Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Asie - pacifique

Un sabotage à l'origine de l'incendie d'une usine textile de Dacca

© AFP | AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/12/2012

L'incendie qui a ravagé une usine textile non loin de Dacca, le 24 novembre, dans lequel 111 ouvriers sont décédés, serait dû à un acte de sabotage. L'équipe en charge de l'enquête exclut l'hypothèse de l'accident.

L'incendie dans une usine textile au Bangladesh qui a coûté la vie à 111 ouvriers le 24 novembre dernier près de la capitale Dacca a été provoqué par un acte de sabotage, a affirmé lundi un membre de l'équipe en charge de l'enquête.

"Nous avons découvert que le feu qui a ravagé l'usine Tazreen Fashion à Ashulia était un acte de sabotage", a déclaré à l'AFP Main Uddin Khandaker après avoir remis un rapport d'enquête au gouvernement.

"Les témoignages de victimes ont révélé que c'était un acte de sabotage. Il n'y avait aucune possibilité pour que le feu soit dû à un court-circuit électrique ou à autre chose", a-t-il ajouté, sans toutefois préciser davantage les motifs ou les personnes à l'origine du sabotage.

Selon M. Khandaker, l'équipe en charge de l'enquête va par ailleurs recommander de poursuivre pour homicide involontaire le propriétaire de l'usine, située dans la zone industrielle d'Ashulia, à la périphérie de Dacca.

"Il y a aussi eu une négligence flagrante de la part du propriétaire. Nous avons suggéré une action en justice contre lui et neuf de ses cadres intermédiaires qui ont empêché les ouvriers de quitter l'usine en feu", a-t-il ajouté.

Des ouvriers rescapés avaient raconté après le drame comment des responsables leur avaient interdit de quitter leur poste de travail au motif qu'il s'agissait d'un simple exercice d'incendie.

Le propriétaire de l'usine, Delwar Hossain, avait indiqué à des journalistes après le sinistre qu'il pensait que l'incendie était intentionnel, sans donner plus de détails.

Selon des enquêteurs, l'usine de neuf étages, qui fabriquait des vêtements pour des marques occidentales telles que Walmart et C&A, n'aurait jamais dû dépasser trois étages.

AFP

Première publication : 17/12/2012

  • BANGLADESH

    Incendie meurtrier de Dacca : ces grandes marques qui "ne savaient pas"

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Un incendie dans une usine de textile fait une centaine de morts à Dacca

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)