Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Vidéo : en Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne crois pas que ça va me hanter"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les anti-IVG accusaient la rescapée Simone Veil de promouvoir le "génocide""

En savoir plus

FRANCE

UMP : Copé se dit prêt à un nouveau vote en "septembre 2013", Fillon s'en "félicite"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/12/2012

Selon l'AFP, Jean-François Copé est prêt à ce qu'un nouveau vote pour la présidence de l'UMP soit organisé en "septembre 2013". Une concession qui, si elle convient à François Fillon, pourrait signer la fin de la crise.

Jusqu’à présent opposés sur la date d’un éventuel nouveau vote pour la présidence de l’UMP, les deux rivaux Jean-François Copé et François Fillon semblent plus que jamais proches de parvenir à un accord. Le député-maire de Meaux, président proclamé mais contesté de l’UMP, s’est en effet dit prêt dimanche à une nouvelle élection à la présidence du parti en "septembre 2013", a annoncé l’un de ses proches à l’AFP.

"Dans un souci d'apaisement, Jean-François Copé est d'accord pour organiser une nouvelle élection en septembre 2013. C'est une date à mi-chemin entre mars 2013, comme le voulait initialement François Fillon, et mars 2014, comme l'avait proposé M. Copé", a précisé à l’AFP ce proche de Jean-François Copé.

Il souligne cependant que l'accord global auquel il serait prêt doit aussi inclure l'abandon du "référendum" des parlementaires, programmé mardi, et la dissolution du groupe dissident R-UMP.

Discussions en cours

Par ailleurs, les deux hommes, qui se sont vus la dernière fois en tête-à-tête mardi soir sans succès, ont repris des contacts directs ce dimanche à la mi-journée. "Il y a eu un contact par téléphone ce dimanche", selon l'entourage de Jran-François Copé. Une information aussitôt confirmée par Jérôme Chartier, le porte-parole de l'ancien Premier ministre".

Le nouveau vote auquel est désormais prêt le député-maire de Meaux se situerait "en dehors de la session parlementaire" et aurait "l'avantage d'éviter de prendre en otage les parlementaires", souligne-t-on dans le camp Copé. L'élection serait ainsi achevée au début de la nouvelle session du Parlement, le 1er octobre 2013.

Intenses négociations

De son côté François Fillon a fait savoir dans un communiqué à l'AFP qu'il se "félicitait" que son adversaire ait accepté l'organisation d'un nouveau vote "dans un délair raisonnable".

Ce geste du président de l'UMP était espéré depuis jeudi par plusieurs de ses amis, à commencer par l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui a mené d'intenses et discrètes tractations ces derniers jours auprès de François Fillon en vue de trouver un accord de sortie de crise, et Christian Jacob, le président du groupe UMP "canal historique".

Si un accord est finalement trouvé, cela sortirait le parti de droite de la crise intestine qui le secoue depuis la mi-novembre.

Les deux camps souhaitent à présent obtenir que la consultation des députés et sénateurs élus sous l'étiquette UMP en vue d'un nouveau vote avant l'été 2013 soit purement et simplement abandonnée afin d'éviter un nouveau pic de tension à la veille de la trêve de Noël. Il s’agit d’un initiative de Bernard Accoyer et de Gérard Larcher, soutiens tous deux de François Fillon pendant la campagne, proposant que les députés et sénateurs UMP se prononcent sur la date d’un nouveau vote. "L'initiative vient d'Accoyer, c'est à lui de décider" s'il abandonne ce référendum prévu mardi à la mi-journée dans une salle de l'Assemblée, a-t-on indiqué dans l'entourage de François Fillon.

 

Première publication : 16/12/2012

  • FRANCE

    Présidence de l'UMP : Copé et Fillon s’opposent sur la date d’un nouveau vote

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Quand l'UMP ne remplit plus son rôle d'opposition

    En savoir plus

  • FRANCE

    Fillon refuse le nouvel ultimatum de Copé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)