Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

FRANCE

Depardieu rend son passeport, Houellebecq rentre en France

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 17/12/2012

L’acteur Gérard Depardieu annonce vouloir renoncer à la nationalité française. Une déclaration qui tombe le jour où l’écrivain Michel Houellebcq annonce son retour en France après avoir longtemps vécu en Irlande.

Gérard Depardieu part, Michel Houellebecq revient. La France vient de troquer un acteur contre un écrivain, dans un chassé-croisé qui n’a rien de prémédité mais qui résonne fortement dans l’actualité. L’acteur Gérard Depardieu a envoyé dimanche 16 décembre une lettre ouverte au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, que publie "le Journal du Dimanche", pour annoncer qu’il renonce à la nationalité française. "Minable, vous avez dit minable ? Comme c’est minable", commence-t-il par écrire, en référence à une réplique célèbre de Louis Jouvet dans le film "Drôle de Drame" de Marcel Carné. Le chef du gouvernement avait en effet jugé "assez minable" la décision de Gérard Depardieu, "tout cela pour ne pas payer d'impôt, pour ne pas en payer assez".

"Qui êtes-vous me juger ainsi ?"

"Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté ! Tous ceux qui ont quitté la France n'ont pas été injuriés comme je le suis", écrit l'acteur. Rappelant avoir commencé à travailler "à 14 ans comme imprimeur, comme manutentionnaire puis comme artiste dramatique", il affirme avoir "toujours payé [ses] taxes et impôts" : "85% d'impôts sur [ses] revenus" en 2012, et "145 millions d’euros en 45 ans".

"Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande M. Ayrault, 1er Ministre de M. Hollande, je vous le demande, qui êtes vous ?", lance encore Gérard Depardieu, l'un des acteurs les mieux payés du cinéma hexagonal.

À cette lettre, le ministre du Travail Michel Sapin a répliqué, dans l'émission Grand rendez-vous Europe1-I-télé-Le Parisien, que le comportement de l'acteur montrait une "forme de déchéance personnelle".

Houllebecq : pas une démarche "militante"

Le même jour, l’écrivain Michel Houellebecq, détenteur du prix Goncourt en 2010 pour son livre "La Carte et le Territoire" (Flammarion), annonce qu’il quitte la côte sud-ouest de l’Irlande, où il séjourne depuis une décennie alternativement avec l’Espagne, pour revenir en France. "Si j'ai choisi la France plutôt qu'un pays francophone (Belgique ou Suisse), c'est pour des raisons personnelles, pas dans une démarche militante", écrit-il dans un courrier électronique envoyé à l’AFP.

"Disons que l'argent est important, mais que ce n'est pas ce qu'il y a de plus important, ajoute-t-il. La raison majeure est que j'ai envie de parler, à nouveau, ma langue dans la vie quotidienne. J'ai atteint un niveau d'anglais suffisant, après plusieurs années de séjour en Irlande."

Première publication : 16/12/2012

  • FRANCE

    Gérard Depardieu met en vente son hôtel particulier parisien

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    Le dernier Houellebecq diffusé sans autorisation sur Internet sous licence "libre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)