Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

EUROPE

Logement : l’Espagne face au drame des expulsions

© Mehdi Chebil

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

Alors qu’une vague de saisies de logements déferle sur une Espagne en crise, des activistes ont pris possession d’un immeuble vide dans la banlieue de Séville pour y reloger des expulsés. Reportage au cœur de la crise des "desahucios" espagnols.

La fin de l’année 2012 en Espagne aura été marquée par une succession de suicides directement liés à la crise économique et aux saisies de logements. La presse ibérique bruisse de ces drames humains, dont le dernier épisode se serait déroulé le 14 décembre dernier à Malaga, dans le sud du pays. Selon la presse locale, une femme vivant avec sa mère de 96 ans s’est jetée du quatrième étage de son appartement, peu après avoir reçu un avis d’expulsion pour non-paiement de son hypothèque.

Le scénario est tragiquement similaire dans les cinq cas récents de suicides liés à des saisies de logements : face à un avis d’expulsion et à la perspective imminente de tout perdre, la victime préfère se donner la mort.

Aux yeux de l’opinion, ces suicidés sont devenus les martyrs de la crise espagnole et de la vague d’expulsions qui déferle sur le pays depuis l’éclatement de la bulle immobilière. Plus de 350 000 ordres d’expulsions ont ainsi été émis depuis 2008 - ce qui correspond à une moyenne record de 239 avis par jour. Confrontée aux cris de "banquiers assassins", l’Association espagnole des banques (AEB) a annoncé mi-novembre un gel pour deux ans des expulsions des propriétaires surendettés les plus vulnérables.

FRANCE 24 est allée à la rencontre de victimes d’expropriations qui ont trouvé refuge dans un immeuble de la banlieue de Séville. Près d’une centaine de personnes - dont plusieurs victimes de saisies de logements - occupent depuis mai dernier ce bâtiment rebaptisé "Corrala Utopia". Malgré l’absence d’électricité et d’eau courante, les 36 familles s’accrochent à leur nouveau lieu de vie en se mobilisant afin que la banque IberCaja, propriétaire de l’immeuble, ne saississe pas leur dernier refuge.
 

Première publication : 17/12/2012

  • ESPAGNE

    Le parti néonazi grec Aube dorée fait des émules en Espagne

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    En Espagne et en Italie, les manifestations anti-austérité tournent à l'affrontement

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    En Espagne, les expulsions de propriétaires surendettés gelées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)