rébellion syrienne contre l'utilisation d'armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    Al-Nosra, le groupe djihadiste qui sort de l'ombre à Alep

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)