Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Asli Erdogan, les maux de la Turquie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May attendue à Davos ce jeudi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : l'enfer de la prison vu par d'anciens détenus

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

Amériques

Le parti de Chavez étend son influence à l'issue des élections régionales

© AFP

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/12/2012

En l'absence d'Hugo Chavez, hospitalisé à Cuba pour une quatrième opération due à un cancer, son parti, le PSUV, a largement remporté dimanche les élections régionales au Venezuela. Il contrôle désormais 20 des 23 régions du pays.

Les alliés d'Hugo Chavez sont sortis nettement vainqueurs des élections régionales organisées dimanche au Venezuela, en l'absence du chef de l'Etat hospitalisé à Cuba à la suite d'une opération due à un cancer.

Vaincu par Hugo Chavez lors du dernier scrutin présidentiel en octobre, Henrique Capriles a cependant consolidé son statut de chef de file de l'opposition en se faisant réélire gouverneur de Miranda, le deuxième Etat le plus peuplé du pays.

A 40 ans, ce succès devrait lui permettre de maintenir l'unité d'une opposition traditionnellement fragmentée au cas où l'état de santé d'Hugo Chavez rendait nécessaire l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle.

Henrique Capriles n'a toutefois devancé l'ancien vice-président Elias Jaua que de quatre points, soit un écart moins important que ce que ses partisans et les observateurs prédisaient.

"Je suis content pour Miranda, mais pas pour notre Venezuela", a-t-il réagi en accusant les socialistes au pouvoir de verser de l'argent aux électeurs et d'exploiter l'émotion suscitée par l'état de santé du président. "Il faudra bien un jour que nous vainquions cet abus de pouvoir."

Autre opposant de premier plan à Hugo Chavez, avec lequel il a rompu en 2010, Henri Falcon a lui aussi été réélu de l'Etat de Lara. Beaucoup voient en lui l'un des plus dangereux adversaires des socialistes au pouvoir en raison de sa popularité dans les classes les plus défavorisées, traditionnellement acquises à Hugo Chavez.

Dans l'ensemble, les résultats des élections régionales constituent une déception pour l'opposition.

Le Parti socialiste d'Hugo Chavez lui a ainsi ravi quatre Etats et il en contrôle désormais 20 sur les 23 que compte le Venezuela.

Frère du chef de l'Etat, Adan Chavez a aisément conservé leur fief rural de Barinas tandis que Francisco Arias, ancien compagnon d'armes du président, a créé la surprise en délogeant une figure de l'opposition, Pablo Perez, dans l'Etat pétrolier de Zulia.

"C'est une victoire immense. La carte du pays est rouge de tous côtés", s'est réjoui Jorge Rodriguez, coordinateur de la campagne du Parti socialiste.


Deux mois après l'élection présidentielle, la participation a toutefois été faible, avec seulement 54% des électeurs inscrits ayant déposé un bulletin dan l'urne.

A 58 ans, Hugo Chavez est censé commencer un nouveau mandat présidentiel le 10 janvier.

Son état a suscité l'inquiétude de son entourage peu après son opération mardi mais le gouvernement assure désormais qu'il a recouvré l'intégralité de ses moyens intellectuels.

Reuters

Première publication : 17/12/2012

  • VENEZUELA

    L'état de santé de Hugo Chavez s'améliore

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Nicolas Maduro, le nouveau visage du chavisme vénézuélien

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Face à une récidive de son cancer, le président Chavez envisage un retrait

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)