Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Asie - pacifique

Cacophonie nippone autour d'un éventuel arrêt du nucléaire au Japon

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 15/12/2012

Alors que s'ouvre, ce samedi, une conférence internationale sur la sûreté nucléaire à Fukushima, la question de la politique énergétique du Japon n’en finit plus de secouer la classe politique nippone et donne lieu à une belle cacophonie.

C’est dans un pays encore meurtri par la catastrophe de Fukushima (11 mars 2011) que se tient, du 15 au 17 décembre, un sommet international sur la sûreté nucléaire. La conférence a lieu à Koriyama, à moins de 100 km de la centrale accidentée. Sous l’égide de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA), les représentants de quelque 50 nations et organisations viendront débattre de la sécurité nucléaire et de l’avenir de l’atome dans le monde.

L’objectif affiché de ce sommet se veut apolitique : les seules problématiques discutées concerneront le renforcement de la sécurité des populations face aux risques atomiques ou encore de l'attitude à tenir face aux accidents nucléaires et situations d’urgence. "Ce sera une nouvelle occasion de partager les connaissances et leçons tirées de l'accident de Fukushima, d'améliorer la transparence sur ce sujet, de discuter des avancées sur la sécurité des installations et des mesures pour protéger les personnes et l'environnement", précise l’AIEA, dans un communiqué.

"Zéro nucléaire"

Exit, donc, les questions qui fâchent. Et précisément, celles de l’épineux dossier de la "politique énergétique nippone". Il faut dire qu’aucun consensus à propos d’une seule et même ligne de pensée sur l’avenir du nucléaire au Japon n’a, jusqu’à présent, fait l’unanimité. Bien au contraire : depuis le drame de Fukushima, c’est plutôt un charivari politique auquel assiste la population. Quand le Parti démocrate du Japon (PDJ), au pouvoir depuis 2009, fait l’apologie de la politique "zéro énergie nucléaire" et promet une sortie progressive et définitive du nucléaire d’ici à 2040, le Premier ministre, Yoshihiko Noda, affirme lui, haut et fort, que la relance de certains réacteurs est nécessaire et donne son autorisation - c'était le 16 juin dernier - au redémarrage de deux d'entre eux dans l’ouest du pays. D'où le sentiment qu’un consensus autour d’une politique énergétique nationale relève plus d'une gageure que d’un objectif réel.

Et le flou ambiant exacerbe les passions, du sommet de l’État jusque dans la rue. Persuadés qu’à long terme les centrales vont redémarrer, les militants anti-atome n’ont jamais désarmé depuis la catastrophe. Ragaillardis par un sondage réalisé en juin affirmant que 70 % de la population nippone est hostile au développement de l’énergie nucléaire, ils organisent quotidiennement des sit-in et des manifestations dans les rues de la capitale japonaise. Preuve de leur persévérance, des associations avaient même annoncé, en février, avoir recueilli assez de signatures (environ 250 000) pour réclamer à la municipalité de Tokyo un référendum sur le maintien de l'usage des centrales nucléaires pour alimenter la mégapole en électricité - bien que l'initiative soit restée lettre morte.

Sortir du nucléaire : "irréaliste et irréalisable"

Une notoriété des anti qui a donc de quoi inquiéter le lobby industriel - japonais et étranger - confronté pour la première fois de l’histoire du Japon à une idéologie "verte" nippone. Hiromasa Yonekura, président du Keidanren - la principale organisation patronale qui dépend largement des subsides des compagnies d'électricité -, qualifie d’"irréaliste et irréalisable" la sortie du nucléaire. Comme lui, les détracteurs du "zéro nucléaire" aiment jouer les Cassandre et rappeler que l'abandon définitif de l’atome dans un pays dépourvu de richesses naturelles se traduirait inévitablement par une catastrophe économique : une hausse des coûts d’importation des énergies fossiles et un doublement de la facture d'électricité des consommateurs. Rappelons qu’avant l’accident de Fukushima, le Japon prévoyait d’élever à plus de 50 % la part du nucléaire dans sa production d’électricité (contre 26 % en 2009).

Et au milieu de cette cacophonie, les élections législatives, qui se tiennent - ironie du calendrier - dimanche 16 décembre, n'apportent pas plus de clarté. Une myriade de nouvelles formations politiques rivalisent de propositions sur l’art et la manière d’abandonner l’énergie atomique, la palme revenant au parti L’Avenir du Japon qui propose de sortir le pays du nucléaire en 10 ans ! Quant au grand favori du scrutin, le Parti libéral démocrate (PLD, droite), réputé pour ses affinités avec les entrepreneurs, a tout bonnement balayé le problème. Conscient qu’en pleine campagne électorale il fallait mieux éviter les dossiers empoisonnés, le PLD, qui a monopolisé la vie politique du Japon pendant plus de 50 ans, a relégué la question du nucléaire en 5e position de son programme, loin derrière la reconstruction post-Fukushima, l’économie, la diplomatie et l’éducation.

Première publication : 14/12/2012

  • JAPON

    Un rapport officiel sur le drame de Fukushima accable le gouvernement

    En savoir plus

  • JAPON

    Un réacteur nucléaire relancé pour la première fois depuis le drame de Fukushima

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    "Il y a clairement un avant et un après Fukushima dans la littérature japonaise"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)