Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Poutine, Israël, même combat"

En savoir plus

SUR LE NET

Écosse : les stars s'invitent dans le débat sur l'indépendance

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

iCloud piraté : tous en danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Passer l'arme à droite"

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

  • "Le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola", s'alarme MSF

    En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Obama envoie 350 soldats supplémentaires en Irak

    En savoir plus

  • Jihad : une Française retrouve sa fillette, emmenée de force en Syrie

    En savoir plus

  • Mistral : "Les technologies de pointe ont déjà été transmises aux Russes"

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Le chef des Shebab somaliens visé par un raid américain

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

EUROPE

Le mea culpa en demi-teinte de Londres dans l'affaire Pat Finucane

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 14/12/2012

Pour la première fois, Londres a admis l’implication d’agents de l’État dans le meurtre, en 1989, de l’avocat défenseur des droits de l’Homme, le Nord-irlandais Pat Finucane. Sa famille réclame toujours la tenue d’une enquête indépendante.

Un crime effroyable. L’homme a été criblé de balles – 14 impacts ont été relevés sur son corps – à son domicile par deux individus cagoulés, sous les yeux de ses trois jeunes enfants et de sa femme. C’était le 12 février 1989 à Belfast. La victime avait 39 ans, et se nommait Pat Finucane. Cet avocat pénaliste de renom s’était spécialisé dans la défense des droits de l’Homme. Ses principaux clients étaient des membres de l’Irish Republican Army (IRA) et de l’Irish National Libertation Army (INLA), des organisations paramilitaires militant pour le rattachement de l’Irlande du Nord, province du Royaume-Uni, à la République d’Irlande.

L’assassinat a rapidement été revendiqué par l’UDA (Ulster Defence Association), groupe loyaliste, favorable au maintien de l’Irlande du Nord dans le Royaume-Uni. Mais au fur et à mesure de l’enquête, de lourds soupçons se sont fait jour quant à l’implication des services secrets britanniques dans l’assassinat de Pat Finucane. Seul Ken Barrett, membre de l’UDA, impliqué dans plusieurs autres crimes, a été arrêté en mai 2003. Jugé en 2004, il a été condamné à 22 ans de prison, et n’en a purgé que trois.

"La complicité inacceptable d’agents britanniques"

L’élimination de Pat Finucane reste l’un des crimes les plus controversés des années de guerre civile en Irlande du Nord. Au point de faire de nouveau les gros titres 23 ans plus tard. Car pour la première fois, le Premier ministre britannique David Cameron a reconnu la "complicité inacceptable" d’agents britanniques dans la mort de l’avocat. Un crime qu’il a qualifié de "choquant", d’"inacceptable" et d’"effroyable". Selon un rapport, établi par le célèbre avocat britannique Sir Desmond de Silva, "deux agents, qui travaillaient à l’époque pour les services gouvernementaux" et "une autre personne recrutée après le meurtre dans un service de l’État", ont été impliqués dans le meurtre. Devant le Parlement, David Cameron a présenté ses excuses à la famille de Patrick Finucane.

Une main tendue, que Geraldine Finucane, la femme de l’avocat assassiné, n’a saisi que du bout des doigts. "J’accepte ses excuses mais ça n’ira pas plus loin car je ne sais pas trop de quoi il s’excuse", a-t-elle déclaré mercredi à la presse, à l’issue de l’audience de Cameron devant le Parlement. "Malheureusement, je crois qu’il se sent assez peu concerné par l’Irlande du Nord ou ce qu’il s’y est passé dans les années 80. Donc peut-être n’est-ce pas très difficile pour lui de s’excuser", a-t-elle ajouté visiblement amère.

Une colère sourde alimentée par des années de doutes. Vingt-trois ans qu’elle, ses fils et son beau-frère, se battent pour que soit diligentée une enquête publique indépendante sur l’implication des forces de sécurité britanniques dans la mort de Pat Finucane. En vain. Malgré les demandes répétées de la famille, malgré une injonction de l’envoyé spécial de l’ONU en 1998, puis de la Cour européenne des droits de l’Homme en 2003, et, enfin, malgré les recommandations, en 2004, du juge canadien Peter Cory, chargé par les gouvernements irlandais et britanniques d’enquêter sur la mort de l’avocat, jamais les services secrets britanniques n’ont été inquiétés.

"Ce rapport est une escroquerie"

Seul un rapport, celui dont David Cameron a lu les conclusions mercredi, a été commandé. Et, au grand dam de la famille, bien qu’il admette l’intervention d’agents britanniques, il écarte en revanche toute "conspiration générale au niveau de l’État pour tuer Pat Finucane", et réfute l’implication de ministres de l’époque. "On nous demande de croire mot pour mot à un rapport commandé par le gouvernement britannique lui-même. C’est une imposture, une escroquerie présentée comme un examen indépendant", a réagi Geraldine Finucane. "Nous n’avons pas été consultés, nous n’avons vu aucun document ni entendu aucun témoin", a-t-elle déploré.

L’UDA, qui a revendiqué l’assassinat de l’avocat, a été profondément infiltré par trois différentes agences de renseignements britanniques au plus dur du conflit en Irlande du Nord, dans les années 70, 80 et 90. Un officier de la Royal Ulster Constabulary, les forces de police nord-irlandaises, est notamment suspecté d’avoir, via un agent infiltré de l’État, incité l’organisation loyaliste à éliminer Pat Finucane.

Apparaissant calme et déterminée devant la presse, entourée de ses proches, Geraldine Finucane poursuit : "À chaque page, il apparaît clairement que ce rapport dit exactement ce qu’on lui a demandé de dire : il accorde le bénéfice du doute à l’État, à ses cabinets et à ses ministères, à l’armée, aux services secrets… À chaque page, des témoins décédés sont pointés du doigt, des agences dissoutes sont mises en cause. Mais le personnel et les organismes de l’État encore en service aujourd’hui semblent avoir été excusés. La poussière a été cachée sous le tapis, sans que rien de sérieux ne soit mis en œuvre pour découvrir ce qui est réellement arrivé à Pat et à tant d’autres."

Première publication : 13/12/2012

  • IRLANDE DU NORD

    Belfast : L'Union Jack décroché de la mairie, s'ensuit une nuit d’émeutes

    En savoir plus

  • IRLANDE DU NORD

    Nuit de violences entre protestants et catholiques à Belfast

    En savoir plus

  • IRLANDE DU NORD

    Des dizaines de policiers blessés dans des violences intercommunautaires à Belfast

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)