Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brex... pschitt ?"

En savoir plus

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

EUROPE

Assassinat de Litvinenko : Moscou balaie les accusations de Londres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/12/2012

Accusée par la Grande-Bretagne d'être impliquée dans l'assassinat, en 2006, de l'ancien espion du FSB (ex-KGB) Alexandre Litvinenko, la Russie rejette une telle accusation, parlant d'"allégations sans fondement".

La Russie a rejeté vendredi les accusations de la Grande-Bretagne impliquant l'Etat russe dans l'assassinat de l'ancien espion Alexandre Litvinenko.

Un examen des éléments disponibles établit "une affaire simple a priori de culpabilité de l'Etat russe dans la mort d'Alexandre Litvinenko", a déclaré jeudi un représentant du
ministère public britannique, Hugh Davies, lors d'une audience préliminaire.

"Nous espérons qu'au terme de cette procédure judiciaire (...), toutes ces allégations sans fondement sur un certain degré d'implication russe dans cette affaire seront dissipées une bonne fois pour toutes", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch.

Alexandre Litvinenko, un ancien officier du FSB (ex-KGB) devenu un détracteur du Kremlin, est mort empoisonné au polonium 210, une substance radioactive, en novembre 2006 à Londres.

L'avocat de sa veuve a également révélé jeudi que la victime avait travaillé pendant plusieurs années pour les services de renseignement britanniques et espagnols.

REUTERS

Première publication : 14/12/2012

COMMENTAIRE(S)