Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Amériques

Les opposants au port d'arme se mobilisent après la tuerie de Newtown

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/12/2012

Après la fusillade meurtrière de Newtown, dans le Connecticut, un énième débat sur les armes à feu s'est ouvert aux États-Unis. Le président américain, Barack Obama, a appelé à des "actes significatifs" pour empêcher des tragédies similaires.

La tuerie de l'école de Sandy Hook dans le Connecticut vendredi, qui a fait 27 morts dont 20 enfants, poussera-t-il Washington à légiférer sur les armes à feu ? Après une année particulièrement sanglante, le débat est réactivé au plus haut niveau.

Plusieurs fusillades ont entaché le mandat du président Barack Obama depuis 2009, dont l'attaque contre l'élue Gabrielle Giffords, grièvement blessée à la tête en 2011, et la fusillade dans un cinéma d'Aurora dans le Colorado cet été, qui avait fait 12 morts dont le tireur.

Mais Barack Obama ne s'est pas contenté d'exprimer ses condoléances aux familles des victimes vendredi: les larmes aux yeux, il a promis des "actes significatifs" pour empêcher des tragédies similaires de se reproduire.

La Maison Blanche avait dans un premier temps déclaré que ce n'était "pas le jour" pour engager le débat, à quoi l'élu démocrate Jerrold Nadler avait immédiatement répondu à l'instar de nombreux Américains sur Twitter: "si ce n'est pas le moment d'avoir une discussion sérieuse sur le contrôle des armes, je ne sais pas quand cela arrivera".

"Encore une personne instable qui a eu accès à des armes à feu et commis un crime horrible contre des enfants innocents", ajoute-t-il. "Je mets le président Obama, le Congrès et le public américain au défi d'agir au-delà du choc, et d'enfin faire quelque chose".

Le maire de New York, Michael Bloomberg, militant de longue date d'un renforcement des réglementations sur les armes, a appelé vendredi le président à "envoyer un projet de loi au Congrès", en plus de ses condoléances.

"Nous avons déjà entendu la rhétorique. Ce que nous n'avons pas vu, c'est du leadership, ni de la part de la Maison Blanche, ni du Congrès. Cela doit s'arrêter aujourd'hui", a-t-il écrit sur le compte Twitter de la ville.

Second Amendement

Après une autre tuerie contre un temple sikh, cet été, la Maison Blanche avait rappelé que la position du président en la matière restait de s'assurer que ceux qui ne sont pas autorisés à porter des armes ne puissent pas s'en procurer, tout en garantissant aux autres Américains le droit inscrit dans la Constitution à posséder des armes --le fameux Second Amendement défendu bec et ongles par le lobby des armes.

Mais le président a besoin du Congrès pour avancer, et jusqu'à présent l'opposition des républicains rendait impossible toute réforme des lois fédérales réglementant le commerce des armes. C'est le cas notamment de la réintroduction de l'interdiction des armes d'assaut votée durant le mandat du démocrate Bill Clinton, dans les années 1990, mais qui a expiré en 2004 sous son successeur républicain George W. Bush.

Les défenseurs du Second Amendement, eux, sont rodés. Comme à chaque tuerie, ils confient leur choc et rappellent que la solution n'est pas à chercher du côté de nouvelles restrictions sur les ventes d'armes semi-automatiques dites d'assaut.

Les armes automatiques, elles, restent interdites à la vente.

"Nous déplorons la mauvaise utilisation des armes à feu", explique à l'AFP Alan Gottlieb, fondateur de la Fondation pour le Second Amendement.

"Mais il y a un bon côté aux armes qu'on ne doit pas oublier. Ce qui me reste en travers de la gorge, c'est que tous ces crimes complètement fous se sont déroulés dans des lieux où il est interdit d'avoir des armes", poursuit-il, estimant que les adultes des écoles devraient avoir le droit d'être armés.

"Je suis sûr que la personne qui a commis cet horrible crime savait qu'il pouvait y aller et que personne ne pourrait l'arrêter".

De nombreux élus démocrates du Congrès commençaient vendredi à lancer un nouvel appel à légiférer.

La puissante sénatrice Dianne Feinstein a dit espérer que la prochaine session du Congrès, dès janvier, verrait l'éclosion d'un nouveau débat sur "la culture des armes" aux Etats-Unis.

AFP

Première publication : 15/12/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Chronologie : les fusillades les plus meurtrières qui ont secoué l'Amérique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "La fusillade d’Aurora ne fera pas avancer le débat sur les armes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)