Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Moyen-orient

L'aviation syrienne bombarde le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk

© AFP

Vidéo par Shona Bhattacharyya

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/12/2012

L'aviation syrienne a mené plusieurs raids meurtriers, dimanche, sur le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, au sud de Damas. De violents combats y opposaient rebelles et combattants palestiniens fidèles au régime de Bachar al-Assad.

L’aviation syrienne a bombardé dimanche 16 décembre le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, situé au sud de Damas. Au moins huit civils ont péri dans les raids selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). L'organisation, qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins civils et

militaires à travers la Syrie, a précisé que ce bilan pourrait augmenter car de nombreux blessés se trouvaient dans un état critique. Plus tôt dans la matinée, une fillette de moins de deux ans et une femme ont été tuées et plusieurs personnes blessées par le tir d'un obus sur Yarmouk, selon la même source.

Des habitants du camp ont affirmé à l'AFP qu'un missile était tombé sur l’une des mosquée du quartier, nommée Abdel Qader Husseini, qui abritait près de 600 déplacés venus des quartiers voisins notamment de Tadamoun et Hajar al-Aswad, violemment touchés par les violences et les bombardements. "Il y a beaucoup de victimes", a affirmé à l’AFP Issam, un employé de la mosquée.

C’est la première fois depuis le début du soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad le 15 mars 2011 que des informations font état d’un bombardement aérien contre le camp de Yarmouk.

Ahmed Jibril fuit le camp de Yarmouk en raison des combats

Les rebelle syriens s'emparent d'une école militaire près d'Alep

Les rebelles ont annoncé dimanche la prise à Alep, la grande ville du nord de la Syrie, d'une école de formation de l'infanterie.

"Au moins cent soldats ont été faits prisonniers et 150 autres ont décidé de rejoindre nos rangs. Les soldats souffraient de la faim en raison du siège", a déclaré à Reuters un chef militaire de la brigade islamiste Liwaa al-Tawhid, .

Source Reuters

 

Depuis juin toutefois de violents combats ont commencé à opposer sporadiquement aux rebelles des combattants palestiniens armés, membres du Front populaire de Libération-commandement génral (FPLP-CG) d’Ahmad Jibril, un allié indéfectible et de longue date du régime syrien. Selon l'Observatoire syrien des droits de l’homme, le camp est divisé entre partisans et détracteurs du FPLP-CG, basé à Damas.

Des militants ont également rapporté que l'armée régulière est venue prêter main forte au FPLP-CG, considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis. D’autres Palestiniens se sont eux au contraire rangés du côté de la rébellion et ont pris les armes contre les hommes de Jibril.

Ces affrontements entre Palestiniens fidèles au président Assad et insurgés syriens, se sont intensifiés samedi avec la progression des rebelles à l'intérieur du camp, forçant Ahmed Jibril à fuir. Selon des sources palestiniennes et des sources proches des rebelles, le leader du FPLP âgé de 84 ans et son fils ont quitté le quartier de Yarmouk pour Tartous sur le littoral syrien, un fief alaouite, la confession des Assad.

On indique de mêmes sources que le FPLP-CG a connu un certain nombre de "défections qualitatives" ces derniers temps.

Communément appellé camp de Yarmouk, le quartier n’a depuis longtemps plus l’allure d’un campement. Il abritait 150 000 réfugiés avant que les violences ne le gagnent ces derniers mois. Si de nombreux Palestiniens l'ont fui, des familles de déplacés des quartiers voisins y ont désormais trouvé refuge.

Selon l'UNRWA (Office des Nations unies chargé des réfugiés palestiniens), plus de 500 000 Palestiniens vivent en Syrie, pour la plupart descendants de ceux qui s'y sont réfugiés après la création de l'État d'Israël en 1948. Ils sont répartis dans neuf camps qui étaient totalement contrôlés par des organisations palestiniennes acquises au régime.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 16/12/2012

  • SYRIE - REPORTAGE

    Les djihadistes d'al-Nosra tentent de mobiliser la population d'Alep

    En savoir plus

  • SYRIE

    Selon l'Otan, des Scud syriens sont tombés près de la frontière turque

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Lattaquié, des milliers de Palestiniens fuient les camps de réfugiés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)