Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

Moyen-orient

L'opposition réclame la démission d'Avigdor Lieberman inculpé pour fraude

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/12/2012

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a été inculpé pour abus de confiance et fraude. Le chef de la diplomatie populiste a, en outre, été blanchi dans une seconde affaire. L'opposition réclame sa démission.

Le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman a déclaré jeudi ne pas avoir encore décidé s'il allait démissionner, après avoir été inculpé dans une affaire de fraude, mais blanchi dans une autre plus grave, à cinq semaines des élections législatives.

Numéro deux sur la liste électorale commune entre le Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu et son parti ultra-nationaliste Israël Beiteinou, M. Lieberman s'est dit prêt à se battre et affirmé ne pas être obligé de démissionner.

"J'ai dit dans le passé que si j'étais inculpé, je démissionnerais immédiatement. Bien sûr, à l'époque, je parlais d'accusation sérieuse (...) nous parlons aujourd'hui de quelque chose de différent", a-t-il déclaré en soirée devant les membres de sa formation.

"Mes avocats étudient les documents (du parquet). Selon un avis juridique qu'ils ont reçu, je ne suis pas obligé de démissionner", a-t-il dit dans un pub de Tel-Aviv, dans des propos retransmis par les médias.

Mais, a-t-il ajouté, vu le temps qu'il reste avant la tenue des élections, des considérations politiques doivent être prises en compte.

"La décision finale sera prise après que nous aurons reçu un avis juridique de nos avocats et aussi après avoir examiner d'éventuels dégâts, ou autres, auprès de nos électeurs", a-t-il dit.

Semblant plutôt confiant, il a ajouté: "j'ai demandé à mes avocats et aussi à la Knesset de lever mon immunité parlementaire (...) Je veux ce procès, et aussi vite que possible".

M. Lieberman a été mis en examen par le procureur général Yehouda Weinstein pour "abus de confiance et de fraude" après avoir fait promouvoir l'ex-ambassadeur israélien au Belarus, Zeev Ben Arieh, qui lui avait fourni des renseignements confidentiels sur une enquête de police menée contre lui dans ce pays à la demande de la justice israélienne.

"J'ai décidé de déposer un acte d'inculpation contre Lieberman pour avoir proposé au gouvernement en décembre 2009 de nommer l'ex-ambassadeur au Belarus dans un autre pays, malgré le fait que selon les preuves en notre possession, il savait que ce dernier avait commis une faute professionnelle en transmettant des informations secrètes, notamment des détails sur une enquête policière en cours contre Lieberman", a indiqué M. Weinstein dans un communiqué.


L'opposition appelle à la démission


En revanche, une autre affaire sur le financement illégal des campagnes électorales de M. Lieberman à travers des sociétés écrans a été classée faute de preuves suffisantes, précise le texte.

Dans ce dossier, le ministre était sous la menace d'une inculpation officielle pour "blanchiment d'argent, subornation de témoins, abus de confiance et fraudes", des chefs d'inculpation passibles de plus de dix ans de prison.

Les faits concernaient "plusieurs millions" de dollars et remontent à la période 2001-2008 lors de laquelle M. Lieberman était député et détenait une série de portefeuilles ministériels (Infrastructures nationales, Transports, Affaires stratégiques).

Alors que M. Netanyahu a "souhaité à M. Lieberman de réussir à prouver son innocence", l'opposition centriste et de gauche a appelé à sa démission.

Le Parti travailliste a dénoncé "le danger pour la démocratie israélienne si M. Lieberman ne démissionne pas" tandis que la formation de l'ancienne ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni a exhorté M. Netanyahu "à respecter les normes juridiques en vigueur en Israël selon lesquelles un ministre inculpé doit démissionner".

Une démission de M. Lieberman pourrait provoquer un profond remue-ménage sur la scène politique à l'approche des législatives du 22 janvier.

Le Likoud (droite nationaliste) et Israël Beiteinou, un des piliers de la coalition de droite au pouvoir, ont décidé le mois dernier de sceller une alliance électorale qui en font les favoris du scrutin.

Les derniers sondages donnent 39 sièges à leur liste commune, assurant à M. Netanyahu de pouvoir diriger la prochaine coalition.

 

Première publication : 13/12/2012

  • ISRAËL

    Le ministre des Affaires étrangères pourrait être poursuivi pour abus de confiance

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)