Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Obama exprime sa vive émotion après la tuerie de Newtown

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/12/2012

C'est un Barack Obama au bord des larmes qui a évoqué la fusillade dans l'école de Newtown (Connecticut), où 28 personnes ont été tuées. Le président américain a appelé à l'action pour éviter d'autres tueries de ce type.

Extrêmement ému, le président américain, Barack Obama, s’est exprimé peu après la tuerie dans l'école de Newtown, dans le Connecticut, qui a coûté la vie à une trentaine de personnes, dont une majorité d'enfants. Présentant ses condoléances aux familles des victimes, il appelé à des "actions significatives" pour éviter à l'avenir de nouvelles tragédies de ce type.

"La majorité de ceux qui sont morts aujourd'hui étaient des enfants, de beaux enfants, des petits enfants âgés de 5 à 10 ans. Ils avaient la vie devant eux : des anniversaires, des diplômes, des mariages, leurs propres enfants à venir", a-t-il déclaré, la voix empreinte d'émotion, dans une courte intervention retransmise par les télévisions. "Nos cœurs sont brisés aujourd'hui", a-t-il dit en essuyant une larme.

Drapeaux en berne

Peu avant de prendre la parole dans la salle de presse de la Maison Blanche, le président avait signé un décret ordonnant de mettre les drapeaux en berne sur tous les édifices publics pendant quatre jours, en hommage aux victimes.

"Il y avait aussi parmi ceux qui sont tombés des enseignants, des hommes et des femmes qui avaient consacré leur vie à aider des enfants pleins de rêves", a ajouté Barack Obama dont la belle-sœur est enseignante.

"Les États-Unis ont trop souvent vécu des fusillades comme celle-ci, a-t-il encore déploré, listant la longue série des fusillades survenues dernièrement dont la tuerie qui a eu lieu dans un cinéma d’Aurora près de Denver en juillet, lors de la première du film Batman.

Face à cette nouvelle tuerie Barack Obama appelle à agir. "Ces quartiers sont nos quartiers, ces enfants sont nos enfants", a rappelé le président, pour qui "il va falloir que nous nous rassemblions et entreprenions des actions significatives pour empêcher de telles tragédies, indépendamment de la politique politicienne".

D'après un bilan officiel établi par la police du Connecticut, le tireur présumé a tué 20 enfants et 6 adultes dans l'école Sandy-Hook de cette petite ville de 27 000 habitants située à 130 kilomètres environ au nord-est de New York.

Première publication : 14/12/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Chronologie : les fusillades les plus meurtrières qui ont secoué l'Amérique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "La fusillade d’Aurora ne fera pas avancer le débat sur les armes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)