Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : au coeur de raqqa, fief des jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Miossec, poétique et sombre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Martin Schulz, Président du Parlement européen

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la bataille pour la présidence de l'UMP

En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Syrie : la coalition a bombardé un important complexe gazier tenu par l'EI

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

  • Plus de 3 000 migrants sont morts en Méditerranée depuis janvier

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes européens affluent en Irak pour combattre l’EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Au moins 11 morts dans plusieurs attentats à Damas

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2012

La capitale syrienne a été touchée mercredi par une vague d'attentats, faisant au moins 11 morts. Trois explosions ont notamment visé le ministère de l'Intérieur.

La Syrie accusée d'utiliser des missiles contre la rébellion

La diplomatie américaine a affirmé mercredi que le régime syrien utilisait des "missiles" et des bombes incendiaires contre la rébellion, sans être plus précise sur les armements employés.

"Je ne suis pas en mesure de confirmer quels type de missiles, mais (je) dis simplement que nous voyons actuellement que des missiles sont employés", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland, interrogée sur une information du New York Times (NYT) affirmant que le régime de Damas avait tiré des missiles Scud sur les forces de l'opposition syrienne.

"Au moment où le régime est de plus en plus désespéré, nous le voyons avoir recours à des armes de plus en plus vicieuses. Et nous avons vu ces derniers jours que des missiles ont été déployés", a insisté Mme Nuland, citant également "l'usage d'une autre arme monstrueuse, une sorte de bombe baril qui est une bombe incendiaire".

Plusieurs attentats ont secoué mercredi Damas, dont trois contre le ministère de l'Intérieur, faisant au moins 11 morts, selon une source des services de sécurité et une ONG syrienne.

Trois attentats, dont l'un commis avec une voiture piégée, ont visé le ministère de l'Intérieur dans l'ouest de la capitale syrienne, faisant sept morts et 50 blessés, selon un premier bilan fourni à l'AFP par une source au sein des services de sécurité.

La télévision officielle a affirmé que le ministre de l'Intérieur Mohammad al-Chaar et les plus hauts gradés du ministère étaient tous sains et saufs.

De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé que les trois explosions avaient tué huit soldats et fait plus de 40 blessés.

Les premières images diffusées par la télévision al-Ikhbariya, la chaîne d'Etat d'informations en continu, ont montré des traînées de sang au sol ainsi que de larges cratères creusés au milieu de gravats.

Au Caire, l'agence officielle égyptienne Mena a rapporté que le bâtiment mitoyen abritant l'ambassade d'Egypte à Damas avait été fortement endommagé par l'une des explosions et que l'un des employés avait été blessé.

En soirée, l'explosion d'une bombe dans un minibus a fait trois morts et 20 blessés dans le secteur 86 du quartier de Mazzé, également dans l'ouest de Damas, et habité par des alaouites, la minorité religieuse dont est issu le président Bachar al-Assad, selon l'OSDH.

En outre, dans le nord-ouest de Damas, une explosion a secoué le quartier de Doumar al-Gharbi, suivie de tirs nourris, sans faire de victimes, a ajouté l'ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins en Syrie.

Dans la matinée, deux bombes magnétiques posées sur des véhicules ont explosé simultanément sur un parking situé derrière l'ancien palais de Justice dans le quartier de Qanawat à Damas, faisant un blessé et des dégâts matériels, selon l'agence officielle Sana.

Une personne a été tuée et cinq blessées par deux bombes à Jaramana, une localité pro-régime où vivent en majorité des druzes et des chrétiens, située au sud-est de Damas. Elle a déjà été l'objet de quatre attentats dans le passé, le plus sanglant ayant fait 54 morts le 28 novembre.

Ces attentats interviennent au lendemain de la décision de Washington de placer sur sa liste des organisations terroristes les jihadistes du Front Al-Nosra, un groupe qui combat le régime Assad et qui a revendiqué depuis novembre 2011 des centaines d'attaques dont des attentats suicide.

La simultanéité des attaques et les voitures piégées sont le modus operandi des groupes liés au réseau Al-Qaïda.

Depuis le début de la révolte contre le régime en mars 2011, Damas, la ville la plus sécurisée du pays, a été secouée par une série d'attaques meurtrières à la bombe, dont des attentats suicide, qui ont pour la plupart visé des bâtiments gouvernementaux et de sécurité.

Le plus spectaculaire de ces attentats a eu lieu le 18 juillet, lorsque quatre hauts responsables de la Sécurité, dont le beau-frère de M. Assad, ont été tués dans une attaque contre le bâtiment de la Sécurité nationale à Damas, revendiquée par les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL).

En près de 21 mois de conflit en Syrie, plus de 42.000 personnes ont péri selon l'OSDH.

AFP

 

Première publication : 12/12/2012

  • SYRIE

    Les "Amis de la Syrie" reconnaissent l'opposition comme seule représentante du peuple syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    Al-Nosra, le groupe djihadiste qui sort de l'ombre à Alep

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Armes chimiques syriennes : les indices d'une "guerre secrète" d’Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)