Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Afrique

Le principal syndicat tunisien annule son appel à la grève

© AFP | Hussein Abassi, secrétaire général de l'UGTT

Vidéo par Noreddine BEZZIOU

Dernière modification : 13/12/2012

L'Union générale tunisienne du Travail (UGTT) a annulé son appel à une grève générale, prévue jeudi pour dénoncer l’assaut mené contre son siège à Tunis. Le principal syndicat tunisien a trouvé un compromis avec le gouvernement.

Le principal syndicat tunisien a annulé mercredi son appel à une grève générale jeudi lancé pour dénoncer une attaque d'un groupe proche des islamistes au pouvoir, au lendemain de l'annonce d'un projet de compromis avec le gouvernement.

"La commission administrative nationale (de l'Union générale tunisienne du travail) a décidé d'annuler la grève générale", a indiqué l'UGTT en référence à son instance dirigeante, selon la page Facebook officielle de la centrale syndicale.

Le syndicat indique encore qu'il "publiera une motion générale appelant à l'unité, à la vigilance par rapport à tout ce qui se trame publiquement et en secret contre l'UGTT".

Il n'a cependant pas dans l'immédiat révélé le contenu du compromis trouvé avec le gouvernement dirigé par les islamistes du parti Ennahda.

L'UGTT réclamait en premier lieu la dissolution de la Ligue de protection de la révolution, sorte de milice pro-Ennahda aux méthodes brutales et qui est accusée d'avoir attaqué un cortège et le siège du syndicat le 4 décembre à Tunis.

L'appel à la grève générale intervenait dans un climat de tensions en Tunisie, où les manifestations sociales dégénérant en violences et les attaques de groupuscules islamistes se multiplient sur fond d'impasse politique, faute d'un compromis sur la future Constitution.

La Tunisie fêtera le 17 décembre le deuxième anniversaire du début de sa révolution, la première du Printemps arabe.

L'appel au débrayage laissait craindre des heurts, le dernier grand mouvement social en date, dans la région de Siliana fin novembre, ayant dégénéré en cinq jours d'affrontements entre policiers et manifestants qui ont fait 300 blessés.

AFP

 

Première publication : 12/12/2012

  • TUNISIE

    Le parti du président Marzouki menace de se retirer du gouvernement

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Blessé à Siliana, David Thomson témoigne : "la police a tiré aveuglément"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Violences à Siliana : mise à l’écart du gouverneur contesté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)