Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

SPORT

Dakar-2013 : la colère des paléontologues péruviens

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/12/2012

À quelques semaines du départ de la 34e édition du rallye Dakar, des paléontologues péruviens lancent un cri d'alarme. Ils estiment que la course cause des dégâts considérables sur les vestiges et ne respecte pas l'environnement.

Un groupe de paléontologues péruviens a prévenu que le rallye Dakar 2013 menace d'infliger de nouveaux dommages à des vestiges paléontologiques datant de plus de 20 millions d'années dans la région de Ica (sud), où la célèbre compétition avait déjà causé des destructions considérables l'an dernier.

Lors de l'édition 2012, les participants au Rallye et les centaines de spectateurs présents avaient causé des dommages irréparables à des fossiles retrouvés près de Ica, à quelque 400 km au sud de Lima, ont déclaré les scientifiques.

"Les dégâts sont évidents dans la zone de Ocucaje (Ica) où l'on peut voit la détérioration de nombreux fossiles à cause des véhicules qui leur sont passés dessus", a indiqué à l'AFP Carlos Vildoso, directeur de l'Institut péruvien de paléontologie.

M. Vildoso affirme que ces dégâts irréparables ont été provoqués par le manque de prévoyance des organisateurs du Rallye, notamment la signalisation du parcours qui avait traversé l'an dernier le désert de Ica, où se trouve le plus grand cimetière au monde de fossiles de la période du Miocène.

"Nous avons de nombreux squelettes de grands mammifères, en particulier des baleines et des dauphins, et des restes fossilisés d'invertébrés qui ont subi des détériorations dues au passage des véhicules. La route est passée pratiquement par dessus les animaux", a déploré le paléontologue qui a répertorié les dégâts de la course.

Pour sa part, le directeur du Musée paléontologique de Lima Meyer Hönninger, le paléontologue Klaus Hönninger, a assuré que les organisateurs du Rallye Dakar 2013 ont été informés de cette situation de même que les autorités péruviennes.

Cependant, regrette-t-il, jusqu'à présent personne n'a manifesté le moindre intérêt ni le moindre désir de prendre des précautions lors de la prochaine compétition.

Il a expliqué que, dans certains cas, les conducteurs ne respectent pas l'itinéraire de la compétition et utilisent un chemin qui n'est pas celui du GPS de leur véhicule pour prendre un tronçon de route plus facile.

A cela s'ajoute, relève-t-il, la présence de centaines de spectateurs qui ne respectent pas et détériorent ces restes fossilisés, qui font partie du patrimoine culturel du Pérou.

Pneus abandonnés dans le désert

"Ils laissent le désert dans un état lamentable", s'indigne M. Hönninger ajoutant que les fans du Dakar "arrachent des vertèbres de baleines fossilisées et jettent des tonnes d'ordures. J'ai même trouvé des pneus de rechange des véhicules en compétition".

Ni les organisateurs de la course ni le ministère de la Culture chargé de la protection du patrimoine du Pérou n'"assument la responsabilité" de ces destructions, regrette l'expert.

"Notre position, c'est que les organisateurs trouvent un autre itinéraire pour éviter la détérioration du cimetière fossile", martèle M. Hönninger.

La découverte dans le désert d'Ocucaje des premiers signes de l'existence de fossiles datant de millions d'années, en particulier de requins géants et de cachalots mesurant jusqu'à 20 mètres de long, remonte à une vingtaine d'années.

Dans cette zone, des géologues péruviens ont découvert en février dernier les restes d'une baleine rorqual vieille d'environ 3,6 millions d'années.

Le ministre de la Culture, Luis Peirano, qui a assisté à la présentation officielle du Rallye Dakar 2013 mardi, a assuré que la course ne compromettra pas le patrimoine culturel.

"Le Pérou possède un riche patrimoine qu'il faut protéger", a-t-il dit, précisant que les représentants du ministère dans chaque région du pays collaboreront avec les organisateurs pour éviter d'endommager ce patrimoine.

Au Chili voisin, où se conclura l'édition 2013 du Dakar, les autorités ont travaillé avec les organisateurs pour marquer les routes, en particulier dans le nord du Chili où les véhicules pourraient endommager des sites archéologiques ou des villes anciennes comme celle de San Pedro de Atacama.

"En collaboration avec l'organisation du Rallye nous avons mis au point un tracé qui évite les secteurs identifiés comme pouvant être menacés du point de vue de l'environnement et de l'archéologie", a déclaré à l'AFP le sous-secrétaire aux Sports chilien, Gabriel Ruiz Tagle, lors de la présentation de la compétition mercredi à Santiago.

Le Rallye Dakar 2013 comptera 459 véhicules - autos, motos, camions et quads - et se déroulera du 5 au 20 janvier sur 8.400 kilomètres au Pérou et au Chili, avec une incursion en Argentine.

Des pilotes de 53 nationalités participeront au Dakar 2013, le nombre le plus élevé depuis la création de la compétition en 1978.

AFP

Première publication : 15/12/2012

  • RALLYE DAKAR 2011

    Coma remporte l'épreuve motos, Al-Attiyah s'impose dans la catégorie autos

    En savoir plus

  • DAKAR-2011

    Top départ pour la troisième édition du Dakar sud-américain

    En savoir plus

  • DAKAR-2010

    Cyril Desprès : "Tous les ingrédients pour un Dakar compliqué"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)