Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Carlos Tavares, PDG de PSA Peugeot Citroën

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-François Bensahel et Tarek Oubrou

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : fin des audiences de la CDVR

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts de la Fashion Week à Paris

En savoir plus

FOCUS

Italie : le phénomène Renzi

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

  • Le Dalaï-lama privé de visa : le sommet des Nobel de la paix du Cap annulé

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : quinze personnes visées par des poursuites judiciaires

    En savoir plus

  • Google rattrapé par le scandale des photos volées de stars nues

    En savoir plus

  • Les députés turcs se prononcent sur une intervention contre l'EI

    En savoir plus

  • Bourse de Tokyo : un trader fait une bourde à 617 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Mondial-2015 : des footballeuses partent en guerre contre la Fifa

    En savoir plus

  • Equipe de France : Gignac et Payet retrouvent les Bleus

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Décès du père d'un journaliste harcelé par un hacker israélien

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus : la Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

Afrique

Après la première phase du référendum, l'opposition égyptienne dans la rue

© AFP

Vidéo par Pauline GODART

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 18/12/2012

Dès la fin de la première étape du référendum sur le projet de Constitution, qui s'est tenue le 15 décembre, l’opposition égyptienne a dénoncé des cas de fraude et appelé à manifester ce mardi, alors que les Frères musulmans espéraient un plébiscite.

La première phase du référendum sur le projet de Constitution n’a pas apaisé les tensions en Égypte. Appelés aux urnes le 15 décembre pour se prononcer sur un texte adopté par l'Assemblée constituante dominée par les islamistes, les Égyptiens continuent le bras de fer entamé avec le pouvoir depuis plusieurs semaines. L’opposition égyptienne crie à la fraude et appelle à une manifestation ce mardi pour dénoncer les termes de la Constitution et les conditions dans lesquelles le vote a eu lieu.


Selon un premier décompte officieux, divulgué par les médias d’État, la Constitution recueillerait un oui à une courte majorité (56,5 %). Lors d’une conférence de presse, un porte-parole de l’Association nationale pour le changement (cofondée en 2010 par le prix Nobel de la paix Mohamed El-Baradei et l’ancien candidat à la présidentielle Hamdine Sabahi) a égrené les cas litigieux observés dans les bureaux de vote ouverts dans dix gouvernorats égyptiens : l’absence de publication dans la gazette officielle des articles de la Constitution ; l’absence du tampon du Conseil suprême des élections sur "la plupart" des bulletins ; l’absence de juges dans certains bureaux de vote ; la comptabilisation de personnes décédées ou double apparition des noms de citoyens vivants ; des chrétiens, des observateurs et des journalistes se sont vu refuser l’accès aux bureaux de vote ; enfin, dans certains bureaux qui ont fermé plus tôt que prévu, les citoyens ont dû laisser leur carte d’identité et faire confiance aux fonctionnaires qui allaient voter à leur place… Ces cas seront portés devant la justice, promettent les partis d’opposition, dont la coalition du Front de salut national.

El-Baradei dénonce un "scrutin douteux"

En attendant, certains ténors de l’opposition égyptienne appellent à l’annulation pure et simple du scrutin. “Appel de la dernière chance : il faut annuler ce référendum douteux, entrer dans un dialogue national (…) et rétablir un État de loi. L’Égypte est au-dessus des Frères musulmans", a écrit sur Twitter l’ancien directeur de l’Agence internationale à l’énergie atomique, Mohamed El-Baradei.

C'"est vrai que dans certains bureaux de vote, particulièrement ceux qui étaient susceptibles de voter contre la Constitution, les lenteurs étaient considérables. Des opposants en concluent qu’ils ont été empêchés de voter, rapporte Sonia Dridi, correspondante de FRANCE 24 au Caire. Mais l’opposition a beau crier, elle n’obtiendra jamais l’annulation du scrutin. Et certains opposants estiment que les fraudes n’ont pas entaché le scrutin au point de renverser l’ordre des résultats."

Revers pour la confrérie islamiste

Les Frères musulmans, de leur côté, doivent essuyer deux revers : le oui au référendum n’est pas aussi massif que prévu, et la participation assez faible (31 % des électeurs appelés aux urnes, selon les premières estimations). "Les Frères musulmans sont embarrassés, ils n’ont pas réussi à mobiliser autant qu’ils le prétendaient", analyse Sonia Dridi.

RÉFÉRENDUM DE MARS 2011

Le blogueur Bassem Sabry compare les résultats de samedi dernier à ceux de mars 2011, quand les Égyptiens ont été appelés à approuver une réforme de la Constitution qui datait de l’ère Moubarak : le Caire avait alors voté oui  à 63 %, et le résultat national accordait un oui massif à 73 %. "Aujourd’hui, beaucoup d’Égyptiens, même parmi les conservateurs, sont inquiets devant les pouvoirs que s’octroient les Frères musulmans", conclut le blogueur, qui note un désintérêt pour le débat qui agite la capitale, vu le faible taux de participation, plus bas encore que lors du référendum de mars 2011.

La confrérie comptait sur une forte mobilisation dans les bureaux de vote pour asseoir la légitimité de leur démarche. Samedi, au moment où les Égyptiens se rendaient aux urnes, les Frères musulmans y croyaient encore. Sur Twitter, le compte officiel de la confrérie @Ikhwanweb annonçait : "Grosse mobilisation pour ce premier jour de référendum, les Égyptiens sont déterminés à faire entendre leur voix et à décider de la voie à suivre pour leur pays #démocratie".

Le détail du vote révèle un pays divisé : la capitale Le Caire a voté majoritairement contre la Constitution (non à 57 %), tout comme la province d’al-Gharbeya, dans le delta du Nil, qui comprend la ville de Tanta : non à 52 %. La ville d’Alexandrie a voté oui, mais à une courte majorité (55, 6 %), tandis que les gouvernorats ruraux sont plus nettement favorables au texte défendu par les Frères musulmans, jusqu’à 78 % dans le Nord-Sinaï.

Une fois encore, l’opposition va tenter de mesurer sa force dans la rue en appelant à une manifestation massive mardi soir. "Mais tous les activistes ne sont pas d’accord sur cette stratégie, rapporte Sonia Dridi, certains font valoir que ce n’est pas le moment de descendre dans les rues du Caire, mais de se mobiliser dans les gouvernorats ruraux." Ce sont en effet dans des provinces reculées, là où les manifestations cairotes ont peu d’écho, que va se jouer la seconde partie du scrutin, samedi prochain.

Les résultats définitifs seront connus après la seconde journée de vote qui se tiendra le samedi 22 décembre.

Que dit le projet de Constitution ?

 

 

 

Première publication : 17/12/2012

  • ÉGYPTE

    Référendum en Égypte : "Les opposants ne s’arrêteront pas de manifester"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'avenir économique de l'Égypte suspendu aux résultats du référendum

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'armée égyptienne joue la "neutralité étudiée"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)