Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis une faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

FRANCE

Les aventures de Depardieu en Belgique crispent la classe politique française

© AFP | Depardieu lors d'un meeting de soutien à Nicolas Sarkozy en mars 2012

Vidéo par FRANCE 2

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

Au lendemain de l'annonce de l'acteur de vouloir renoncer à sa nationalité, la classe politique française est partagée. Alors que le gouvernement serre les rangs autour de Jean-Marc Ayrault, l’opposition stigmatise la matraque fiscale de l'État.

La décision de Gérard Depardieu de rendre son passeport français a déclenché un affrontement politique digne des scènes de bagarre générale ponctuant les aventures des irréductibles Gaulois d'"Astérix".

S’estimant injurié par les déclarations du Premier ministre Jean-Marc Ayrault ,dénonçant le caractère "minable" de son exil fiscal en Belgique, Gérard Depardieu a répliqué en publiant une lettre ouverte dans le "Journal du Dimanche" annonçant son souhait de renoncer à la nationalité française.

La presse belge doute de la volonté de Depardieu à devenir Belge

La presse belge accueille lundi avec un mélange de prudence et d'ironie les dernières déclarations de l'acteur Gérard Depardieu, qui envisage de prendre la nationalité belge après avoir rendu son passeport français.

Le quotidien Le Soir souligne qu'obtenir la nationalité belge n'est pas aisé, rappelant que la tentative de Johnny Halliday avait échoué, alors même que le père du chanteur était Belge.

Les conditions seront encore durcies à partir du 1er janvier, puisque de cinq à dix ans de résidence seront nécessaires pour pouvoir introduire une demande de naturalisation.

Une procédure exceptionnelle permettra de s'affranchir de cette obligation pour des personnes pouvant "témoigner à la Belgique de mérites exceptionnels" dans divers domaines, notamment la culture.

Source: AFP

Plusieurs ministres ont aussitôt fait corps autour de Jean-Marc Ayrault pour dénoncer le dernier coup d’éclat d’un des acteurs français les mieux payés. Le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon a fustigé une "attitude anti-citoyenne", tandis que la ministre de la Culture Aurélie Filippetti s’est dite "tout à fait scandalisée" par le fait que Depardieu "déserte le terrain en pleine guerre contre la crise".

La formule la plus assassine est venue du très placide ministre du Travail, Michel Sapin, qui a déploré sur Europe 1 une "forme de déchéance personnelle" de Gérard Depardieu. Une manière d’inscrire implicitement l’exil fiscal du comédien français dans la lignée de ses récentes incartades avinées.

"Agression verbale"

Après un moment de flottement au moment de l'annonce du départ de Depardieu, l’opposition a saisi ce début de polémique pour dénoncer la politique fiscale du gouvernement et la taxe à 75 % sur les très hauts revenus instituée par François Hollande.

L’acteur multi-millionnaire a ainsi été décrit comme une victime du "matraquage fiscal"  socialiste par le président de l'UMP Jean-François Copé, qui a accusé le locataire de l'Élysée de "piétiner les talents" et de "mettre le pays par terre." Le président du Nouveau Centre Hervé Morin a, quant à lui, déclaré que Gérard Depardieu se faisait le "porte-parole de cette majorité de Français qui ne se reconnaît pas dans la politique de découragement qui est celle du gouvernement".

La première salve a néanmoins été limitée par le caractère difficilement défendable de l’exil fiscal – Nicolas Sarkozy lui-même avait mentionné pendant sa campagne de 2012 l’idée d’une "exit tax" pour endiguer le phénomène. Plusieurs artilleurs de l’UMP ont donc concentré leurs tirs sur l'"agression verbale" à l’égard d’un monument vivant de la culture française.

Gloire de l’exil belge

Tout en soulignant que l’exil fiscal "n’était pas très glorieux", le secrétaire national de l’UMP Philippe Chuvin a ainsi dénoncé, lundi matin, la "technique léniniste du social traître" visant notamment à détourner l’attention de l’affaire Cahuzac :

L'"agression verbale dont [Depardieu] a fait l’objet de la part du Premier ministre est scandaleuse. Ayrault a choisi un bouc émissaire"

Une analyse partagée par "Le Figaro" dont la une de l'édition de lundi indique : "Affaire Depardieu : le Gouvernement Perd ses Nerfs". Un sondage sur le site internet du grand quotidien de droite soulignait la popularité intacte du comédien français auprès de ses lecteurs : sur plus de 100 000 votants, près de 80 % affirmaient "comprendre la colère de Gérard Depardieu".

 

Première publication : 17/12/2012

  • FRANCE

    Depardieu rend son passeport, Houellebecq rentre en France

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Gérard Depardieu dit renoncer à la nationalité française

    En savoir plus

  • FRANCE

    Gérard Depardieu met en vente son hôtel particulier parisien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)