Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'art de perdre, d'Alice Zeniter

En savoir plus

EUROPE

Assassinat de Litvinenko : Moscou balaie les accusations de Londres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/12/2012

Accusée par la Grande-Bretagne d'être impliquée dans l'assassinat, en 2006, de l'ancien espion du FSB (ex-KGB) Alexandre Litvinenko, la Russie rejette une telle accusation, parlant d'"allégations sans fondement".

La Russie a rejeté vendredi les accusations de la Grande-Bretagne impliquant l'Etat russe dans l'assassinat de l'ancien espion Alexandre Litvinenko.

Un examen des éléments disponibles établit "une affaire simple a priori de culpabilité de l'Etat russe dans la mort d'Alexandre Litvinenko", a déclaré jeudi un représentant du
ministère public britannique, Hugh Davies, lors d'une audience préliminaire.

"Nous espérons qu'au terme de cette procédure judiciaire (...), toutes ces allégations sans fondement sur un certain degré d'implication russe dans cette affaire seront dissipées une bonne fois pour toutes", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch.

Alexandre Litvinenko, un ancien officier du FSB (ex-KGB) devenu un détracteur du Kremlin, est mort empoisonné au polonium 210, une substance radioactive, en novembre 2006 à Londres.

L'avocat de sa veuve a également révélé jeudi que la victime avait travaillé pendant plusieurs années pour les services de renseignement britanniques et espagnols.

REUTERS

Première publication : 14/12/2012

COMMENTAIRE(S)