Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Moyen-orient

La Russie n'exclut pas la victoire de l'opposition

Vidéo par Selim EL MEDDEB

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/12/2012

Le régime de Damas a réfuté jeudi les allégations de Washington selon lesquelles il aurait usé de missiles Scud contre la rébellion. De son côté, le vice-ministre russe des Affaires étrangères n'exclut plus une victoire de l'opposition.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a nié, jeudi, avoir fait usage de missiles à longue portée contre ce qu'il appelle "les groupes terroristes". Un haut responsable américain a en effet accusé, mercredi, les forces syriennes d'avoir récemment tiré des missiles Scud contre la rébellion, ce qui marquerait une escalade dans le conflit.

Invoquant l'insécurité, le Pakistan a annoncé le rappel de son ambassadeur et de l'ensemble du personnel de son ambassade située non loin du ministère de l'Intérieur à Mezzeh-Est, un quartier du centre de la capitale.

Dans le même temps, la Russie, indéfectible soutien du régime syrien jusqu'à présent, a estimé par la voix de son vice-ministre des Affaires étrangères que l'insurrection gagnait du terrain en Syrie et pourrait même l'emporter.

Le vice-ministre russe n'exclut pas une victoire de l'opposition

"Regardons la situation en face", a ainsi déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, cité par l'agence de presse officielle RIA. "On ne peut malheureusement pas exclure la victoire de l'opposition syrienne."

Pour le ministre, qui a rang d'émissaire spécial du Kremlin pour le Proche-Orient, le gouvernement de Damas "est en train de perdre de plus en plus de terrain" et Moscou établit des plans en vue d'évacuer, si nécessaire, ses ressortissants présents dans le pays.

L'émissaire russe a toutefois souligné que Moscou, qui a opposé à trois reprises son veto au Conseil de sécurité de l'Onu contre des projets de sanctions à l'encontre du régime Assad, continuerait à insister pour un règlement pacifique du conflit.

Ses propos donnent toutefois à penser que la Russie se tient désormais prête à une défaite du régime Assad, sous les coups de butoir d'un soulèvement pacifique devenu guerre civile qui a fait plus de 40 000 morts depuis mars 2011.

Série d'attentats meurtriers

Sur le terrain, un attentat à la bombe a fait au moins 16 morts à Katana, une localité

Le Front al-Nosra revendique l'attentat contre le ministère de l'Intérieur

Trois explosions, dont l'une causée par une voiture piégée, ont visé mercredi le ministère de l'Intérieur à Damas, faisant des blessés, a rapporté la télévision officielle syrienne.

"Trois explosions, dont celle d'une voiture piégée, ont visé le ministère de l'Intérieur à Kafar Soussé, dans l'ouest de Damas, et ont fait plusieurs blessés", a indiqué la chaîne en précisant que les attentats avaient eu lieu devant le portail principal du ministère.

Les premières images diffusées par la télévision al-Ikhbariya, la chaîne d'Etat d'informations en continu, ont montré des traînées de sang au sol ainsi que de larges cratères creusés au milieu de gravats.

située à environ 25 km au sud-ouest de la capitale et proche de plusieurs bases de l'armée, à en croire des opposants ainsi que des médias officiels.

Selon l'OSDH (Observatoire syrien des droits de l'Homme, basé à Londres), le bilan s'établit à 17 morts, dont sept enfants et deux femmes, un chiffre ramené à 16 par l'agence de presse officielle Sana.

La télévision publique a imputé l'attentat à des "terroristes", la terminologie officielle désignant les rebelles, et diffusé des images de soldats à proximité d'un immeuble en partie détruit.

Une deuxième voiture piégée, d'après la chaîne de télévision publique Al Ilhbariya, a explosé dans le quartier damascène d'Al Djadideh, faisant huit morts, des femmes et des enfants principalement.

Les insurgés progressent désormais le long d'un arc de territoire pratiquement continu de l'est au sud-est de Damas, malgré d'intenses bombardements de l'armée visant à les repousser.

"Rien à perdre"

Outre leurs avancées enregistrées ces dernières semaines à la périphérie de la capitale, les rebelles ont mené des raids éclair ou déclenché des bombes à l'intérieur de Damas, prenant le plus souvent pour cibles des bâtiments de la sécurité d'État ou des secteurs considérés comme acquis au régime.

C'est le cas notamment du quartier de Jaramana, où un double attentat à la bombe a fait plus de 50 morts fin novembre.

Au vu de la situation, le président de la Coalition nationale syrienne a estimé que le peuple syrien n'avait plus besoin d'une intervention de forces internationales pour renverser le président Bachar al-Assad.

"Désormais, les Syriens n'ont rien à perdre. Ils gèrent leurs problèmes eux-mêmes. Ils n'ont plus besoin des forces internationales pour les protéger", a dit Mouaz al Khatib lors d'un entretien accordé à Reuters mercredi soir à Marrakech.

France 24 avec dépêches

Première publication : 13/12/2012

  • ENTRETIEN

    Hubert Védrine : le régime d’Assad "va finir par tomber"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les "Amis de la Syrie" reconnaissent l'opposition comme seule représentante du peuple syrien

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Armes chimiques syriennes : les indices d'une "guerre secrète" d’Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)