Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Qui en voulait au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • En images : près de 280 disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

Asie - pacifique

Au Japon, les législatives marquent une résurgence du nationalisme nippon

© AFP

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 16/12/2012

Les premiers résultats des législatives japonaises indiquent que le Parti libéral démocrate (droite) de Shinzo Abe (photo) sort largement vainqueur du scrutin. La formation a mené une campagne agressive, axée sur des thèmes nationalistes.

La victoire est totale pour le Parti libéral démocrate (PLD) de l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe. Avec ses alliés, la formation de droite va disposer d'une majorité des deux-tiers à la chambre basse du Parlement, selon les premiers résultats. Le chef

Shinzo Abe prévient la Chine : les îles Senkaku appartiennent au Japon

Le probable prochain Premier ministre japonais Shinzo Abe, dont le parti conservateur (PLD) a remporté dimanche une victoire écrasante aux législatives, a rapidement averti la Chine que les îles Senkaku revendiquées fortement par Pékin appartenaient au Japon.

"La Chine conteste le fait que (ces îles) sont une partie inhérente du territoire japonais. Notre objectif est de mettre fin à cette revendication", a déclaré M. Abe à la télévision privée NTV. "Nous n'avons pas l'intention de détériorer les relations entre le Japon et la Chine", a-t-il toutefois ajouté.

L'agence de presse Chine nouvelle a rapidement réagi. "Un Japon économiquement faible et politiquement aigri ne nuira pas seulement à son propre pays, mais aussi à la région et au monde entier", écrit-elle.

Le différend territorial entre Tokyo et Pékin n'a fait que s'envenimer depuis septembre après la nationalisation par le Japon du petit archipel des Senkaku en mer de Chine orientale, racheté à un propriétaire privé nippon.



 

de file des conservateurs devrait ainsi faire son grand retour à la tête du gouvernement, cinq ans après avoir déjà occupé cette fonction. Désavoué par les Japonais à cause de mesures controversées, son impopularité l’avait poussé à quitter son poste en septembre 2007, un an après son arrivée au pouvoir.

Connu pour son image de belliqueux, Shinzo Abe prévoit la modification, voire la suppression pure et simple de l'article 9 de la Constitution, qui empêche actuellement le pays d'entrer en guerre.

Une proposition jugée ultra-conservatrice que Shinzo Abe partage avec son allié, le nationaliste Shintaro Ishihara, leader du parti d’extrême droite pour la restauration du Japon (PRJ), troisième force du pays, selon les sondages.

Shintaro Ishihara, le provocateur du conflit des îles Senkaku

Shintaro Ishihara a mené une campagne particulièrement offensive et centrée sur le conflit qui oppose le Japon à son voisin chinois à propos d’un archipel que les deux pays se disputent. "Je ne veux pas que notre pays devienne le prochain Tibet, et c’est bien ce qu’il risque de se passer si nous abandonnons les îles [Senkaku/Diaoyu]", a-t-il notamment déclaré, allant même jusqu’à qualifier les Chinois d’"ignorants".

Réputé pour ses propos acerbes, Shintaro Ishihara est considéré comme l’un des responsables de la crise sino-japonaise. Il y a quelques mois, il annonçait son intention de racheter les îles de la discorde, provoquant une vague de protestation anti-japonaise en Chine et un boycott des produits nippons. Le monde des affaires pâtit particulièrement du conflit à l’heure où l’économie japonaise ne peut se le permettre.

Durant sa campagne, il a également déclaré que le tsunami de mars 2011 ayant fait plus de 19 000 morts n’était qu’une "punition divine", ou encore que les étrangers étaient "responsables de la plupart des crimes graves" dans le pays. Autant de déclarations qui ont achevé de lui tailler une réputation de non-conformiste qui n’a pas sa langue dans sa poche.

Les explications de la correspondante de France24

Shinzo Abe, un pro-nucléaire et va-t-en-guerre

Instabilité politique

Depuis 2006, aucun chef de gouvernement japonais n’est resté en poste plus d’un an. Avec sept Premier ministres différents en six ans, les Japonais espèrent, à l’occasion des élections législatives anticipées du dimanche 16 décembre, retrouver une certaine stabilité politique.

Le prochain Premier ministre aura la lourde tache, notamment, de restaurer la confiance des Japonais en la classe politique mais aussi de redresser un Japon à l’économie plombée et qui est embourbé dans la récession depuis plusieurs années.

Parmi les autres propositions phare de Shinzo Abe, un non-abandon du nucléaire, bien que le gouvernement actuel de Yoshihiko Noda se soit engagé, sans préciser les contours de cette mesure, à en sortir définitivement d’ici à 2040. Même si 70 % de la population, encore traumatisée par le drame de Fukushima, se dit contre le nucléaire, il ne s’agit pas d’une priorité pour les Japonais davantage préoccupés par leur économie et les questions sociales. C'est justement sur ces points que le chef du gouvernement sortant, Yoshihko Noda, du Parti démocrate du Japon (PDJ), n’a pas convaincu.

 

Première publication : 15/12/2012

  • JAPON

    Cacophonie nippone autour d'un éventuel arrêt du nucléaire au Japon

    En savoir plus

  • JAPON - CHINE

    Un avion chinois survole les îles disputées de Senkaku-Diaoyu

    En savoir plus

  • COMMERCE INTERNATIONAL

    Le Japon accuse un déficit commercial record

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)